Les pêchers, Claire Castillon, éditions de l'Olivier

Publié le par dan29000

Depuis une quinzaine d'années, les rendez-vous littéraires avec Claire Castillon sont réguliers, de Fayard à Grasset et maintenant aux éditions de l'Olivier où elle nous offre cette année Les pêchers. Une attachante histoire de femmes. A vrai dire de trois femmes, Tamara, Esther et Aimée. Toujours avec justesse et délicatesse, ce qui ne surprendra pas ses lecteurs habituels.

 

Tamara, personnage central. Compagne d'un docteur, un docteur ayant une fille en garde alternée, Esther. Le roman s'ouvre sur Tamara allant chercher Esther à la gare. Tamara a une liste de ce qu'elle doit faire. Comme prendre la valise d'Esther afin de la porter. Esther est fragile au stade de la pré-adolescence. Même si Tamara sourit, elle est en réalité prisonnière. Prisonnière de Claude dont le but est de faire d'elle sa future épouse modèle.

 

Guerre des sexes donc. Un des thèmes favori de Claire Castillon. L'auteure de Dessous c'est l'enfer décrit avec brio et finesse, un beau portrait de femme en résistance, qui vient de changer de vie, après une relation passionnelle. Elle supporte donc un enfermement doré, protégé, dans sa nouvelle vie ultra bourgeoise qui a des aspects sécurisants. Mais parfois la sécurité se transforme en douce captivité... D'autant plus que Tamara rêve... De son ancien amour, encore un peu présent, et assez vite sa vie trop dirigée va lui peser. Mais la liberté fait peur. Dilemme.

 

Divisé en trois parties correspondantes aux trois femmes, ce nouveau roman de Claire Castillon donne voix à Aimée, l'ex-femme de Claude, et s'achèvera sur Esther, la belle-fille de Tamara. Rapports pas vraiment faciles entre elles. Second personnage de ce roman, Esther est en construction, se heurtant à des réalités qu'elle ne peut pas toujours bien saisir, elle va se trouver confrontée à son père qui la rend un peu responsable de son échec sentimental précédent.

 

Au-delà de cette histoire bien construite, c'est, une fois encore, le style de Claire Castillon qui fait le charme de ce roman qui parfois, peut rappeler au lecteur les meilleurs premiers romans de Françoise Sagan ou Muriel Cerf. Une écriture sensuelle, sans fioritures, précise et évocatrice, bien en adéquation avec la psychologie de ce trio féminin.

 

Dan29000

 

 

Les pêchers

Claire Castillon

Éditions de l'Olivier

2015 / 208 p / 17,50 euros

 

 

Le site de l'éditeur

 

 

EXTRAIT :

 

J’ai pas de limite de vitesse quand je pars chercher sa fille à la gare. C’est comme si j’étais la voiture, avec le cœur qui frotte le goudron, tellement fort qu’il le décolle. Après, il se fixe dans mes poumons, faut voir tout ce que je fume pour l’intoxiquer. Le tabac est l’arme essentielle. Claude est furieux que je me délabre. Il me décrit le dernier sinus qu’il a soigné, enfin perdu. Tu vas mourir, me dit-il à bout, et Esther saute sur ses genoux. Elle est contente mais elle dit Non, non Tarama, reste avec nous!

 

Publié dans lectures

Commenter cet article