Le Front National hors de Sciences Po !

Publié le par dan29000

Le Front National hors de Sciences Po !

 

Solidaires Etudiant-e-s a récemment appris la volonté de certains étudiants de constituer une section Front National à l’IEP de Paris.

 

Nous l’avons déjà dit, et nous ne le répéterons jamais assez : le racisme, l’homophobie, le sexisme, la haine de l’autre qui sont le programme du FN ne sont pas des opinions. Il n’est donc pas question d’en débattre, mais de les combattre. Le FN n’a pas et n’aura jamais sa place à Sciences Po, comme dans n’importe quelle fac.

IEP13022015

Dans l’article du Figaro qui annonce la volonté des membres FN de créer la toute première section FN Sciences Po, Davy Rodriguez, ancien membre du Front de Gauche Sciences Po, et que nous connaissions pour son islamophobie crasse, son nationalisme et sa misogynie, a même eu l’audace de déclarer s’être rendu compte de sa proximité avec le parti d’extrême-droite après l’assassinat de notre camarade Clément par des militants du groupe fasciste Troisième Voie, qui, rappelons-le, assurait le service d’ordre des cortèges du Front National. Sa déclaration est une insulte à sa mémoire, une insulte faite à toutes les victimes du fascisme et à leurs luttes.

 

Le FN anti-système ?

Alors qu’il y a encore peu, Marine Le Pen fustigeait les « élites autoproclamées » de Sciences Po afin de pouvoir se prétendre « proche du peuple », la stratégie de dédiabolisation du FN a eu raison de cet anti-élitisme de façade et il cherche désormais à s’intégrer pleinement aux élites politiques et à assurer sa place dans les institutions. Le FN n’a rien contre Sciences Po et son système ultra élitaire, inégal et excluant pour les classes populaires, bien au contraire : il a toujours défendu une sélection toujours plus importante et plus précoce (fin du collège unique par exemple), ne s’est jamais opposé à l’existence des grandes écoles et à leur entre-soi bourgeois, et s’oppose au dispositif CEP de Sciences Po sous prétexte que l’infime accès qu’il permet à des lycéen-ne-s issu-e-s des classes populaires ferait baisser le niveau de l’école.

 

Un signal alarmant

Alors que les agressions physiques et morales à caractère raciste, islamophobe, sexiste et/ou homophobe ne cessent de se multiplier en France, alors que l’Europe-forteresse ne cesse d’envoyer des personnes à la mort en fermant ses frontières, il est alarmant et désolant que le FN, incarnation institutionnelle en France de l’extrême droite la plus dure et la plus violente fasse son entrée à Sciences Po.

Depuis notre création, notre syndicat n’a eu de cesse de lutter contre le fascisme et ses idées. Nous avons eu à cœur de rappeler ce qu’est réellement le Front National : un parti fondé sur les ruines d’anciens groupes néo-nazis, engagé dans un processus de dédiabolisation qui a pour seul but de mieux assurer sa « domination idéologique » selon les mots de Florian Phillipot (voir l’appel que nous co-signions l’an dernier : Contre Wallerand de St Just : non au FN à Sciences Po !). Dire que les idées du FN tuent n’est pas une simple métaphore. Ibrahim Ali, abattu par des colleurs d’affiches du Front National en février 1995 ou encore Brahim Bouarram, jeté à la Seine par des skinheads qui sortaient du rassemblement du FN le 1er mai de la même année en sont des exemples tragiques. Le racisme et le fascisme tuent : ils tuaient il y a vingt ans, ils tuaient il y a deux ans quand le 5 juin 2013 notre camarade Clément s’est éteint, et ils continuent de tuer.

 

Cette année encore, nous continuerons à nous opposer de toutes nos forces et tant qu’il le faudra à l’extrême-droite.

 

FN hors de nos facs, hors de nos vies !

 

Pour la solidarité et la justice sociale

A Sciences Po comme ailleurs: organisons-nous !


SOURCE/ SUD SCIENCESPO

Publié dans actualités

Commenter cet article