Grève à la SNCF mardi 26

Publié le par dan29000

Grève à la SNCF

CGT, UNSA, CFDT, SUD


Le 26 avril tous en grève

Assemblée générale à 11h, au centre de tri-postal

 

Appel de SUD Rail

 

Le 26 avril se endra la deuxième séance de discussion de la conven on collec ve. Lors de la première séance, le 13 avril, SUD-Rail et plus de 500 cheminots s'étaient invités à la table de négocia#on afin de demander des comptes. Et des comptes, nous sommes en droit d'en exiger. En effet, la direc on avait vendu aux cheminots un cadre social harmonisé vers le haut, or, avec le décret socle ( toujours pas publié et donc toujours modifiable) que le ministère nous a présenté et la conven on collec ve donnée le 5 avril, c'est tout simplement plus de 100 années d'acquis sociaux qui viennent de disparaitre dans le chemin de fer.

Pour comba*re le dumping social dans le ferroviaire, SUD-Rail exige que le décret socle soit au niveau du RH0077. Alors que nous aurions été en droit d'a*endre que le niveau social des 5.000 cheminots du privé s'aligne sur le niveau social des 150.000 cheminots de la SNCF, c'est en fait exactement l'inverse qui nous est proposé.

Voilà quelques exemples les plus choquants du décret socle et de la conven#on collec#ve:

  • Perte du tre roulant pour tous les ASCT non soumis à « la règlementa on de sécurité » (GCB, ANS...)
  • Zone de résidence étendue a 50 KM: cela entraine la fin des RHR dans ce*e zone et des prises de services décentralisées sur 50 KM.
  • Perte de 10 à 21 repos minimum en fonc on de votre régime de travail. Pour les agents non sou- mis « aux horaires de transport et à l'assurance de la con nuité et de la régularité du trafic » ce sera 104 repos.
  • Perte de 22 repos doubles( 30 au lieu de 52)
  • Aucune garan e sur un minimum de WE par an, car on passe d'une no#on de Samedi/dimanche à « samedi/dimanche OU Dimanche/lundi »
  • Diminu on de la durée du repos journalier
  • Augmenta on du temps de travail
  • Pour le tre 1, fin du 19/6 pour encadrer les repos
  • 14 dimanches non travaillés au lieu de 22 par an au minimum.
  • Possibilité de décaler des repos 24h avant et de modifier la journée de service 1 heure avant.

Tous en grève le 26 avril

AG 11h centre de tri-postal

SUD-Rail mettra en débat la nécessité d'une grève reconductible unitaire.

document au format PDF:
 

Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/46534
Source : http://www.sudrailpse.org/site/greve-26-avril...
Source : http://leraildechaine.org/post/142461854490


Mobilisations en cours à la SNCF

Le 26, le 28 avril, Préparons et organisons la grève reconductible.

SUD Rail

Des droits sociaux égaux pour tous/tes les travailleurs/ses du rail, sur la base du statut et de la réglementation à la SNCF, une réunification du système ferroviaire : c'est ce que les grévistes réclamaient dans la grève reconductible en juin 2014, c'est ce qu'ils ont réclamé à nouveau les 9 et 31 mars, c'est ce que la fédération SUD-Rail porte comme revendication devant le patronat et le gouvernement.

Le projet de décret-socle du gouvernement et la proposition patronale de convention collective vise à casser la réglementation du travail à la SNCF et à instaurer le dumping social généralisé dans le secteur du rail. C'est dans ce contexte que la direction SNCF entend démarrer les négociations sur le futur accord d'entreprise le 4 mai, c'est dans ce contexte que SUD-Rail appelle les travailleurs du rail à se mobiliser le 26 avril.

En juillet 2006, les huit fédérations syndicales de cheminot-e-s avaient fait front commun, réaffirmant devant le ministère du transport et le patronat : « le transport ferroviaire n'est pas un secteur d'activité nouveau. Une réglementation du travail est actuellement applicable aux 165 000 salarié-e-s de ce secteur. Si d'autres entreprises souhaitent exercer dans ce secteur d'activité, elles doivent appliquer la réglementation en vigueur, donc le décret du 31 décembre 1999, dénommé à la SNCF RH 0077 ».

Le préavis déposé par les fédérations CGT, UNSA et CFDT n'est plus porteur de cette revendication.

Notre organisation syndicale ne renie pas cette affirmation, bien au contraire et a proposé aux autres fédérations syndicales, sur cette base revendicative, le dépôt d'un préavis illimité, reconductible par assemblée générale et unitaire. Avec son union Solidaires notre fédération appelle à renforcer l'appel à la grève et les manifestations interprofessionnelles (CGT, SOLIDAIRES, FO, FSU, l'Unef, l'UNL et la Fidl) du 28 avril.

