La vie difficile des travailleurs détachés

Publié le par dan29000

Salaire amputé, logement indécent et droits bafoués : bienvenue dans la vie d’un travailleur détaché

 

par

 

Vingt ans après la directive européenne sur le détachement des travailleurs, la pratique est devenue courante au sein de l’Union européenne, en particulier dans le secteur du bâtiment. Les travailleurs polonais y représentent l’un des plus gros contingents de salariés détachés. Ces travailleurs migrants, condamnés à passer une grande partie de leur temps à distance de leur foyer, sont-ils les principaux bénéficiaires du système ? Rien n’est moins sûr, tant la face cachée du marché du travail européen révèle le chemin de croix vécu par ces travailleurs hyper-flexibles. Témoignage de Piotr, grutier polonais, réalisé en partenariat avec le magazine Hesamag, consacré à la santé et à la sécurité au travail.

Depuis 1996, les entreprises de l’Union européenne (UE) peuvent faire appel aux salariés d’un autre État-membre sous le statut de « travailleur détaché », aux conditions sociales du pays d’origine. Une aubaine pour les employeurs, qui peuvent faire venir des Polonais, des Bulgares ou des Roumains, pour des salaires bien moindres que ce qu’ils devraient payer à des Français, des Belges ou des Allemands. Un piège pour les travailleurs, mis en concurrence les uns avec les autres à l’échelle du continent tout entier. L’UE promet de réformer ce statut depuis des années pour lutter contre le dumping social généralisé qu’il permet. Pour l’instant, en vain. Une nouvelle initiative de la Commission européenne veut imposer l’égalité de salaires entre travailleurs locaux et détachés. Pour quels résultats quand sur le terrain, les travailleurs détachés sont des ouvriers nomades envoyés dans un pays dont ils ne connaissent pas la langue, sans représentation syndicale, et qui doivent souvent réclamer pour être payés ?

Au sein de l’UE, la Pologne fait partie des États qui exportent le plus de travailleurs détachés. En 2013, le pays a envoyé plus de 260 000 ouvriers dans les autres États-membres de l’Union [1]. Les salariés polonais sont notamment très nombreux dans le secteur de la construction, particulièrement friand d’un statut qui autorise de substantielles économies salariales. Ils seraient 200 000 à œuvrer sur les chantiers allemands, suédois, belges, français… dont les trois quarts sous le statut de travailleur détaché [2]

De Bagdad à Francfort, itinéraire d’un travailleur détaché

Piotr, un grutier de 60 ans, fait partie de ces travailleurs nomades. Il vit dans une ville moyenne du nord-est de la Pologne. Mais une partie de l’année seulement, car il ne travaille qu’à l’étranger. « En Pologne, dans mon domaine, les salaires ne suffisent pas pour survivre », explique l’ouvrier. C’est à Bagdad, en 1982, que Piotr s’exile pour la première fois. Avec la fin du régime communiste en Pologne, l’ouverture au marché commun et la création du statut de travailleur détaché, il officie ensuite en Europe de l’Ouest.

Jusqu’à une période récente, Piotr manœuvrait surtout sa grue sur des chantiers allemands. Par exemple à Francfort, sur la construction du siège de la Banque centrale européenne (BCE), ou du gratte-ciel emblématique de la Main-Tower. En Allemagne, le nombre de travailleurs détachés dans la construction n’a cessé d’augmenter ces dernières années. La caisse d’assurance sociale allemande du BTP en a enregistré 57 000 en 2010, 89 000 en 2013, plus de 98 000 en 2014. Parmi eux, 26 000 Polonais, plus de 10 000 Roumains, et 9 500 Hongrois [3].

Toucher son salaire, une vraie galère

Plus récemment, Piotr a travaillé en Suède et en Belgique. Il revient d’un chantier de quatre mois près d’Anvers, pour la construction d’une maison de retraite. « Une fois de plus, je me suis fait arnaquer, déplore le grutier. Chaque mois, ils sous-estimaient le nombre d’heures travaillées. Sur le paiement des salaires, il faut toujours se battre. Et en fin de compte, on reçoit toujours moins que prévu. » Mais les abus ne s’arrêtent pas aux montants des salaires. « Sur un contrat en Belgique, nous étions même payés en zlotys polonais ! Pour acheter ce dont nous avions besoin sur place, nous devions changer nos zlotys en euros. »

Question logement, ça n’est pas mieux. « Il y avait des souris, des champignons sur les murs. » Qu’à cela ne tienne, son employeur, qui est toujours une entreprise polonaise, a réclamé 250 euros de loyer à Piotr et à ses collègues, qui devaient aussi payer leur transport vers le chantier. « Souvent, nous sommes deux ou trois par chambre, parfois plus, décrit-il. Une fois, en Belgique, nous étions logés dans un foyer qui n’était pas terminé. Nous respirions les produits chimiques du chantier. » En Allemagne, Piotr raconte avoir connu des conditions d’hébergement encore plus indignes. Des contrôles sur les logements des travailleurs détachés ? Il n’en a jamais vu.

