Cartographie de l'extrême droite française

Publié le par dan29000

Cartographie de l’extrême droite française (mise à jour 2015)

 

28 septembre 2015

 

À quoi ressemble l’extrême droite aujourd’hui ? Pas facile de répondre. C’est pourquoi, pour la quatrième année, nous proposons sous forme de schéma une cartographie actualisée des principaux groupes ou partis nationalistes, racistes et réactionnaires, regroupés par « famille ». En attendant une version interactive sur le site d’ici quelques semaines, vous pouvez déjà la commander en version papier ici, ainsi que d’autres nouveaux argumentaires, dont l’un sur les idées reçues sur l’antifascisme, que nous présenterons d’ici quelques jours.

schema2015siteIl n’est pas toujours facile de s’y retrouver, d’autant que les positions idéologiques des uns et des autres ne peuvent plus suffire pour comprendre leurs liens, tant ces groupes sont capables d’alliance improbables ; leur importance numérique ou leur popularité sur internet peuvent, dans un sens comme dans l’autre, nous tromper sur leur importance réelle. Enfin, et c’est la tendance du moment, l’attitude ou la stratégie confusionniste de nombreuses formations rend encore plus difficile la lisibilité de ce milieu. Ainsi, pour mieux anticiper et combattre leurs actions et leurs idées, notre schéma propose des repères sur les différentes nébuleuses qui composent le mouvement nationaliste français, que nous avons grossièrement regroupés de la façon suivante :

Les institutionnels

Respectueux des règles de la démocratie représentative, invités par tous les médias, ils représentent la partie la plus «présentable» de l’extrême droite à laquelle ils se défendent par ailleurs d’appartenir.

La Droite Populaire a été créée par des parlementaires de droite (ayant souvent milité à l’UNI, au MIL ou au GUD), chargés de défendre une ligne « dure » au sein du parti de Nicolas Sarkozy. Elle a été supplantée par la Droite forte, un courant fondé par un ancien du FN et du MPF, avec pour slogan « Nous sommes fiers d’être Français, nous sommes fiers d’être de droite », majoritaire au sein de l’UMP, devenu les Républicains.

Le Front national est la principale formation d’extrême droite : fondée en 1972 par les néofascistes d’Ordre nouveau et d’autres groupuscules nationalistes, le FN est vite devenu « la chose » de son président Jean-Marie Le Pen. Au début des années 1980, il rassemble les différents courants de l’extrême droite, des plus traditionnels (catholiques intégristes, anciens collabos, partisans de l’Algérie française) aux plus radicaux (solidaristes, nationalistes-révolutionnaires, néonazis…). La scission de 1998 a affaibli le parti durant plusieurs années, jusqu’au congrès de Tours de 2010, où Marine Le Pen a succédé à son père avec la volonté affichée de s’affranchir des courants historiques du nationalisme français. Le FN dispose également d’une structure pour la jeunesse, le Front National Jeunesse, qui n’a plus la même dynamique que par le passé.

Crée en 2012, le Rassemblement Bleu Marine regroupe autour du FN de Marine Le Pen des groupuscules souverainistes comme le SIEL dans l’espoir à la fois d’élargir son audience électorale et de fondre le FN dans une structure plus large et passe-partout.

Sans réel succès sur le plan électoral, les mouvements souverainistes ont des stratégies variables à l’égard du FN : le SIEL a choisi l’alliance électorale, Debout la France (ex-Debout la République) de Nicolas Dupont-Aignan la refuse tout en se rapprochant de la Ligue du Sud, tandis que d’autres, comme l’UPR, joue la carte du confusionnisme.

Liste électorale créée en 2005 avec les Identitaires et des anciens du FN par l’actuel maire d’Orange, Jacques Bompard, membre fondateur du Front national, élu maire en 1995 sous l’étiquette FN (il a quitté le parti de Jean-Marie Le Pen la même année), la Ligue du Sud se caractérise par son implantation locale et sa fidélité à des positions nationalistes radicales.

Les modernes

Prétendant souvent rompre avec l’extrême droite traditionnelle, ils aiment brouiller les cartes et, amateurs de coups médiatiques, sont à l’aise avec les nouvelles technologies.

Version française du mouvement Kach du rabbin Khahane, la LDJ se distingue par sa violence et son soutien à l’extrême droite israélienne. Ses cibles favorites sont plus l’extrême gauche pro-palestinienne que l’extrême droite antisémite (exception faite de Dieudonné).