Contre les reculs programmés par le gouvernement et le patronat, à la SNCF comme dans l'ensemble des entreprises, avec la mise en pièces programmée du Code du travail plus que jamais, la grève reconductible, s'impose pour gagner. Dans ce cadre, après La grève prévue à la SNCF le 26 avril, l'Union syndicale Solidaires a d'ores et déjà proposé de prolonger l'action du 28 avril en inscrivant le 3 mai.

Maintenant il faut y aller dans l'unité d'action !

Le 26 et le 28 avril, la fédération SUD-Rail appellera à des assemblées générales partout sur le territoire afin de débattre du démarrage de la grève reconductible avec toutes celles et tous ceux qui luttent contre le dumping social dans la branche ferroviaire et pour le retrait du projet de loi travail. Les travailleurs du rail exigent des mesures de progrès social, pas du moins-disant social.

 

 

Article publié le 26 avril 2016

Source : http://www.ussolidaires.fr/Mobilisations-en-c...


Aménagement du temps de travail

CGT Cheminots

La Commission Mixte Paritaire de la branche ferroviaire s'est réunie les 12 et 13 avril 2016, avec pour seul point à l'Ordre du Jour : La négociation de l'aménagement du temps de travail.

L'UTP (MEDEF de la Branche Transports Publics et Ferroviaires) a présenté une proposition d'accord, inacceptable et provocatrice, le 05 avril 2016.

Les Organisations Syndicales représentatives au niveau de la branche (CGT - UNSA - SUD-Rail - CFDT - FO - CFTC et CFE-CGC) ont décidé de se réunir la veille de chaque réunion de négociation, afin de partager les revendications des cheminots.

Sous l'impulsion de la CGT, une base revendicative unitaire se construit avec l'objectif d'améliorer les conditions de travail à partir des besoins de tous les cheminots de la branche et de l'amélioration de la règlementation en vigueur (RH0077 à la SNCF).

Cette démarche unitaire a permis d'imposer une négociation offensive à partir des revendications des cheminots, et non des exigences du patronat. Les Organisations Syndicales ont pu imposer les thèmes et leurs attentes revendicatives lors de cette négociation : durée annuelle du travail - répartition du temps de travail - compensation des contraintes du travail - repos - contrôle de la réglementation, etc.

Le Patronat, dans sa stratégie, refuse toujours d'engager une véritable négociation. Sur de nombreux points, il souhaite renvoyer la négociation au niveau des entreprises pour diviser les cheminots de la branche. Il s'appuie sur le projet de décret socle pour une convention collective a minima.

La participation massive aux actions des 09 et 31 mars 2016 a permis d'imposer des négociations simultanées au niveau des entreprises et de la branche. Elle a aussi permis de retarder la parution du décret socle, qui peut être ainsi encore modifié.

Les prochaines dates de négociation seront le 26 avril, les 10 et 19 mai et les 1er et 02 juin 2016.

La mobilisation des cheminots de la SNCF et des entreprises ferroviaires de droits privés doit s'amplifier. La Fédération CGT des Cheminots, au regard du refus de négocier du Patronat, a d'ores et déjà proposé un calendrier de mobilisation aux Organisations Syndicales, afin de placer la suite des négociations sous le contrôle et la pression des cheminots.

Dans ce cadre, les Fédérations Syndicales CGT / UNSA / CFDT vont déposer un préavis de grève pour le 26 avril 2016, jour de la prochaine Commission Mixte Paritaire (SUD-Rail réserve sa réponse pour lundi 18/04).

Pour sa part, la Fédération CGT des cheminots appelle également les cheminots à s'inscrire, comme tous les salariés, dans la mobilisation interprofessionnelle contre la loi dite « Travail » le 28 avril 2016.

Le moment particulier et important que nous vivons nécessite que les cheminots et leurs Organisations Syndicales soient aussi réactifs que lucides et déterminés.

C'est avec l'unité des cheminots de l'ensemble de la branche ferroviaire que se construit une mobilisation gagnante pour l'amélioration des conditions de vie et de travail de tous.

Gouvernement, Patronat et Directions d'entreprises doivent entendre les revendications des cheminots pour la sécurité et la qualité de l'offre ferroviaire, la santé et les équilibres vie privée/vie professionnelle des cheminots.

Tous ensemble, contre la régression, contre le statu quo, pour le progrès social.


 

Source : https://fr-fr.facebook.com/CGT.des.Cheminots

Publié dans actualités

Commenter cet article