Dedans ce sont des loups, Stéphane Jolibert, éditions du Masque

Publié le par dan29000

Pour son premier roman, Stéphane Jolibert nous embarque dans le Nord. C'est dans un paysage aux limites du monde civilisé que se déroule Dedans ce sont des loups, un roman noir haletant qui ne peut laisser indifférent, publié cet hiver aux éditions du masque.

 

 

C'est au milieu de cette contrée retirée, enneigée huit mois sur douze que s'agitent plusieurs personnages assez inquiétants. La petite bourgade a pour centre de gravité le Terminus, un bar-hôtel qui fait aussi office de bordel. C'est un lieu étrange où font bon ménage, alcool, sexe et violence, un endroit où des hommes se cachent, des hommes aux lourds passés, qui font parfois semblant de jouer les bûcherons. Un endroit où police et justice sont loin, très loin. Une seule loi, celle du plus fort, la loi de celui qui sait survivre. Survivre au froid, à la neige... et à la violence endémique de ce lieu de perdition.

 

 

Stéphane Jolibert, tout en développant une histoire prenante, réussit ici une belle galerie de portraits, comme ce vieux Tom qui n'a plus de jambes et qui distille sans arrêt de l'alcool dans son laboratoire clandestin planqué dans sa ferme. C'est d'ailleurs lui qui fournit abondamment le Terminus. Il y a aussi Nats, sorte d'homme à tout faire qui livre l'alcool avec régularité, toute en encadrant les prostituées qui attirent les clients. La violence est à l'intérieur des esprits, et aussi à l'extérieur du Terminus, dans cette neige persistante qui parfois fait même disparaître les cadavres perdus, à moins que cela ne soit les ours qui rôdent !

 

 

Comme le suggère le titre de ce roman sans concession, l'homme est un loup pour l'homme, surtout quand les pulsions ne sont plus refrénées et que l'isolement favorise la remontée des envies les plus sombres. Notamment quand l'irruption d'un nouvel arrivant vient perturber la petite communauté et que l'esprit de vengeance de Nats revient en force. Difficile alors de dire qui sont les loups les plus redoutables, ceux qui chassent en meute à l'extérieur, ou ceux qui se battent en groupe à l'intérieur sans la moindre règle. L'écriture de Stéphane Jolibert, ancien directeur artistique enseignant maintenant la sémiologie de l'image, semble déjà prête pour le cinéma. Une nouvelle bonne surprise parmi ces premiers romans que nous affectionnons particulièrement.

 

 

Dan29000

 

 

Dedans ce sont des loups

Stéphane Jolibert

Éditions du masque

2016 / 284 p / 19 euros

 

 

Le site de l'éditeur

 

 

Lire un extrait

 

Publié dans lectures

Commenter cet article