NDDL, une bibliothèque de la ZAD en construction

Publié le par dan29000

Chers comités de soutien des alentours ou de l'autre côté du globe,


Nous avons l'honneur et le plaisir de vous convier ce samedi 10 septembre 2016 à l'inauguration sur la zad de Notre-Dame-des-Landes du Taslu - bibliothèque de la zad en construction. La cérémonie, les discours et autres libations commenceront à 18h. Ci-dessous un texte divulguant quelques renseignements à propos de cette nouvelle structure collective du mouvement...

Nous sommes une petite équipe des quatre coins de la zad de Notre-Dame-des-Landes à avoir entrepris la joyeuse tâche d'y créer, d'y faire vivre et croître une bibliothèque. Il y a toujours eu des livres à la zad, dans les cabanes, les fermes, les maisons, dans un bus et même sur les barricades. Ils sont une part essentielle de toute lutte comme de tout territoire habité, dont ils concourent à étendre et enrichir les imaginaires et l’intelligence. Mais une bibliothèque c'est une chose de plus, comme l'incarnation d'une rencontre entre des ouvrages et un espace singulier dans lequel ils s'installent et occupent une place. Tout comme nous souhaitons la zad ouverte au reste du monde, nous désirons que cette bibliothèque soit celle du mouvement de lutte dans toute son incroyable diversité. C'est pour cela que nous avons choisi de l'inaugurer le soir des rencontres inter-comités. C'est pour cela aussi que nous vous faisons cette invitation, pour que chacun-e puisse participer au fur et à mesure à son élaboration.
Lettres et palettes
Mais commençons par le commencement, construire une bibliothèque, c’est en premier lieu rassembler un nombre conséquent d’ouvrages en un même espace et les rendre consultables. Notre première tâche a donc consisté tout au long du mois d'août à aménager un écrin à même de les accueillir. Écrin que nous avons trouvé à la Rolandière (en bordure de la D 81). Au fond du jardin de cette maison historique, une cabane fut jadis bâtie par le comité île-de-France : la Transfu. Elle est intégralement conçue en palettes, il en aurait fallu plus de mille pour achever sa réalisation. Clin d’œil de l’histoire, il s’agit de la seule cabane de la zad dont la construction est intégralement narrée dans un livre intitulé « L’Atelier cabane ». Il se peut qu'après avoir repoussé les menaces d'expulsions automnales et suite à quelques travaux de rénovation, la bibliothèque investisse un nouvel espace de la Rolandière : l'étage au-dessus du point d’information dans l'ancienne étable.
La forme d’un fonds
Le 18 août un premier lot de livres s’est niché dans les étagères fraîchement poncées de la Transfu : poésies de Yannis Ritsos, histoire épique des Comités d’Action Viticole languedociens, théâtre élisabéthain, traité d’archéologie de l’agriculture bretonne ou échanges épistolaires entre indignés américains et révolutionnaires égyptiens... Il s’agit d’une première base qui ne demande qu’à être enrichie et élargie. Nous aimerions qu’en plus d’une dimension généraliste, cette bibliothèque se donne les moyens d’approfondir un certain nombre de thématiques et de constituer pour celles-ci un fonds véritablement conséquent, voire, qui sait, unique. Ces thématiques se dessinent et se dessineront selon les passions de celles et ceux qui s’impliqueront dans le fonctionnement du Taslu. Certaines se définissent déjà autour de territoires en batailles (Pays Basque, Larzac, Kurdistan, Chiapas, etc.) ou de surgissements révolutionnaires (communes de 1871, mai 68, révolution espagnole, etc.), de veines poétiques ou du monde paysan. Plus nous serons nombreuses et nombreux à y prendre part, plus cette bibliothèque grandira, ressemblera au mouvement de lutte contre l'aéroport et aux questions qui le traversent.
Ce fonds peut être alimenté de deux manières : soit en donnant, soit en prêtant des livres (ils seront alors marqués et restitués à leur propriétaire quand celui-ci les réclamera). Pour les généreux donateurs, il sera possible de déposer des ouvrages lors des permanences, de les envoyer par la poste (Le Taslu c/o Conserverie de la Noë Verte, 44119 Grandchamp-des-Fontaines) ou de nous contacter par mail si vous préférez que nous venions les chercher.
Le lecteur est dans le prêt
Durant les permanences les ouvrages seront accessibles à toutes et tous. En ce qui concerne les emprunts, pour juguler les risques de non retour, ils seront circonscrits aux personnes habitant à la zad ou dans les alentours. Nous tenons cependant à ce que cette bibliothèque, par la qualité et l’abondance de ses ouvrages, puisse être une des nombreuses portes d’entrée sur la zone. Le Taslu est déjà une pièce accueillante, propice à l’étude, où le curieux pourra musarder d’une quatrième de couverture à l’autre ou encore demeurer accroché au fil d’un récit palpitant durant toute une après-midi pluvieuse.
Une bibliothèque dans le tumulte du présent
Nous souhaitons aussi proposer au Taslu des revues et journaux d’actualité de manière à ce que ceux-ci puissent être lus, discutés et débattus. La vie de la bibliothèque s’organisera également autour d’événements et de soirées, de rencontres avec des auteurs, des maisons d’édition, des collectifs en lutte, etc. dont les travaux nous semblent pertinents à discuter et débattre. Ce sera l’occasion d’acérer notre pensée et nos réflexions, de déployer des imaginaires luxuriants tout autant que de susciter des rencontres et des complicités. Il sera évidemment possible pour qui le souhaite de proposer de tels événements.
Tout ceci n’en est encore qu’à ses balbutiements. Nous aurons l’occasion d’en discuter et de l’affiner avec vous lors de l’inauguration qui se déroulera le samedi 10 septembre à partir de 18 heures. Vous y êtes toutes et tous convié-e-s. Nous invitons par ailleurs toutes celles et ceux qui le souhaitent à profiter de cette occasion pour enrichir le fonds de la bibliothèque en y apportant leurs livres préférés.
Le samedi 17 septembre à 18 heures, une première rencontre sera organisée autour de L’arme à l’œil, un essai extrêmement bien documenté sur les techniques de répression policière, sorti en mai dernier aux Éditions du bord de l’eau. Son auteur, Pierre Douillard-Lefevre, sera parmi nous pour en débattre.
Le samedi 24 septembre à 18 heures, Depestre, Bloncourt, Castera... Soirée haïtienne, entre récit de voyage et lecture de poésies. (sous réserve)


Le Taslu, bibliothèque de la ZAD en construction
Horaires d'ouverture : à partir du 10 septembre 2016 : mercredi, vendredi et dimanche de 15h à 19h
Sur internet : https://zad.nadir.org/spip.php?rubrique85&lang=fr
contact mail: letaslu@riseup.net

 
 
Zone contenant les pièces jointes
 
 

Publié dans environnement

Commenter cet article