Alternatives : Contre la déprime...

Publié le par dan29000

Insomnies, fatigue, anxiété… Vous n’avez pas le moral et éprouvez des difficultés à vous concentrer ? Pour retrouver la forme, pensez aux préparations à base de plantes, de minéraux ou même d’actifs extraits du lait.

 

 

La déprime, ou « coup de blues’ peut être la conséquence d’un gros stress. Mais elle est souvent liée à un événement : perte d’emploi, problème de couple… ou à une période de la vie personnelle ou professionnelle – convalescence, ménopause, passage professionnel dévalorisant.

Il est toujours préférable de réagir vite, avant qu’une vraie dépression ne s’installe. Aujourd’hui, face aux anti-dépresseurs ou aux anxiolytiques très efficaces, mais comportant des effets secondaires (trouble de la mémoire, diminution de la vigilance, accoutumance) se développent de nouvelles solutions naturelles.

Des cures de plantes sur deux ou trois mois

« Sous contrôle médical, les plantes peuvent être un relais aux traitements chimiques en minorant les difficultés du sevrage », explique le Dr Marc Gilon, médecin phytothérapeute et consultant en phytothérapie à l’hôpital Saint-Jacques (Paris).

L’efficacité de ces traitements vaut qu’on les essaie dans un premier temps en cas de troubles modérés de l’humeur.

Mais, attention, leur action sur l’anxiété est toujours plus tardive comparée à celle des molécules chimiques, qui agissent très rapidement. »

Ce médecin fait souvent préparer en teinture-mère, c’est-à-dire en extrait alcoolique de plantes, un mélange d’hypericum perforatum (millepertuis), d’eschscholtzia californica (pavot de Californie) et de valeriana officinalis, à raison de 40 à 50 gouttes, matin et soir, pendant au moins un mois. L’effet du traitement survient généralement au bout de quinze jours, trois semaines, parfois plus. Des cures de deux ou trois mois sont conseillées :

  • Le millepertuis : agit très efficacement contre les états dépressifs en régulant, chez les déprimés, les besoins du cerveau en sérotonine (ce neurotransmetteur de l’humeur permet de mieux « tolérer les frustrations ») et en mélatonine, qui recadre le sommeil.

Le millepertuis a fait récemment l’objet d’une surveillance plus soutenue de la part des instances médicales, mais il bénéficie de l’expérience des phytothérapeutes. Certaines précautions d’emploi justifient un contrôle médical pour profiter de son efficacité en toute sérénité. C’est le cas en Allemagne où, pour la seule année 1998, le millepertuis a fait l’objet de plus de trois millions d’ordonnances.

En France, le millepertuis, a obtenu une autorisation de mise sur le marché dite « allégée » appelé aussi pavot.

  • L’eschscholtzia, de Californie, est une plante apaisante légèrement anxiolytique. Elle améliore la qualité du sommeil et se délivre en pharmacie sous la forme de comprimés Panxeol avec association de passiflore.

Jouent également ce rôle :

  • La lavande, régulatrice de l’humeur,qui possède une action calmante.
  • Les fleurs et feuilles d’oranger, associées à des extraits de bergamote qui régule la mélatonine, améliorent la qualité du sommeil.
  • La matricaire, ou camomille, antispasmodique et régulatrice de la digestion.
  • La valériane, calmante, à l’effet légèrement anxiolytique, qui s’utilise dans le sevrage tabagique.

 

 

A noter : les teintures-mères donnent lieu à un remboursement sur prescription médicale, mais à condition de ne pas être mélangées à d’autres plantes.

 

Les pouvoirs calmants des actifs du lait

laitStress, anxiété, déprime : ces trois états peuvent se succéder chez une même personne. En médecine chinoise, on considère, par exemple, qu’un événement qui a suscité un sentiment de colère (licenciement, résultat d’un examen…) risque d’entraîner par la suite de la tristesse.

Il est donc important de pouvoir intervenir le plus tôt possible à partir de l’événement perturbant pour qu’il n’évolue pas vers l’anxiété ou la déprime.

Des recherches ont été faites autour du lait : il a un pouvoir calmant sur les bébés, leur conférant un état de « béatitude » durant les trois premiers mois de la vie. Cela tient à des actifs qui sont disponibles quand le système digestif n’est pas encore mature. A partir du quatrième mois apparaissent en effet des enzymes qui dégradent certaines protéines du lait et les rendent moins disponibles.

Certains laboratoires ont réussi à isoler ces protéines de caséine apaisantes pour les rendre directement assimilables. Le produit ne contient pas de lactose et ne pose donc pas de problème en cas d’intolérance au lait.

Il ne présente généralement pas d’effets secondaires et n’entraîne pas de risque de somnolence. On se sent plus en paix avec soi-même, plus capable de faire face au quotidien en ayant d’avantage de recul.

Tous ces traitements se prennent entre une semaine et dix jours et commencent à agir au bout de trois jours environ. Ils sont renouvelables plusieurs fois, aussi longtemps que l’on en ressent le besoin.

Des minéraux à boire en ampoules

« En oligothérapie, le lithium, l’oligo-élément privilégié des troubles de humeur, agit à faibles doses. Il est particulièrement indiqué en association avec des plantes, précise le Dr Gilon. Deux ampoules le soir (Oligosol, Granions, Oligostim), à distance du repas, pendant un mois, apportent une amélioration sensible au sentiment de tristesse. »

On y ajoutera du magnésium, cet élément incontournable du métabolisme de la cellule nerveuse, si possible d’origine marine comme Thalamag, ou de type glycérophosphate pour ses qualités d’assimilation.

Le magnésium est volontiers associé à la vitamine B6, qui « améliore » le fonctionnement du système neuromusculaire.

 

SOURCE/ TOURDEFRANCEDESALTERNATIVES.FR

Publié dans alternatives

Commenter cet article