Incertaines demeures, de Gaspard Lion, chez Bayard

Publié le par dan29000

Année après année, toutes les enquêtes le prouvent, après le chômage, c'est l'endémique crise du logement qui préoccupe des millions d'habitants dans notre pays. Depuis plusieurs décennies, divers plans se sont succédés, dans le cadre des alternances politiques. Sans résoudre le problème. Alors d'autres stratégies se mettent en place par ceux qui doivent survivre au jour le jour. Gaspard Lion a mené une longue enquête de cinq ans sur ces formes marginales de logement. Sur ces Incertaines demeures qui prolifèrent où ceux qui n'ont rien, tentent de préserver un peu de dignité face aux carences endémiques de l'État.

 

 

 

Après une introduction permettant au lecteur de comprendre ce que l'on nomme la sociologie de l'habitat précaire, Gaspard Lion, qui est rattaché à l'EHESS et à l'université Paris Descartes, propose un tableau en trois temps sur ce sujet encore assez peu traité : habiter dans les bois, vivre dans une tente à Paris, et enfin résider dans un camping à l'année. C'est sans doute un choix, même si nous aurions aimé que l'auteur aborde le phénomène répandu des squats, entre autres... Dès les premières pages, l'on comprend qu'il a fallu du temps à l'auteur pour se faire accepter par Germain, Fred, Laurent ou Céline qui vivent dans des cabanes dans les bois. Présence parfois quotidienne durant des mois, puis espacée, et même parfois en campant avec eux durant quelques semaines. Évitant ainsi un point de vue surplombant et permettant de mieux saisir les parcours de vie de chacun. Avec des constantes endémiques, chômage, divorce, perte du logement, vie en meublé, puis la rue...

 

 

Une constante se fait jour assez vite, le fait de s'approprier un lieu précaire malgré des contraintes évidentes et la menace toujours possible de l'expulsion à venir. Gaspard Lion pointe aussi la notion, importante, de choix. Celui de la tente, de la cabane, de la yourte, de la caravane, certes choix sous contraintes, mais permettant de préserver des espaces d'autonomie, face aux acteurs institutionnels cherchant à mettre à l'abri pour leur bien, ces précaires, dans des centres d'hébergement. Au-delà des bois, les villes, malgré leurs espaces de plus en plus hostiles aux exclus, sont aussi des endroits de vie où les sans logement tentent de négocier une place où se poser avec une tente. Il s'agit alors de gérer le rapport aux autres, surtout avec un labrador comme celui de Noah, un rapport parfois chaleureux même s'il reste par définition inégalitaire.

 

 

Cette passionnante enquête de Gaspard Lion s'achève sur le camping comme bouée de sauvetage pour Bruno, un camping pourtant plus entretenu depuis des mois. Avec une nouvelle menace de précarité, la prochaine fermeture hivernale, empêchant donc d'y habiter à l'année ! Halem (Habitants de logements éphémères ou mobiles), association faisant partie de la Fédération Droit au Logement revendique le droit de choisir son habitat, en ayant la possibilité d'obtenir un logement de droit commun. Éliminer la pauvreté en l'interdisant augmente la précarisation de ces exclus du logement. Les pouvoirs publics doivent donc reconnaître ces habitats afin d'aller vers un droit à l'habitat.

 

 

Dan29000

 

 

Incertaines demeures

Enquête sur l'habitat précaire

Gaspard Lion

Éditions Bayard

2015 / 230 p / 19,90 euros

 

 

Le site de l'éditeur

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article