Issus d’Unité radicale, le Bloc identitaire tente depuis sa création de se démarquer de l’extrême droite traditionnelle tout en recrutant parmi les jeunes nationalistes. Sans référence idéologique, il mise sur la communication et Internet. Génération identitaire, sa structure jeune, est ainsi mise en avant lorsqu’il veut créer le buzz. Mais les Identitaires ne sont pas arrivés à se créer un espace politique distinct : le rapprochement de leur leader Philippe Vardon et du FN, si il se confirmait, pourrait entraîner la dislocation des Identitaires.

Créé en 2007, Riposte laïque exprime son islamophobie sous couvert de défense de la laïcité. Il est aujourd’hui très isolé et donc prêt à toutes les alliances.

Le Mouvement d’Action sociale s’est développé dans l’ombre des mouvements nationalistes en mettant en place des structures comme la webradio Méridien Zéro, qui est aujourd’hui leur principale activité. Inspiré par les néo-fascistes italiens de Casapound, le MAS tente parfois de «s’inviter» dans les mobilisations d’extrême gauche ou, au prétexte de l’anticapitalisme, de jouer sur une certaine confusion, en particulier à travers sa revue Rébellion.

Fondé par Alain Soral en 2007, Égalité & Réconciliation avait à l’origine comme ambition de regrouper nationalistes de droite et patriotes de gauche. Mais après l’échec de la liste antisioniste en 2009, ceux qui voulaient transformer E&R sont partis, et l’incohérence politique de Soral a fait le reste. E&R se caractérise essentiellement par son antiféminisme et son antisémitisme virulent, et n’est plus que le fan-club de Soral, et l’un des principaux relais de Dieudonné. Les deux guignols ont récemment lancé une structure pour retenter l’aventure électorale (et toucher de l’argent public), Réconciliation nationale.

Si le noyau dur de ce petit milieu n’évolue guère, le négationnisme peut remercier Dieudonné qui aura contribué à faire connaitre ses thèses délirantes et certains de ses auteurs comme Robert Faurisson devenu une « vedette » chez les troupes du pseudo-comique, ou encore à Vincent Reynouard qui a pu étendre son auditoire. Le noyau dur reste regroupé autour de listes de diffusion telle que « Bocage », et de rares publications ou catalogues de VPC.

Les thèses  conspirationnistes ne sont pas l’apanage de l’extrême droite, et certaines viennent même de la gauche. Mais elles fournissent  souvent des arguments aux fachos de toutes sortes, car derrière chaque conspiration ou presque se cacheraient  les « sionistes » (i.e. les Juifs) et/ou les impérialistes (le « grand Satan » américain), ce qui a permis ponctuellement des rapprochements contre-nature. Bien que d’aspect confus, le milieu conspi est organisé en  un réseau très dense d’individus et de groupes. On peut citer  le Réseau Voltaire, Re-Open911, Nouvelle Solidarité de J. Cheminade, Alterinfo…

Prétextant une information « plurielle » et la volonté de se démarquer des médias « officiels », des webTV se sont spécialisées dans les tribunes offertes à l’extrême droite. Loin d’offrir une information honnête, elles ne font que relayer ses contre-vérités racistes, et, plus grave encore, elles les légitiment en les mettant côté à côte avec quelques autres invités plus « progressistes ».

Les bourrins

Ces groupes obéissent à des logiques de bandes, souvent derrière un chef totémique : leur faiblesse numérique est compensée par un folklore provocateur et une violence assumée.

L’Œuvre Française (OF) poursuit sous ce nom ses (rares) activités depuis sa dissolution à l’été 2013. Des cadres de l’OF « infiltrés » dans le FN ont été victimes de la politique de normalisation de Marine Le Pen. Des militants de l’OF animent le CLAN (Comité de Liaison et d’Aide Nationaliste, qui soutien «leurs» prisonniers) et d’une structure féminine, Les Caryatides. Proche des nostalgiques de Vichy ou de l’Algérie Française, des antisémites et des catholiques intégristes, l’OF représente la branche «dure» de l’extrême droite française.

Pâle copie du mouvement étudiant né en 1969,  le GUD est mené à Paris par Logan Djian, et à Lyon par Steven Bissuel. En dehors de l’agitation dans leurs quartiers (comme dans le XVe à Paris avec son local Le Crabe-Tambour), l’activité du GUD se résume à des conférences et de rares manifs (comme le 13 mai à Paris) ou sorties pour aller voir leurs amis italiens de Casapound. A l’inverse, certains de leurs ainés tels que Frédéric Chatillon ou Axel Loustau sont devenus incontournables au FN depuis qu’ils sont en « affaires » avec le parti de Marine Le Pen.

