Bure : Tous au Printemps des luttes paysannes

Publié le par dan29000

Toutes et tous au Printemps des luttes paysannes à Bure !

 

Le 16 & 17 avril, enracinons définitivement notre refus du projet CIGEO !

 

Depuis l’été 2015 et le campement VMC, le collectif Terres de Bure s’est cristallisé à l’occasion d’une discussion contre l’accaparement des terres de l’ANDRA. Ce collectif réunit différentes composantes de la lutte contre CIGEO. Nous sommes des paysan-ne-s de la région et d’ailleurs révolté-e-s par le futur saccage des terres agricoles et des forêts que promet l’installation de la poubelle nucléaire. Nous sommes des habitant-e-s des environs de Bure, de la Maison de résistance à la poubelle nucléaire et ailleurs, dont la simple existence s’oppose à la désertification contrôlée du territoire. Nous sommes des « militant-e-s », nouveaux ou « historiques », individus, membres de collectifs informels, d’associations, décidé-e-s à nous réapproprier ce territoire des mains voraces de l’ANDRA. Les 16 & 17 avril, à l’occasion de la journée internationale des luttes paysannes, nous appelons au Printemps des Luttes paysannes, un week-end de rencontres et d’action.

Depuis 20 ans, l’ANDRA nettoie le territoire pour creuser sa poubelle nucléaire

Depuis 20 ans l’Agence Nationale de Gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA) prépare l’implantation de son projet insensé de gigantesque poubelle nucléaire CIGEO en Meuse et Haute-Marne. 300km de galeries à 500 m sous terre pour déverser les pires déchets concentrant 99,9% de la radioactivité française. 600 ha d’installations de surface, 130 ans de travaux, 35 à 40 milliards d’euros de coût annoncé. La promesse absurde d’un risque zéro pendant 100 000 ans alors que les galeries s’effondrent déjà, tuant des travailleurs. Pour faire accepter l’inacceptable, l’agence fabrique le désert et confisque le territoire à toutes celles et ceux qui l’habitent et le cultivent.

fouillesarcheo7La confiscation des terres

La dépossession du territoire, c’est l’accaparement de 2000 ha de forêts et plus de 1000 ha de terres agricoles orchestré « à l’amiable » depuis des années par l’ANDRA et les SAFER. C’est un harcèlement quotidien des propriétaires et agriculteurs pour l’achat ou l’échange de leurs parcelles.

La dépossession du territoire, ce sont les faux débats publics, les mensonges et les manipulations politiques. C’est le mépris qu’essuient les habitant-e-s du village de Mandres-en-Barrois qui tentent de résister à l’échange de leur forêt communale où seraient construits les gigantesques puits de ventilation de la poubelle.

La dépossession du territoire, ce sont les griffes des tractopelles qui occupent depuis septembre 2015 les terres retirées aux agriculteurs pour les « travaux préparatoires » de fouilles et de sondages. Ce sont des milliers de tranchées lacérant ces terres, qui évoquent l’histoire meurtrière de la région, et témoignent de la guerre menée par l’ANDRA à toutes celles et ceux qui habitent et cultivent ce territoire.

Nous reprendrons ce territoire des mains voraces de l’ANDRA et des aménageurs ! 

Nous, habitant-e-s, paysan-ne-s de la région et d’ailleurs, individus et collectifs opposé-e-s à la nucléarisation du territoire, refusons cette fabrique du désert !  Le 15 novembre 2015 lors des« Semis Radieux » nous étions plus de 200, emmenés par 11 tracteurs, à enraciner notre résistance sur 2 ha de l’ANDRA, à un jet de pierres de ses locaux. Blé, orge, avoine, moutarde, arbres fruitiers, arbres de haies, fleurs : le champ que nous avons semé ce jour-là est celui des possibles ! Champ de la réappropriation des usages agricoles et nourriciers, champ de vies en résistance, champ de l’organisation commune !

IMGP0250Le 15 novembre pour les Semis Radieux : sus à l’ANDRA et à son monde !

Soyons encore plus nombreux à semer les terres le 17 avril 2016 pour nous réapproprier ce territoire que les aménageurs souhaiteraient vide et contrôlable ! Pour défendre l’usage agricole des terres. Pour nourrir la résistance à CIGEO et à son monde. Pour construire un mouvement large et joyeux de résistance à l’artificialisation des terres, aux projets imposés et à la marchandisation du monde.  Et dès le 16 avril, une journée de rencontres sur les résistances à l’accaparement des terres et l’artificialisation des sols se tiendra à l’ancienne gare de Luméville-en-Ornois, pour prendre le temps de la discussion, partager des analyses et élaborer des stratégies communes.

Des semis radieux, pas des chantiers irradiés ! ANDRA, dégage !

L’appel
Appel détaillé et premier programme (provisoire)

__________________________________________________________________________________________

Modalités pratiques : Rencontres et discussions le samedi 16 avril ; semis collectif le dimanche 17 avril. Possibilité d’arriver sur place dès le vendredi 15 au soir. Plus d’infos et programme à venir !

Action soutenue par : des personnes et des collectifs d’ici et d’ailleurs, BureStop 55, Mirabel Lorraine Environnement, Confédération Paysanne de Meuse, de Haute-Marne et de Lorraine, La Graine, Bure Zone Libre, ASODEDRA, Habitants Vigilants de Gondrecourt-le-Château, Habitants Vigilants de Void-Vacon.

Plus d’infos :  Pour mieux comprendre le processus d’appropriation foncière et de nettoyage du territoire de l’ANDRA, un document de travail partisan a été rédigé au cours des derniers mois, le voici en version complète ou résumée.

Contact : terresdebure@riseup.net (prévenir de l’arrivée le 15 et/ou le 16)

IMGP0307Terre et Liberté !

 

SOURCE/ VMC.CAMP

Publié dans environnement

Commenter cet article