Manifestation de policiers, la CGT-Police aux côtés d'Alliance

Publié le par dan29000

C’est par le biais d’un communiqué que la CGT Police a annoncé qu’elle participera à la manifestation « anti-haine de flic » du 18 mai, au côté du syndicat Alliance, l’un des plus à droite au sein de la police nationale. Une prise de position approuvée par le secrétaire général de la Confédération, Philippe Martinez.

 

 

Julian Vadis

 

« Le syndicat Alliance (CFE-CGC) a lancé un appel à manifester le 18 mai place de la République au cri de STOP À LA HAINE ANTI-FLIC. La CGT-Police déplore un amalgame contre-productif. Il n’y a pas plus de haine anti-flic aujourd’hui, qu’hier. Il y aura toujours une minorité anti-police, anti-ordre et anti-État. Par contre notre haute hiérarchie aux ordres des politiques et non des valeurs de Liberté-Egalité-Fraternité, laisse les "casseurs" attaquer nos collègues en toute impunité, tout en n’assurant pas la sécurité de la population. D’ailleurs, Alliance Police Nationale a repris à son compte, ce que la CGT-Police dénonce depuis un mois ». C’est avec ce préambule que le syndicat CGT Police justifie sa présence aux côtés du très réactionnaire syndicat Alliance, le 18 mai prochain, à la manifestation contre la haine anti-flic. Si la CGT Police avait déjà fait des siennes en jugeant « scandaleuse »l’affiche CGT info’com dénonçant les violences policières, voila maintenant qu’elle appelle la population à défiler aux côtés des policiers ayant, depuis début mars, gazé matraqué et interpellé des milliers de manifestants.

Mais l’appel de la CGT Police a été relayé et soutenu par Philippe Martinez en personne sur les ondes d’Europe 1, le secrétaire général condamnant « les violences d’où qu’elles viennent » et réclamant des « effectifs supplémentaires » pour grossir les rangs du bras armé de l’Etat.

Mais alors, la faute à qui si les manifestations dégénèrent ? Aux « casseurs », minorité qui ne vit que pour l’affrontement ? A la hiérarchie, que la CGT Police accuse à demi-mot de complicité ? S’il est certain que l’Etat joue la carte de la tension, cette simplification est pour le moins contestable quant au rôle même assigné aux forces de l’ordre de la V° République.

Non, la Police n’est pas au service du peuple mais de l’ordre établi

La position de la CGT Police sur la question de forces de l’ordre « au service de la population » révèle au mieux d’une vision utopiste vis-à-vis des institutions de la V° République. Le rôle des forces de répression n’est autre que le maintien de l’ordre et d’en assurer la pérennité. Les racines de cette fonction spécifique de l’institution policière sont très profondes, lorsque la nécessité du monopole étatique de la violence s’est faite vital pour la bourgeoisie. La mise en place de la Police relève donc la nécessité de désarmer le peuple - et non pas déléguer sa protection - afin de maintenir l’ordre établi. C’est en ce sens que la position de la CGT Police est au mieux contestable, au pire totalement réactionnaire : Cette manifestation est un coup de poker visant à diviser notre camps social, largement contre le projet de loi travail, et visant avant tout à affaiblir la mobilisation en cours.

Raison de plus pour s’interroger sur ce que font nos syndicats dans la police et ce que fait la police dans no syndicats.

 

SOURCE/ REVOLUTIONPERMANENTE.FR

Publié dans actualités

Commenter cet article