Sea Shepherd, Opération Drifnet contre la pêche illégale au filet dérivant

Publié le par dan29000

Samedi, 02 Juillet 2016

 

L’Opération Driftnet remporte un succès retentissant : Sea Shepherd met fin à une flotte entière de pêche illégale au filet dérivant

 

Le Fu Yuan Yu 076. Photo: Tim Watters

Le Fu Yuan Yu 076. Photo: Tim Watters

 

 

 

L’Opération Driftnet, lancée par Sea Shepherd en février 2016, a mis fin avec succès aux opérations d’une flotte de six navires braconniers.

Dans un e-mail adressé au directeur de Sea Shepherd Global, Alex Cornelissen, le ministère de l’agriculture chinois a communiqué les résultats de leur enquête. Le gouvernement chinois a suspendu temporairement les licences de pêches de tous les navires appartenant à la société Dong Xing Long Ocean Fishing Company. Les six navires de la flotte Fu Yuan Yu sont désormais contraints de rester à quai pour une période indéterminée. De plus, les licences des capitaines de ces bateaux de pêche ont été révoquées de façon permanente et chaque navire devra s’acquitter d’une amende équivalente à 270 000€.

Le Fu Yuan Yu 076 coupant dangereusement la route au Steve Irwin. Photo: Tim Watters

Le Fu Yuan Yu 076 coupant dangereusement la route au Steve Irwin. Photo: Tim Watters

 

Le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, a déclaré : «Ce fut une campagne audacieuse menée courageusement par un capitaine de Sea Shepherd et son équipage. Cette intervention a permis de mettre fin à la carrière de 6 navires braconniers particulièrement destructeurs dans l’océan Indien et d’envoyer un message fort à tous les navires battant pavillon chinois dans le monde : la Chine ne plaisante pas sur le respect et l’application des lois internationales sur la pêche. »

Sea Shepherd est intervenu en premier lieu lorsque le capitaine Sid Chakravarty et son équipage à bord du Steve Irwin ont découvert, documenté, exposé et poursuivi une flotte chinoise de pêche illégale au filet dérivant opérant dans l'océan Indien.

Sea Shepherd a rapporté les activités et a fourni des preuves à la République populaire de Chine. La poursuite qui avait commencé dans l'océan Indien a pris fin dans les eaux chinoises après avoir obtenu l’accord de la marine chinoise laissant le Steve Irwin continuer sa poursuite à travers la mer de Chine du Sud jusqu’à la côte.

Avec les six navires dans les ports chinois, le gouvernement chinois a ensuite repris l'enquête. En réponse à la découverte initiale et aux documents de Sea Shepherd montrant l’utilisation illégale de filets dérivants (interdits dans le monde depuis 1992), le gouvernement chinois a ordonné aux six navires de retourner en Chine continentale aux fins d’enquête et d’inspection.

Une fois au port, l'enquête du gouvernement a constaté que le Fu Yuan Yu 071, Fu Yuan Yu 073 et Fu Yuan Yu 076 s’étaient bel et bien livrés à des activités illégales en utilisant des filets dérivants dans l'océan Indien. L'enquête sur les trois autres navires de la flotte est en cours.

L’équipage du Steve Irwin en train de retirer un filet dérivant illégal. Photo: Tim Watters

L’équipage du Steve Irwin en train de retirer un filet dérivant illégal. Photo: Tim Watters

 

Responsable de la campagne, le capitaine Sid Chakravarty a déclaré : “Ce sont de lourdes peines et les actions du gouvernement chinois montrent clairement qu'ils considèrent la criminalité liée à la pêche très au sérieux. Sea Shepherd tient à remercier le gouvernement chinois pour leur coopération sur cette enquête et nous apprécions leur reconnaissance sur ce succès.”

Sea Shepherd a une nouvelle fois suivi un modèle de coordination d’efforts internationaux pour lutter contre les crimes de pêche internationaux et voudraient créditer le succès de cette campagne aux efforts conjugués du gouvernement chinois, d’INTERPOL, de l'équipage du Steve Irwin, de Sea Shepherd Legal et de Sea Shepherd Global.

Ci-dessous le courrier électronique reçu du ministère chinois de l'Agriculture :

Cher capitaine Alex Cornelissen,

Tout d'abord, au nom des autorités compétentes des pêcheries de la Chine, je voudrais exprimer notre sincère gratitude pour votre notification au moment opportun et votre attention constante en ce qui concerne la pêche illégale aux filets dérivants par certains navires de pêche chinois dans l'océan Indien sud. Nous y attachons une grande importance et nous avons immédiatement mené une enquête détaillée et complète dès réception de votre e-mail ci-dessous. Je voudrais saisir cette occasion pour vous informer des résultats de l'enquête et des mesures que nous avons prises comme suit :

Nous avons immédiatement ordonné aux navires de pêche concernés de revenir à leur port d'attache pour accepter qu’une enquête et une inspection portuaire soit menées afin de vérifier soigneusement tous les documents connexes à bord des navires de pêche, y compris la déclaration en douane, le journal de bord, l’équipage, le manifeste de cargaison, ainsi que toutes les informations fournies par votre organisation, et a parlé face-à-face avec des membres d'équipage des navires de pêche concernés, nous avons également vérifier les enregistrements VMS qui montraient que ces navires n’avaient appelé aucun autre port au cours de leur retour vers la Chine. Enfin, de toutes les preuves et les informations que nous avons recueillies nous avons pu tirer la conclusion que trois navires de pêche, à savoir le Fu Yuan Yu 071, Fu Yuan Yu 073 et Fu Yuan Yu 076 s’étaient bien livrés à des activités de pêche illégale comme la pêche au filet dérivant dans l'océan Indien sud, cependant, nous n’avons trouvé aucune espèces hautement migratoires à bord de ces navires de pêche.

Selon les lois de la pêche chinoise, nous avons pris les mesures suivantes vis-à-vis des navires de pêche en cause :

Tout d'abord, la suspension temporairement de la licence de pêche pour tous les navires de pêche (pas seulement les trois navires de pêche concernés) de la même société. À l'heure actuelle, les trois navires de pêche sont invités à rester au port pour une durée indéterminée.

Deuxièmement, la révocation définitive de la certification des capitaines des trois navires de pêche et une pénalité à chaque capitaine.

Troisièmement, l’imposition de l'amende maximale à chacun des trois navires de pêche, soit l’équivalent pour chacun d’environ 270 000€.

Nous informerons également les Organisations Régionales de Gestion des Pêches concernées (ORGP) des résultats si cela s’avère nécessaire.

Je voudrais vous remercier pour votre aide et votre coopération sur cette affaire.

Meilleures salutations,

Liling ZHAO
Directeur
Division de la pêche en haute mer,
Bureau des pêches,
Ministère de l’Agriculture, de la Chine.

 

SOURCE / SEASHEPHERD.FR

Publié dans environnement

Commenter cet article