Du salariat détaché à l’auto-entrepreneuriat forcé

Dans le secteur allemand de la construction, 90 % des salariés détachés sont embauchés pour des missions de moins de six mois. Piotr ne fait pas exception à la règle. « Pour les conducteurs de grue, il y a toujours du travail », précise-t-il. Mais la précarité s’accroit. Sur l’un de ses derniers chantiers, Piotr n’avait même plus le statut de salarié détaché, mais celui de travailleur indépendant. Il a dû créer sa propre entreprise, enregistrée en Pologne, dont il est l’unique associé et employé. « On voit ce nouveau modèle se répandre en Allemagne aussi », déplore Ilona Jocher, conseillère à Francfort de l’Association européenne des travailleurs migrants et du programme syndical Faire Mobilität, qui vient en aide aux travailleurs migrants d’Europe de l’Est.

« Les employeurs attirent les gens avec des annonces sur lesquelles ils promettent un emploi. Mais quand les travailleurs arrivent en Allemagne, ils leur disent “Si tu veux travailler pour moi, tu dois créer ta propre entreprise”. Comme ça, ils ne paient aucune cotisation sociale. » Lorsqu’il travaille comme auto-entrepreneur, Piotr doit payer lui-même ses cotisations en Pologne. Pour seize euros de l’heure gagnés sur un chantier, il doit en reverser une bonne partie. Et là encore, il faut se battre pour se faire payer. « Il faut que j’envoie les factures, et que j’insiste, toujours. C’est beaucoup d’énergie. Alors parfois, je laisse tomber. »

Dans les méandres de la sous-traitance

Ce type d’emploi nomade, temporaire, sur des statuts toujours plus précaires, empêche toute forme d’organisation collective de ces travailleurs migrants du bâtiment. Sur chaque nouveau chantier, Piotr se retrouve avec des collègues différents. « Ce ne sont jamais les mêmes. Beaucoup viennent de villages reculés. Ils ne savent pas forcément qu’on les arnaque, ne se défendent pas », regrette le Polonais. « Pour des Roumains ou des Bulgares, par exemple, un montant de 500 euros est déjà énorme, vu le coût de la vie dans leur pays. Alors ils ne réclament pas forcément, même s’ils devraient être payés bien plus », témoigne Ilona Jocher. Piotr, lui, se bat. Il est en procédure judiciaire en Pologne, avec un ancien employeur qui devait le payer neuf euros de l’heure, mais ne lui en a versé que quatre.

Pour ne rien arranger, dans la construction, les entreprises sous-traitent en cascade. « L’entreprise qui gère le chantier sous-traite à une autre, qui sous-traite à une autre, qui sous-traite à une autre, explique Ilona Jocher. Celle qui est au sommet de la chaîne gagne de l’argent. Mais les travailleurs détachés, à l’autre bout, n’en voient pas la couleur. Alors, ils viennent nous voir. Malheureusement, les entreprises sous-traitantes disparaissent parfois de la circulation. Et en cas de procédure, même si les travailleurs obtiennent souvent justice, les entreprises font appel. Avant d’être indemnisé, il faut parfois des mois, voire des années. »

À 60 ans, pas de retraite en vue

Pour un travailleur détaché, le temps passé loin de sa famille peut paraître une éternité. « Parfois, quand il n’y a pas de jours fériés, comme je suis le seul conducteur de grue sur le chantier, je dois travailler trois ou quatre mois de suite sans pouvoir rentrer chez moi », témoigne Piotr. Le grutier n’a pas non plus beaucoup de contact avec la population du pays d’accueil, quel qu’il soit. Après dix ans passés sur les chantiers allemands, il n’a jamais eu l’occasion d’en apprendre la langue. « Je travaille toujours avec des firmes polonaises. Ce que je sais de l’allemand, je l’ai appris tout seul. Ce sont quelques phrases du quotidien, et un peu de vocabulaire du chantier. »

Pourquoi, alors, continuer cette vie de travailleur migrant, exposé à toutes les arnaques et à des conditions de travail si précaires ? Piotr refuse de dire combien il gagne en moyenne par mois. Mais assure que sans le salaire de son épouse, laborantine dans un hôpital en Pologne, le couple ne s’en sortirait pas. Quant à la retraite, il va falloir attendre. En principe, il y a droit. Mais sa pension ne suffirait pas. Sa carrière est entrecoupée de périodes considérées comme non travaillées : des périodes sans emploi entre deux chantiers, d’autres pour lesquelles certains employeurs ne l’ont tout simplement pas payé, ou n’ont pas versé les cotisations pour sa pension. « Alors, je continue », conclut le grutier.

Rachel Knaebel

Cet article a été réalisé en partenariat avec le magazine Hesamag, consacré à la santé et à la sécurité au travail et édité en français et en anglais par l’Institut syndical européen. A commander ici (le premier numéro commandé est gratuit).

Publié dans actualités

Commenter cet article