Quinze rounds, de Richard Bohringer, chez Flammarion

Publié le par dan29000

Quand on pense à Richard Bohringer, certains pensent à l'acteur. Pourtant il est aussi comédien, musicien, chanteur, réalisateur... et écrivain. Déjà une dizaine de livres, dont certains magnifiques (lire nos articles ci-dessous) et devenus culte comme C'est beau une ville la nuit. Richard Bohringer nous revient avec Quinze rounds, chez Flammarion.

 

 

Quinze rounds est un récit autobiographique, celui d'un homme qui a vécu plusieurs vies. Des vies contrastées. Une alternance d'enfer et de paradis durant 74 ans, et ce n'est pas fini ! L'enfer de l'abandon lors de son enfance, et plus tard ceux de la drogue, de l'alcool, de la dépression, de l'hépatite C, du cancer, et des ruptures amoureuses. Mais le Richard est un combattant, un résistant, un coureur de fond, il peut tomber dix fois, il se relève onze. Et l'aident à se relever et à courir vers de nouvelles aventures, ses enfants, sa femme, le cinéma et la musique, la création, car créer c'est résister, c'est vivre. Paradis de l'amour, de la famille, des succès dans des films devenus cultes, Diva, Une époque formidable, Les caprices d'un fleuve, Le grand chemin... Paradis aussi que cette Afrique qu'il découvre puis où il vit, devenant citoyen sénégalais. Paradis aussi ses nombreux succès, au théâtre, au cinéma, ses César, ses albums, ses duos avec l'un des plus attachants et originaux cinéastes de l'hexagone, Jean-Pierre Mocky.

 

 

Avec une grande sensibilité, Richard Bohringer parcourt sa vie, une belle vie, malgré les nombreuses chutes, de belles histoires et de belles figures traversent ses pages. Claude Nougaro, Charles Matton, Jean-Loup Hubert, Bernard Giraudeau, Rufus ou Arditi... On pourrait aussi dresser une belle liste de pays parcourus par ce voyageur insatiable, même si l'Afrique et la France furent ses deux centres affectifs. Bohringer un homme en mouvement, toujours sur un projet, sur une expérience, sur un partage, un jour ici un autre ailleurs. Avec juste un socle commun, brûler sa vie, car il n'y en a qu'une. Pour comprendre cet homme il suffit d'aller lire les titres de ses chapitres en fin de volume, chez votre libraire. Il serait étonnant que vous ne succombiez pas à l'envie d'acheter le livre ensuite, et de le lire aussitôt en rentrant chez vous : La petite vie d'artiste, Aimer, Partir en vrille pour disparaître, Liberté, Marin de ma route. Et puis une de ses plus belles rencontres, Grand singe !

 

 

Sans concession sur lui-même, reconnaissant qu'il n'était pas toujours facile à vivre, il évite pourtant le piège des règlements de compte et de l'amertume. L'homme révolté qu'il fut longtemps a laissé place à l'homme pressé qui sent arriver le quinzième round, le plus dur. Une nouvelle fois, il nous offre un superbe livre, plein de folie, d'humanisme, plein de rythmes, une sorte d'ode à la vie, la sienne, celles des autres, un livre touchant, près de l'os, qui ne peut laisser indifférent. Des pages en forme de pulsations de vie !

 

 

Dan29000

 

 

Quinze rounds

Richard Bohringer

Éditions Flammarion

2016 / 298 p / 17 euros

 

 

Le site de l'éditeur

 

Traine pas trop sous la pluie (2010)

 

Nouveaux contes de la cité perdue (2011)

 

 

EXTRAITS :

 

Je ne céderais pas, je veux vivre encore. Comme Jean-Baptiste Mendy là-haut sur le ring. Bien sûr que les choses sont âpres avec des moments maudits. Bien sûr que tu chiales la nuit. Tellement tu souffres que la souffrance des autres devient ta lumière. J’ai tellement été con du temps où j’allais bien. Pas tout le temps, mais trop souvent.

 
J’ai arrêté la came. Deux comas en dix jours, le flic qui m’avait secoué. La lutte quotidienne pour avoir sa dose et puis, très vite, ses doses. Putain d’héroïne. J’ai bien cru qu’elle allait me faire la peau. J’ai décroché tout seul, avec des tubes de Valium et d’autres produits plus puissants afin de dormir. La sueur, la peur, j’en voulais plus.
 

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article