Liban : le peuple en mouvement

Publié le par dan29000

Liban : Que le 22 août soit la première étincelle de notre soulèvement contre le régime sectaire et capitaliste
 
 
23 août 2015
 

Au cours de l’hiver 2011, la participation du peuple libanais dans le soulèvement arabe s’est exprimée par des manifestations pour renverser le régime sectaire, et l’instauration d’une société et un Etat laïcs fondés sur la justice sociale et l’égalité, comme un pas important vers un changement révolutionnaire à tous les niveaux, social, politique et économique. Mais la contre-révolution a rapidement réagi pour saboter ce processus et le pouvoir a réussi à travers ses partis à saper et à détourner ce mouvement.

Aujourd’hui, l’effervescence revient à la rue sous l’impact de la crise des déchets, qui a montré de nouveau le vrai visage du régime, éclaboussé d’ailleurs par d’innombrables scandales et débâcles, dont le pillage des richesses nationales, le détournement des biens publics et le saccage de tous les aspects de la démocratie. Sans parler de la privation des citoyens de leurs droits sociaux et économiques (comme le montre la façon de gérer les promotions et les salaires), et la mise en œuvre d’une loi dont l’application va engendrer la marginalisation et l’extrême paupérisation d’une large frange de la population, et par ailleurs permettre aux banques de piller la majeure partie du revenu national, et renforcer leur mainmise sur l’ensemble de la société.

Après tout cela intervient le dernier grand scandale que le pays croule sous les ordures, qui envahissent les forêts, les rivières, les plages et les montagnes, jusqu’aux lieux jusque-là épargnés par leurs saletés et leurs immondices. Mais ce n’est encore là qu’un préalable pour conclure d’autres marchés de pillage au profit de sociétés liées à tel ou tel zaïm (dignitaire) sectaire bourgeois, avec des conséquences désastreuses sur la santé des Libanais et du reste des habitants du pays, et sur leur sort.

Le pire c’est que le pouvoir essaye maintenant de faire taire par la répression brutale la jeunesse de ce pays et toutes les masses populaires qui sont descendues dans les rues ces derniers jours. Comme c’est arrivé ce samedi 22 août lorsque les forces de sécurité ont démontré qu’elles ne sont pas concernées par la protection des personnes, et qu’elles sont là juste pour préserver les intérêts de ceux au pouvoir, même s’il faut recourir aux balles en caoutchouc et réelles et aux grenades lacrymogènes. Tout cela n’est qu’une preuve de la crainte du pouvoir de l’expansion d’un mouvement populaire hostile au régime et rebelle contre le joug du sectarisme.

Il est donc nécessaire d’organiser nos rangs et de reconquérir la rue pour parachever ce que nous avons commencé lors de la manifestation du 22 août, et ce, jusqu’à la satisfaction des revendications immédiates suivantes :

1. La libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus et l’arrêt des arrestations arbitraires ;

2. Demander des comptes aux officiers et aux éléments des forces sécuritaires et militaires responsables des tirs de cartouches et de grenades lacrymogènes contre les manifestant.e.s jusqu’à demander des comptes au du ministre de l’Intérieur Nohad El Machnouk et son licenciement ;

3. Demander des comptes au ministre de l’Environnement Mohammed El Machnouk et son licenciement, et retirer le dossier des déchets des prérogatives du Conseil du développement et de la reconstruction et en transférer la compétence aux municipalités surtout que les prérogatives dudit Conseil ont été fixées par des décrets illégitimes ;

4. La levée du secret bancaire sur les responsables de la catastrophe des déchets et leur condamnation.

Il faut poursuivre la mobilisation populaire et s’organiser partout dans des comités populaires en perspective de :

• faire chuter tout le régime sectaire et l’instauration d’une société et d’un Etat laïques ;

• dissoudre le Parlement et l’élection d’une assemblée constituante sur la base de la représentation proportionnelle non-sectaire, et le Liban comme arrondissement unique ;

• soumettre tous les hommes du pouvoir, du sommeil de l’Etat jusqu’à sa base, qui ont pillé de l’argent public à des procès rigoureux, et recouvrer les fonds pillés ;

• l’annulation de la dette publique, et la suppression du pouvoir des banques par leur nationalisation,

• assurer les conditions nécessaires pour une justice sociale effective ;

Ce sont les revendications qui ont été scandées par les masses populaires lors des différents soulèvements arabes résumées dans le slogan « Renverser le régime ! ».

Toute le pouvoir et toute la richesse au peuple !

A bas le régime !

Le Forum Socialiste
Beyrouth, le 23 août 2015


Publié dans Monde arabe - Israël

Commenter cet article