Elisabeth Badinter perd une bonne occasion de se taire

Publié le par dan29000

 

"Il ne faut pas avoir peur de se faire traîter d'islamophobe [pour défendre la laïcité]"

 

 

Tweet-Elisabeth-Badinter

La phrase lapidaire de la philosophe Elisabeth Badinter a été lancée ce matin dans l'émission 7/9 de Patrick Cohen.

 

A l'occasion des commémorations des attentats de janvier contre Charlie Hebdo, Elisabeth Badinter et Riss (dessinateur de Charlie Hebdo) étaient conviés ce matin au micro de Patrick Cohen.

 

Dans un moment où les appels à l'unité devraient prévaloir absolument, Elisabeth Badinter s'est fendue d'une déclaration qui remet amèrement au goût du jour la négation de la dignité individuelle de chacun de pouvoir juger librement une production journalistique et artistique.

Est-ce être contre la laïcité, principe inclusif et pour le vivre-ensemble, que d'exercer son droit à juger négativement une production journalistique et artistique ou de croire sans se faire insulter ?

 

Quel lien pourrait bien exister entre la défense de la laïcité et le droit de se revendiquer islamophobe ? L'islamophobie sont les paroles ou les actes de rejet et/ou de discrimination envers les personnes ou les institutions pour leur confession musulmane réelle ou supposée. Le fait de critiquer une religion fait partie de la liberté d'expression tout comme le fait de critiquer des caricatures. Et en aucun cas ne pas aimer​ des caricatures ne saurait être contre la laïcité.

 

Que dire quand Riss, dessinateur de Charlie Hebdo, acquiesce cette sortie d'Elisabeth Badinter par un incisif "On se sent moins seuls" ? N'est-ce pas un aveu de la part de Riss que les caricatures de Charlie Hebdo pouvaient-être interprétées comme telles ? Cela serait d'autant plus grave que des enfants aient été invectivés à la suite des terribles attentats de janvier parce qu'ils "n'étaient pas Charlie".

 

Les réactions ne se sont pas fait attendre sur Twitter :

 

Ce-Didier-Porte

Ce-laicite-islamophobie

SOURCE/ ISLAMOPHOBIE.NET

Publié dans actualités

Commenter cet article