L'homme-tigre, Eka Kurniawan

Publié le par dan29000

L'homme-tigre, d'Eka Kurniawan.

Sans doute un des plus étranges romans de cette rentrée littéraire.

Rien que le titre...

Le roman commence comme un polar, avec un meurtre, celui d'Anwar Sadat, un notable local inoffensif. De plus l'on connaît le coupable, Margio. Interrogé par les autorités, celui-ci va juste répondre :

 

"Ce n'est pas moi, il y a un tigre dans mon corps."

 

Ce ne sont que les premières pages de ce roman foisonnant et parfois hypnotique qui entraîne le lecteur dans la culture indonésienne. Une culture que nous connaissons assez mal en France. Il est toujours intéressant de comprendre ce qui pousse un homme à tuer son prochain. Surtout quand il n'y a aucun motif évident. Comprendre un meurtrier est nécessaire, surtout quand il prétend avoir un tigre blanc en lui !

 

Eka Kurniawan, écrivain majeur en Indonésie, va nous faire partager le passé de Margio, le meurtrier. Un tel geste provenant souvent des profondeurs du passé. Un passé marqué par un passage de la campagne à la ville, par la mésentente entre ses parents, par un foyer devenu oppressant... Peu à peu, avec une grande subtilité, l'auteur nous fait découvrir la vie passée de Margio. En particulier son père, personnage assez repoussant. Une certaine tristesse se dégage de sa vie, une vie sous le signe de la violence conjugale vécue par ses parents.

 

Roman psychologique puissant, L'homme-tigre nous offre également une belle immersion dans les coutumes et la géographie indonésienne. Un roman se situant au carrefour de l'enquête, de l'analyse psychologique et du conte. Ce qui est assez rare. Un voyage souvent poétique et mystérieux, avec toujours en toile de fond, ce fameux tigre, déjà vu par le passé chez le grand-père de Margio. L'esprit du tigre se transmet au fil du temps, mais pas toujours.

 

La colère couve parfois longtemps, puis elle surgit... Comme un tigre blanc !

 

S'il faut quelques pages pour bien entrer dans ce roman si original, le lecteur ensuite se laisse subjuguer par la narration, par l'ambiance, par les personnages.

 

Eka Kurniawan, un nom à retenir, dans l'attente de son prochain roman.

 

Dan29000

 

L'homme-tigre

Eka Kurniawan

Traduit de l'Indonésien par Étienne Naveau

Sabine Wespieser éditeur

2015/ 256 p / 21 euros

 

Le site de l'auteur

 

Le site de l'éditeur

 

 

EXTRAIT /

 

"LE SOIR où Margio assassina Anwar Sadat, Kyai * Jahro
était captivé par ses poissons dans leur bassin. L’odeur
d’une mer à la voix de fausset flottait parmi les cocotiers.
Les vents apaisés rampaient parmi les algues, les érythrines
des Indes et les buissons de lantanas. L’eau du
bassin stagnait au milieu de la plantation de cacaoyers, qui
perdaient leurs feuilles faute d’être suffisamment entretenus.
Leurs fruits secs et maigres finissaient par ressembler
à des piments et ne servaient plus guère qu’aux employés
de l’usine de tempé *, qui raflaient leurs feuilles en fin
d’après-midi. À travers la plantation coulait un petit ruisseau
où nageaient les anguilles et les poissons-serpents,
bordé de marécages destinés à recueillir les eaux durant
les crues. Peu après que la faillite de la plantation avait été
déclarée, des gens étaient venus arracher les jacinthes
d’eau et le cresson sauvage pour mettre des piquets et
planter du riz dans ces marécages."

Publié dans lectures

Commenter cet article