Qui a tué Ali Ziri ? Un film de Luc Decaster, en salles

Publié le par dan29000

Alors que nous venions de lancer Danactu-résistance en mai, en juin 2009 à Argenteuil, dans le Val d'Oise, Ali Ziri mourait après une interpellation par quelques policiers locaux lors d'un contrôle routier ! Il avait 69 ans et prenait alors place dans la longue liste des victimes de la police.

 

"Arrêt cardiaque" déclara le Procureur de leur République !

 

Devant la forte émotion causée par cette mort prématurée suspecte, des habitants d'Argenteuil se constituaient en collectif demandant une contre-expertise qui révélera quelques semaines plus tard, 27 hématomes sur le corps d'Ali Ziri ! Sans oublier des signes "d'asphyxie de type mécanique" provoqués par des appuis soutenus sur les poumons (la pratique interdite du "pliage").

 

Va s'en suivre une longue résistance du Collectif et de la famille. C'est ce que le film de Luc Decaster permet de suivre dans les rues de la commune, dans les palais de justice ou encore dans les réunions du Collectif "Vérité et justice pour Ali Ziri". Car c'est bien de cela qu'il s'agit en fait, savoir la vérité sur les mensonges policiers, couverts par la justice, selon une coutume bien établie dans ces nombreuses affaires. En France, comme aux États-Unis, police et justice travaillent en étroite collaboration tout au long de l'année, on peut donc comprendre les difficultés morales et politiques d'un juge pour instruire à charge et décharge. On peut le comprendre mais en aucun cas l'admettre. D'autant plus quand les affaires mortelles s'enchaînent dans les deux pays.

 

Voilà pourquoi ce film est important. Important car le financement ne fut pas simple, important qu'il puisse sortir en salles, important qu'il brise le mur du silence entourant les victimes de la police depuis bien des années. Car des cas comme celui d'Ali Ziri sont hélas nombreux dans tout l'hexagone depuis des décennies. Un film qui va donc au-delà de la mort d'Ali Ziri.

 

On tentera d'oublier la forme du film, notamment plusieurs plans fixes vides, et de nuit, sur la gare, sur une avenue, sur une rue... cassant le rythme déjà rendu pesant par un abus de plan-séquences.

 

Le plus important étant que le film existe et soit vu dans cette France plusieurs fois condamnée par la Cour européenne des Droits de l'homme pour violation du droit à la vie ou traitement inhumain ou dégradant dans les commissariats.

 

Le réalisateur de Dieu nous a pas fait naître avec des papiers et de On est là ! nous offre là un fort témoignage à hauteur d'homme, sur une beau mouvement de résistance, sur cette banlieue qu'il connait bien, résidant à Argenteuil, sur une triste affaire qui n'est pas encore finie. En décembre 2014 la Cour de Rennes a réaffirmé le non lieu, sans entendre les policiers impliqués, et sans reconstitution ! La famille a fait appel en janvier 2015 devant la Cour de cassation. Le Collectif se dit prêt pour aller jusqu'à la Cour Européenne des Droits de l'homme.

La lutte pour la vérité, pour la justice va se poursuivre. Notre site continuera lui aussi à informer ses lecteurs face au silence habituel des médias dominants.

 

Dan29000

 

Qui a tué Ali Ziri ?

Luc Decaster

Sortie en salles le 07 octobre 2015

1 h 31 / 2015

Production et distribution Zeugma films

Pour programmer le film dans votre ville :

distribution@zeugma-films.fr

 

PARIS, Espace Saint Michel


Mercredi 7 octobre autour de 20h (horaire à préciser) en présence de
l'équipe du film et du collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri, de
Monseigneur Gaillot, de Jessica Lefèvre, compagne d'Amadou Koumé, tué le 6 mars 2015 par la police à Paris.

 

ARGENTEUIL, le Figuier Blanc


Samedi 10 octobre à 20h30 en partenariat avec l'Association pour la
défense du cinéma indépendant des films d'auteurs et des salles arts et essai, de l'ATMF, Association des Travailleurs Maghrébins de France et le Collectif "Vérité et Justice pour Ali Ziri"

 

Le site du film

 

La page facebook du films

 

Le soutien de la LDH

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article