Police et humiliation, un témoignage à Paris

Publié le par dan29000

Le policier: «Tu veux ma main dans la gueule?»

 

J'ai assisté hier à une violence policière très banale dans le métro parisien. Ce qui l'est moins, c'est la justification qu'en donnent les fonctionnaires de police.

 

A l'entrée d'une station de métro, j'assiste à contrôle opéré par deux policiers, comme on peut le voir tous les jours. Un appel téléphonique me fait m'arrêter et du coup, j'assiste à toute la scène. Les deux hommes contrôlés sont Arabes, comme à chaque fois que l'on assiste à une telle scène ou presque (il y a aussi les Noirs et les Roms).

Je remarque que les deux policiers sont agressifs. Ils parlent fort et mettent leur visage à proximité de ceux qu'ils contrôlent, dans un face à face très provoquant. Ils laissent rapidement partir l'un des deux en lui disant qu'ils ne voulaient "plus le voir dans le secteur". De quel droit ces deux fonctionnaires peuvent-ils interdire cet homme de territoire, l'histoire ne le dit pas.

Les deux policiers s'acharnent dont sur l'autre qui baisse la tête. Et tout à coup, juste au moment où mon coup de fil se termine et me laisse bien entendre, l'un des deux lance brutalement: "Tu veux ma main dans la gueule?". Sans réfléchir, je fais un pas et me retrouve à proximité. Je répète la phrase du policier à très haute voix et lui demande de quel droit il menace physiquement la personne qu'il contrôle. Je lui apprends qu'il vient de commettre un délit.

A ma grande surprise, les deux policiers ne me contrôlent pas, ne me menacent pas et l'un des deux entame même un dialogue poli. Il commence à me montrer les tickets de métro que l'homme en question vend à la sauvette pour gagner quelques euros. Il me montre aussi un bout de shit trouvé dans sa poche. Mais comme je lui explique que tout cela ne justifie pas qu'un fonctionnaire de police en uniforme se permette de menacer physiquement quiconque, il justifie cette violence par le fait que les personnes arrêtées sont souvent immédiatement relâchées (devrait-on emprisonner des gens pour des tickets vendus dans le métro?) et qu'ils doivent bien faire quelque chose. Il insista sur le fait que l'homme interrogé était Tunisien ("Est-ce qu'on me laisserait faire ça en Tunisie, moi?")

Face à la constance de mon seul argument, il en vient alors à parler de la difficulté de son métier et de son maigre salaire. Je lui demandai donc en dessous de quel montant il était légitime d'agresser les personnes contrôlées. L'homme finit par me dire que si cela continuait, les policiers refuseraient d'intervenir lors d'attentats. Il m'invita à écrire à sa hiérarchie et poursuivit son "interrogatoire".

Peu de gens se questionnent sur la conséquence de l'humiliation répétée. Comment imaginer que ces contrôles, ces violences, ces insultes et la peur suscitée ne débouche pas un jour sur de la haine. Une haine dévastatrice et suicidaire.

Il paraît qu'il ne faut pas se poser la question...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

SOURCE/ MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article