La mouvance skin d’extrême droite connaît un regain d’activité par rapport aux années 2000. S’il n’existe pas à proprement parler d’organisation skinhead fédérant tous les groupes au niveau national, on retrouve plusieurs groupes qui se font remarquer par leur activisme politique. Depuis la dissolution des JNR et de Troisième Voie de Serge Ayoub (qui s’est recyclé dans un club de bikers, les Praetorians), les skins d’extrême droite se sont de nouveau éparpillés dans la nature. C’est sans doute cette situation qui a provoqué un regain d’activité pour des mouvements comme Blood & Honour Hexagone ou les Hammerskins dont les activités sont plus mercantiles que militantes.

Né d’une scission du Bloc identitaire, le Réseau Identités se structure autour de la Ligue du Midi de la famille Roudier, dont l’activité est exclusivement locale.

Les anti-FN

Ces partis regroupent en grande majorité des déçus du FN, qu’ils espèrent reconstruire tel qu’il était dans les années 1980-1990.

Fondé en 2009 par Carl Lang, Le Parti de la France est le principal représentant des mouvements qui tentent d’incarner ce qu’était le FN des années 1980, c’est-à-dire une structure institutionnelle regroupant toutes les tendances de la mouvance nationaliste, en regroupant les opposants de Jean-Marie Le Pen (puis de Marine Le Pen). Allié à la NDP et au MNR, ses résultats électoraux restent insignifiants, et sa composition militante a tout de l’auberge espagnole.

Ironie de l’Histoire, Jean-Marie Le Pen, le fondateur et président du FN pendant 40 ans s’est retrouvé en septembre 2015 mis au ban du parti par sa propre fille. À 87 ans, difficile de lui donner un avenir politique, mais peut-être sa personnalité lui survivra-t-elle pour donner lieu à l’émergence d’un courant concurrent du FN new look version Philippot.

Créé en 1994 et dirigé par Pierre Vial, (ex-FN) Terre & Peuple, mouvement racialiste et païen, permet aux nationalistes de se retrouver autour du feu.

Les nostalgiques

Ils rêvent au retour de la France éternelle, celle de la monarchie absolue, du droit divin et des traditions oubliées.

Les réseaux catholiques intégristes sont denses et complexes, et mériteraient un schéma à eux tout seuls. Civitas, proche des intégristes de la Fraternité Saint-Pie X, en est la principale organisation d’agitation politique. De même la plupart des organisations anti-IVG, trop nombreuses pour toutes apparaître ici, sont en contact avec des groupes nationalistes. Leurs principales activités sont les « Marches pour la vie » et les prières devant les centres IVG organisées par SOS Tout Petits.

Collectif au service d’une idéologie réactionnaire soutenue par la droite catholique, la Manif pour Tous a organisé en 2012-2013 des manifestations massives contre le projet de loi sur le mariage homosexuel. Mobilisé sur le thème de la défense de la famille traditionnelle et de l’homophobie, ses militants sont invités à privilégier l’entrisme, en particulier au sein de la droite traditionnelle. Une scission en 2013 de ses éléments les plus radicaux a donné naissance au Printemps français aujourd’hui moribond.

Lancée il y a peu, SOS Chrétiens d’Orient réussi grâce à une thématique très actuelle à diffuser ses idées et son travail auprès, tant chez les Identitaires que les cathos tradis, et jusque dans les rangs de l’assemblée nationale où la cause des chrétiens d’Orient est portée par quelques élus.

Créée en 2005 et dirigé par Thibault de Chassey, le Renouveau français a rompu avec le FN et s’est rapproché de l’Œuvre française. Le RF s’est doté sur Paris d’un point d’ancrage et de diffusion avec l’ouverture de la Librairie française à Paris.

Né à la fin du XIXe siècle, l’Action française est le plus vieux mouvement nationaliste en activité. Mouvement royaliste autrefois école de formation d’extrême droite, l’AF, présidé par S. Blanchonnet, organise aujourd’hui quelques rassemblements ou des débats. Il arrive que ses militants fassent les gros bras pour protéger des personnalités d’extrême droite, comme Alain Soral ou le maire FN de marseille Stéphane Ravier.

6) Surtout présents dans le Sud-Est, les nostalgiques de l’Algérie Française ( Adimad, qui regroupe des anciens de l’OAS, ainsi que le Comité Véritas, le Cercle Algérianiste, Jeune Pied-Noir …) peuvent localement représenter un lobby nationaliste non négligeable.

 

SOURCE / LAHORDE

Publié dans actualités

Commenter cet article