Sale époque pour les moineaux parisiens !

Publié le par dan29000

Biodiversité, ils sont où les moineaux parisiens ?

 

Daniel Roucous
Samedi, 24 Septembre, 2016

 

Bien des Parisiens et habitants de la banlieue l’ont constaté, le moineau  se fait rare voire absent. L’ornithologue Olivier Paikine nous en donne les raisons.

Mais où sont passés les moineaux parisiens ? Tout d’un coup, en cette fin de mois d’août, à Paris, en banlieue,  de nombreux habitants se sont posés cette question ne voyant plus un moineau ou si peu dans leur entourage.

L’AFP en a fait une dépêche que les médias ont relayée recherchant des réponses auprès d’ornithologues.

Des réponses, Olivier Paikine, ornithologue chargé d’études à la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) Ile-de-France, nous en a apportées mais à la lumière de chiffres qui datent de 2008 : « nous sommes encore en attente des analyses du MNHN (Muséum national d’histoire naturelle) sur les données récoltées depuis 2008. »

Les résultats de l’enquête Corif/LPO « moineaux domestiques à Paris » qui s’est déroulée en mars-avril 2016 ne sont pas encore connus.

Ce qu’il peut dire est que « on ne sait pas si le moineau parisien est en train de disparaître mais on sait que sa population est estimée dans Paris intra-muros (hors bois de Boulogne et Vincennes) à 5 000/10 000 couples contre 43 000 en 1962 !

Qu’ils ont presque disparu dans les 11e et 15e arrondissements.

Cette diminution ne concerne pas que Paris. Elle a été constatée dans les centres urbains des grandes métropoles en Europe mais aussi aux États-Unis et au Canada. »

Quelles sont donc les causes de la diminution d’une espèce d’oiseau domestique qui apprécie la présence des êtres humains (anthropophile) ?

Selon Olivier Paikine : « les causes sont multiples et peuvent être différentes en fonction des conditions locales. La raréfaction des cavités dans le bâti qui lui servent d’habitat (rénovation ou construction moderne) et diminution des ressources alimentaires liées (graines de plantes sauvages, insectes) semblent être les principaux facteurs limitant.

Il y a peut-être aussi un lien avec la dynamique de la population à l’échelle régionale dans la mesure où les effectifs des populations urbaines de moineaux peuvent être liés à l’apport d’individus issus de la reproduction des populations des zones rurales qui diminuent en raison des pratiques de l’agriculture intensive (moins de graines de céréales cultivées et sauvages à disposition, traitements phytosanitaires, disparition des chaumes hivernaux, régression des jachères, des haies, des bandes enherbées, diminution des insectes victimes des pesticides).

A l’inverse, le développement de l’urbanisation éloigne les zones agricoles les plus proches des centres urbains. En termes de prédation, le chat domestique reste le principal prédateur des oiseaux en ville et il y en a beaucoup plus que des éperviers et des faucons ! 

Les friches qui lui servent de garde manger et de refuge ont diminué de moitié en 30 ans à Paris. »

 

Alors comment sauver les piafs ?

Olivier Paikine et la LPO ont leurs petites idées : « planter des arbres, arbustes et plantes à graines et conserver autant que possible des friches. C’est une espèce granivore qui a besoin d’engranger pour l’hiver et qui aime bien vivre en groupe.

En saison, les moineaux se nourrissent d’insectes et de larves… pas de miettes de pain sur les terrasses des cafés et des restaurants. Aussi il faut bannir l’usage des pesticides.

Pour pallier à la raréfaction des cavités murales dans lesquelles le moineau niche, il faut installer un maximum de nichoirs. D’ailleurs, nous avons été sollicités par les jardiniers des Tuileries pour les accompagner dans la pose de nichoirs afin de favoriser la biodiversité sur le site et donc la présence des moineaux.

Sur Paris, nous travaillons également avec ERDF au niveau de la gestion  de leurs espaces verts sur une dizaine de postes sources et avec Gecina sur plusieurs bâtiments dont ils assurent la gestion à Paris pour favoriser l’accueil de la biodiversité. »

 

INFOS +

- enquête sur les

- Centre ornithologique Ile de France

- Ligue de protection des oiseaux LPO Ile-de-France

 

SOURCE/ HUMANITE.FR

Publié dans environnement

Commenter cet article