Jeux Olympiques et le colonialisme de France 2, le CSA saisi par le CRAN

Publié le par dan29000

 

Le 06 août 2016
Communiqué de presse

 

Jeux Olympiques : le CRAN saisit le CSA en raison du prisme colonialiste de France 2

 

La cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques a donné lieu à un véritable festival d'erreurs, d'inepties et de propos colonialistes qui ont été tenus par Daniel Bilalian et Alexandre Boyon. Petit bêtisier non exhaustif de la géographie coloniale en vigueur sur France 2.

 

1) Les pays « découverts » par l'Europe

« Vous savez qu'en 1492, a déclaré l'un des présentateurs, un petit peu avant que le Brésil soit découvert par les Portugais, il y a un Espagnol, Christophe Colomb, qui a découvert l'Amérique, mais pour être tout à fait précis, il a découvert les Bahamas ».

Premièrement, le CRAN tient à rappeler que Christophe Colomb n'était pas espagnol, mais génois. Et deuxièmement, il n'a pas découvert l'Amérique, qui était déjà peuplée depuis des millénaires par quantité de peuples très nombreux. De même pour le Brésil, qui n'a pas été découvert par les Portugais.

2) Les pays qui « essaient d'exister »

Manifestement, pour les présentateurs de France 2, il y a un certain nombre de pays qui posent problème. C'est le cas des Comores, qui « essaient d'exister ». De même pour l'Azerbaïdjan, avec « Bakou, la capitale, qui met beaucoup d'argent pour exister ». Mais on sent bien que ces pays n'existent pas vraiment aux yeux de nos valeureux présentateurs.

3) Les pays qu'on a du mal à situer

Les présentateurs ont aussi évoqué les « populations d'Incas » du Brésil. Or jusqu'à preuve du contraire, les Incas n'ont jamais vécu au Brésil, mais bien plutôt dans la Cordillère des Andes.

Un peu plus tard, prenant son cas pour une généralité, l'un des présentateurs a affirmé : « C'est vrai qu'on a parfois du mal pour nous, les Européens, à faire la différence entre l'Amérique du Nord (on se dit il y a deux pays, les Etats-Unis et le Canada) et l'Amérique du Sud. Mais entre les deux, il y a l'Amérique centrale. » Le CRAN demande aux présentateurs de France 2 de ne pas insulter les téléspectateurs en supposant a priori que ceux-ci seraient aussi ignares que ceux-là.

4) Révisionnisme historique concernant l'esclavage

Lors de la présentation du troisième tableau de la cérémonie, nos braves présentateurs ont évoqué également « le trafic d'esclaves qui a été nécessaire ici pour le développement industriel [...] Un esclavage qui a duré jusqu'à la fin du 18e siècle [...]. Le Brésil a utilisé les services de ces esclaves africains qui venaient de l'ensemble du continent africain ». Le CRAN tient à rappeler qu'il s'agissait pour le Brésil non pas de développement industriel, mais agricole. Ensuite, cet esclavage a duré jusqu'à la fin du 19e siècle, et non pas jusqu'à la fin du 18e siècle. Enfin, les esclaves du Brésil ne venaient pas de l'ensemble du continent africain, mais principalement du Congo, de l'Angola et du Mozambique. Par ailleurs, affirmer que le trafic a été « nécessaire », et qu'on utilisait « les services » des esclaves constitue une présentation maladroite, pour ne pas dire équivoque, qui tend à minimiser, voire à justifier l'esclavage, qui fut un crime contre l'humanité, rappelons-le.

En décembre 2015, le CRAN avait saisi le CSA à propos du JT de France 2, qui omettait les départements d'Outre-mer sur les cartes électorales. En janvier 2016, le CRAN avait saisi le CSA toujours à propos du JT de France 2, pour dénoncer « trois erreurs en une minute chrono ». En effet, dans le même sujet, sur la carte déployée à l'écran, le Ghana et le Bénin avaient été confondus, puis la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville, et enfin le Gabon et la Guinée équatoriale. Dans ces deux affaires, le CSA n'avait pu que donner raison au CRAN, et la Haute Autorité avait appelé la chaîne de service public à un minimum de vigilance.

Une nouvelle fois, le CRAN se voit obligé de saisir le CSA à propos de ces erreurs, et de ces fautes, qui témoignent une fois de plus d'un mépris affiché. « C'est un mélange d'ignorance, d'ethnocentrisme et de colonialisme tout à fait inacceptable, a commenté Louis-Georges Tin. Mais Mme Ernotte refuse manifestement de prendre les mesures pour que cela change. Elle a beau faire l'éloge de la diversité, il est clair que France 2 a un problème à ce niveau, ce que nous constatons depuis des années, et c'est pourquoi nous demandons à être reçus par elle », a conclu le président du CRAN.

 

SOURCE  / CRAN CONSEIL REPRESENTATIF DES ASSOCIATIONS NOIRES

Publié dans actualités

Commenter cet article