Alternatives : Soutenir les salariés d'Ecopla vers la SCOP

Publié le par dan29000

Ecopla : des salariés remettent l’économie à plat

 

 

Ecopla 1Dans la région de Grenoble, la seule entreprise de fabrication de barquettes en aluminium de France est en liquidation. Ancienne usine du groupe Pechiney, cette entreprise a connu divers propriétaires. Lassés des « repreneurs », ses salariés veulent écrire leur propre histoire et relancer leur entreprise en Scop. Ils ouvrent une campagne de crowfunding sur Ulule pour lever 50 000 euros.

 

« Ecopla France ». Un vieux panneau noirci par les gaz d’échappement indique la direction de l’usine au bord de la route qui traverse la vallée du Grésivaudan. En temps normal, personne n’aurait fait attention au bâtiment industriel accolé aux flancs de la Chartreuse, à l’entrée du village de Saint-Vincent-de-Mercuze. Mais depuis quelques semaines, des banderoles sont accrochées aux portes grillagées d’ordinaire ouvertes aux ouvriers : « Ecopla France : le savoir faire français » peut-on lire.

La sentence de la liquidation judiciaire est tombée le 22 mars dernier comme un coup de massue pour les 77 salariés de l’usine Ecopla, anciennement connue sous le nom « la CEBAL » une entreprise du groupe Pechiney. Peu de temps a filé entre la cessation d’activité et le redressement judiciaire, devenu liquidation en moins de dix jours. Un coup dur pour cette usine qui, depuis 1960, transforme dans ses entrailles de l’aluminium en barquettes destinées à l’agroalimentaire. Enfin, plutôt pour ses ouvriers… En 2016, Ecopla reste l’un des premiers producteurs de barquettes en aluminium en Europe et la dernière entreprise dépositaire de ce savoir-faire en France. Mais du rachat par un groupe anglais, à celui d’un actionnaire sino-australien millionnaire (Jerry Ren) en passant par la cessation à un fonds de pension américain, le chiffre d’affaires a été divisé par dix en trois ans. Au début de l’année 2016 Ecopla avait certes encore des clients (Brossard, Marie, La Fournée Dorée… ) mais plus de stock ni de matière première, et… aucune nouvelle de leur dirigeant Jerry Ren ! Les délégués du personnel apprennent le 31 décembre dernier que la perte sur l’exercice 2014-2015 s’élève à 3,6 millions d’euros 1 – pour un chiffre d’affaires d’environ 13 millions en 2015 – soit 5,9 millions de pertes en cumulant les déficits précédents.

Ecopla 2

Depuis moins de six mois les 29 presses et les 250 outils sont à l’arrêt. Mais un petit noyau de personnes occupe les lieux, sous la bienveillance de l’administrateur judiciaire qui permet une présence quotidienne à l’usine. Quatre, puis dix et maintenant presque vingt salariés planchent pour reprendre leur usine sous forme de Scop (Société Coopérative Ouvrière de Production). Il leur suffit presque de ressortir le brouillon des tiroirs car il y a deux ans, certains d’entre eux avaient ébauché un projet du genre, tirant déjà la sonnette d’alarme face aux difficultés financières de leur entreprise. Christophe Chevalier, cheville ouvrière du projet Scop et délégué syndical CGT se souvient : « Cela fait deux ans que je vois que l’usine va mal. Depuis  je me bats, avec ceux qui y croient aussi, pour que notre outil de travail reste dans la vallée pour gagner notre vie avec notre savoir-faire, jusque là unique en France. » Le travail est titanesque mais le soutien actif : celui de personnalités telles que la sénatrice de l’Isère Annie David ou le député Pierre Ribeaud mais aussi la communauté de communes Le Grésivaudan, qui s’engage à financer le terrain et le bâtiment pour apporter de la trésorerie au projet. L’Union régionale des Scop (Urscop) encadre la démarche depuis le début, pleine d’espoir. Meryem Yilmaz, responsable création-reprise de l’Urscop, est en charge du dossier : « Ecopla a une place sur le marché. La principale raison qui explique la situation actuelle de l’usine est le manque de stratégie de l’actionnaire qui n’a jamais mis les pieds à Saint-Vincent-de-Mercuze. »

La force du collectif

La suite de l’histoire d’Ecopla ne peut pas s’écrire dans un autre pays: pour les plus anciens salariés investis dans le montage Scop, l’objectif est bien d’éviter la décentralisation, en rappelant sur quel fondement a été créée l’usine en 1960 par Aimé Paquet : « Il valait mieux conduire le travail vers les hommes plutôt que de laisser aller les hommes vers le travail 2 ». Jusqu’à la chute libre, Ecopla faisait partie des 50 premières entreprises de la vallée du Grésivaudan.

Ecopla 3

Face à des repreneurs italiens, le petit groupe fait alors un appel à tous les salariés en réunion plénière le 5 avril dernier : « Maintien de l’outil de travail et sauvegarde de l’emploi sont nos priorités. Nous actionnerons tous les leviers pour y arriver, avec vous » déclame Karine Salaün, ancienne assistante commerciale pionnière du projet Scop.  Une course contre la montre commence à cette date : trouver un manager de transition pour la Scop, rendre visite aux clients pour qu’ils valident leur projet de reprise et trouver les fonds nécessaires pour redémarrer l’activité. Tout en devant gérer une plainte collective pour licenciement abusif.

Les leviers sont notamment participatifs. L’association Les amis d’Ecopla est créée au début du mois de mai pour porter le projet sur la plateforme de financement participatif Ulule.

Réunis pour la première fois en association, le 4 mai dernier, une quinzaine de salariés ont planché sur le montant et l’objectif : « 30 000 ou 50 000 euros ? La Scop TI (ex-Fralib) avait demandé 100 000 en 2014 », « 50 000 : soyons fous, en espérant qu’on ne nous donnera pas des bouquets de pâquerettes ! »  Objectif donc ? Atteindre 50 000 euros avant la fin du mois de juin. Après le vote, les ex ou futurs salariés choisissent leur nouveau manager de transition.

À la fin de la réunion, les yeux sont cernés, les mains crispées, mais les visages apaisés. «La route est encore longue, il va nous falloir encore beaucoup d’énergie pour réfléchir aux prochaines actions et mobiliser notre réseau pour la plateforme de crowdfunding, mais au moins… on aura tout essayé » lâche Christophe Chevalier, rarement sous le coup de l’émotion. Le projet Scop finalisé doit être ficelé pour bientôt et remis au Tribunal de commerce qui tranchera avant l’été. D’ici là, les plus motivés vont se rendre sur les marchés alentours, les matins et les week-ends, pour sensibiliser des âmes sur la situation de ce bastion industriel.

Soutien au projet sur Ulule : https://fr.ulule.com/ecopla-veut-devenir-une-scop/

Leur page Facebook : https://www.facebook.com/SCOP-Ecopla-1579617079024806

 
 
 

Notes:

  1. Le chiffre d’affaires de l’entreprise en 2015 avoisinait les 13 millions d’euros. ↩
  2. Aimé Paquet, Mémoires, Un paysan au service de la France, 1998 ↩

À propos de Clémentine Méténier

Journaliste à RCF Radio, diplômée du master journalisme de l'IEP de Grenoble.

 
 
SOURCE/ AUTOGESTION.ASSO.FR

Publié dans alternatives

Commenter cet article