Quand on a 17 ans, le nouveau film d'André Téchiné

Publié le par dan29000

Quand on a 17 ans

Le nouveau film d’André Téchiné s’attache à monter - avec en toile de fond la montagne - la rivalité puis la séduction de deux adolescents, Thomas et Damien. Ça n’est pas la première fois que Téchiné s’intéresse à cet âge de la vie où tout semble possible. Mais c’est sans doute la plus belle car la plus vive.
  •  

 

Quand on a 17 ans commence, il fallait s’en douter, par un poème de Rimbaud, déclamé en classe par Damien. « Par les soirs bleus d’été, j’irai par les sentiers, picoté par les blés, fouler l’herbe menue… » Le poème se nomme Sensation. Le reste du film sera à l’image de ce titre.

 

On ne devrait plus dire « On n’est pas sérieux quand on a 17 ans », comme disait le poète ardennais échevelé. On ne devrait plus le dire, car ce que vivent Thomas et Damien, ainsi que les parents de ces derniers, est on ne peut plus sérieux, justement.

L’action se déroule dans les Pyrénées ariégeoises. Thomas, bel adolescents métisse adopté par une famille d’éleveurs, parcourt quotidiennement la montagne les pieds dans la neige pendant une heure pour rejoindre un arrêt de bus perdu au milieu de nulle part. Damien, vit en ville, auprès de Marianne, sa mère, à la fois très maternelle et effroyablement sexy. Son père, pilote d’hélicoptère, fait la guerre, loin. Les deux adolescents se frôlent, se battent, leur rivalité est brutale comme elle peut l’être à l’âge où l’on se sent invincible en cherchant à dompter la vie. La mère de Thomas tombant enceinte, Marianne, médecin de campagne, propose à Thomas de venir habiter quelques temps chez elle avec Damien. Il pourra ainsi mieux réviser son bac et éviter les longs trajets pour venir au lycée. D’abord contraint, Thomas accepte. La rivalité avec Damien se mue en séduction, sous les assauts de ce dernier, amoureux de lui. Ce désir fou le fascine en même temps qu’il lui fait peur : osera-t-il franchir le pas ? Est-il vraiment attiré par les garçons ? Thomas lui résiste, tout en découvrant des sentiments partagés pour Damien.

Dans une interview au « Monde », André Téchiné avoue qu’il avait « simplement des images dans la tête, insistantes : un rite de passage, deux adolescents qui se battent, un portrait de femme heureuse, les montagnes des Pyrénées, un personnage métissé dans la neige, quelqu’un qui hurle dans la nuit après la mort d’un être cher ». De ces images, il en tire, avec la scénarise Céline Sciamma, un film brillant, tel qu’il put le faire avec Les Roseaux sauvages en 1994, J’embrasse pas en 1991, Le Lieu du crime en 1987, où il se frottait déjà à la douloureuse et si belle période de l’adolescence.

Pour bâtir l’œuvre, qui signe un retour positif après les étranges Impardonnables (avec André Dussollier et Carole Bouquet en 2011) et L’Homme qu’on aimait trop (avec Guillaume Canet et Catherine Deneuve en 2014), André Téchiné a déniché deux jeunes acteurs qui donnent toute l’épaisseur nécessaire à la rivalité et la séduction des deux lycéens. Kacey Mottet Klein, et Corentin Fila s’approchent, se frôlent, se heurtent, s’aiment enfin osant succomber au désir trop longtemps contenu car effrayant pour l’un comme pour l’autre. A l’âge où l’on souhaite tant maîtriser sa vie, son destin, se pensant irrésistible face au réel, comment en effet se laisser aller à cet amour contre-nature, dans une petite ville des Pyrénées et dans deux familles où rien ne peut laisser imaginer une telle issue pour un jeune homme ?

Quand on a 17 ans est aussi l’histoire des corps. Ceux des adolescents – il faut voir cette scène où Thomas plonge dans l’eau glacée d’un lac de montagne où se reflètent les arbres nus de l’hiver – mais celui de Marianne aussi (Sandrine Kiberlain) à la fois maternel, délicat, craquant du désir inassouvi et creusé par l’absence du mari parti au loin. La bienveillance qu’elle apporte à ces deux jeunes hommes tiraillés par leurs pulsions apporte une touche éclatante au film.

« Je ne parlerai pas, je ne penserai rien : mais l’amour infini me montera dans l’âme, et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien, par la Nature, heureux comme avec une femme » clôt la Sensation d’Arthur Rimbaud, joint à une lettre envoyée à Théodore de Banville en mai 1870. Il n’a pas encore 16 ans. Quand le film d’André Téchiné se referme, on repense à son adolescence et à ce qu’elle fut, avec une pointe de nostalgie et de mélancolie. Aucun doute possible : nous sommes bien entrés dans l’âge (ingrat) des adultes.

F.S

Quand on a 17 ans, d'André Téchiné. 1h54. Sortie 30 mars 2016. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

SOURCE/MEDIAPART

Publié dans écrans

Commenter cet article