Fiché S... Mais c'est quoi ?

Publié le par dan29000

Comment j’ai appris que j’étais fiché « S »

 

Itinéraire d’un ennemi intérieur fiché "S" et qui n’a pas grand-chose à voir avec Daesh...

 

Fin des années 2000, je suis un jeune militant très naïf et surtout très révolté par le monde qui m’entoure. Je m’initie au militantisme radical, traîne sur les forums et les sites d’inspiration anarchiste. Mes pratiques sont pas vraiment structurées et ma ligne politique pas beaucoup plus... Évidemment à cette période, je ne sais rien de la sécurité internet, TOR n’existe pas, je parle au téléphone comme je peux et j’ai une adresse hotmail. Du pain béni donc pour Squarcini et sa bande... [1]

Il faut dire que nous sommes en pleine période de parano de la part de l’Etat. Alliot Marie et consorts sont persuadés que « l’ultra gauche » (pour reprendre le vocable de l’époque) est en phase de passer en clandestinité et de mener des actions. [2] On ne saura jamais s’ils y croyaient vraiment à ce compte ou s’il s’agissait d’une simple manœuvre policière. Mais « Ôh surprise » aucune action clandestine d’extrême gauche n’a eu lieu depuis et aucun groupe n’a pris d’armes contre l’Etat.

Et donc moi j’arrive peu ou prou dans le mouvement libertaire/ révolutionnaire à ce moment-là. J’ai pas de bol. Alors je commence à me former en parlant avec des gens, en discutant, en participant à des luttes sociales. À l’époque, j’étais beaucoup sur des thématiques anticarcérales. Je me suis aperçu plus tard qu’il s’agissait pour les flics d’un marqueur. Les gens qui militaient sur la prison étaient directement suspects.

Fort de mon trop-plein de confiance et persuadé que je vais changer le monde à la seule force de mon poignet, je me lance donc dans l’activisme forcené. Dès que je peux être quelque part, j’y suis. Je participe à l’organisation d’une manif qui, ça devait arriver, se passe mal. Il y a des arrestations, des dégradations, on prend la violence d’Etat dans la gueule, je suis moi-même contrôlé ... L’événement fait le buzz médiatique. Le soir même mon téléphone résonne bizarrement et s’éteint tout seul.
Et là je me dis que j’aurai dû peut-être faire un peu plus attention aux traces que je laissais.
À ce moment-là, je suis un peu plus conscient d’être fiché. Et l’aspect « abstrait » de la surveillance s’efface peu à peu pour laisser place à quelque chose de bien plus concret. Dans ma bande de potes, durant les rondes des policiers, les flics les apostrophent par leur prénom alors qu’ils boivent une bière dehors, les écoutes sont vérifiées à plusieurs reprises, on commence progressivement à ne plus utiliser le net que pour des choses d’ordre public.

L’année suivante est un peu pénible pour moi. Je fais la bagatelle de trois gardes à vue (dont une en pays étranger) pour des motifs assez variés. Je me fais aussi arrêter en Belgique, lors d’un rassemblement No border, avec 300 autres copains. Cet élément va à coup sur allonger mon dossier de renseignements. À cette heure-ci, je ne sais pas qu’il existe. Quelque mois après j’en aurai la preuve.

Je me fais choper dans une histoire que l’on peut qualifier de droit commun. Je ne m’étendrai pas sur les sombres raisons qui m’ont amenées à finir en garde à vue, mais il est clair qu’il n y avait pas grand-chose de politique. Mais par contre ça prend une ampleur étrange par rapport aux faits reprochés. Mes camarades gardés à vue et moi sommes militants. Du coup, ça prend des plombes. On reste au dépôt un temps fou. Au final, on sort avec un contrôle judiciaire sérieux par rapport à ce qu’on avait (pas) fait.

En attendant ; j’épluche avec mon avocat le dossier et m’aperçois de deux choses :

  • Lors de ma garde à vue de droit commun, le commissariat dans lequel j’étais a reçu un appel de la sous-direction à l’anti-terrorisme (SDAT)
  • J’ai une fiche « S ». C’était inscrit dans une fiche de renseignements, sur un feuillet à part dans l’affaire pour laquelle j’étais poursuivi.

La fiche S, on sait pas trop ce que c’est. C’est un peu opaque. À l’époque un bon article est sorti par les Inrocks et d’autres articles suivent, notamment autour de l’affaire de l’antisémite et Islamiste M. Merah.
Ce sujet devient « mainstream ». Mais quelque mois avant, on avait pas d’élément pour savoir. Mon avocat m’avait simplement expliqué qu’il s’agissait d’une fiche de « sûreté ». En gros, on était fiché quoi. Je n’avais pas pris la peine de découvrir ça.

Tout ceci pour découvrir que non. Une fiche « S » ça n’est pas une preuve. Une fiche « S » ça peut cibler votre pote supporter de foot ultra, votre ami-e militant-e, votre vendeur de Kebab kurde qui aime bien le PKK...
Une fiche « S » c’est juste la permanence de l’état policier, c’est juste le résultat d’années de surveillance.

Et maintenant...

À l’heure ou Sarkozy a déclaré de foutre toutes les fiches « S » en taule, à l’heure ou les perquisitions et les assignations à résidence se multiplient j’attends. Quand viendra mon tour ?
Quand est-ce que moi, qui ait toujours été un militant public, vais-je avoir ma porte enfoncée à 3 heures du mat’ (les flics ont le droit de pénétrer chez les gens à toute heure avec l’état d’urgence) ? Vais-je me retrouver coincé chez moi à ne pas pouvoir bosser, ne pas pouvoir voir mes amis ? Vais-je me retrouver en taule avec mes ennemis islamistes ?

Alors vous venez ou pas ?

Notes

[1ancien directeur de la DCRI (nouvellement appelé DGSI). Un article à son sujet.

[2Paranoia concrétisée par des arrestations et des procédures antiterroristes en région parisienne et dans le Limousin, durant les affaires dites des « fumigènes » et de Tarnac

 

SOURCE/ PARIS-LUTTES.INFO

Publié dans actualités

Commenter cet article