Le langage des sans-voix, un essai de Stephen d'Arcy, chez Ecosociété

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

Les éditions Ecosociété nous proposent un essai de Stephen D'Arcy, intitulé Le langage des sans-voix, Les bienfaits du militantisme pour la démocratie, un titre qui fleure bon la contestation de cette société capitaliste mortifère. Le contenu tient les promesses du titre au moment où un peu partout le monde change, et pas vraiment dans le bon sens, avec l'élection d'un milliardaire raciste et xénophobe à la tête de la première puissance mondiale. Aux États-Unis, la résistance a commencé dans la rue...

 

 

Un essai sous le signe de Martin Luther King :

"Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'une émeute est le langage des sans-voix."

 

Deux grandes parties pour ce brillant essai. La première concernant un modèle de sain militantisme. Bien entendu le mot sain accolé au mot militantisme peut laisser dubitatif, induisant un militantisme mal sain. Pourtant le développement de l'auteur est ensuite clarifiant, contextualisant ses propos dans la dernière décennie où les résistances se multiplièrent, des révoltes dans le monde arabe à Occupy, d'Istanbul à Paris contre la Loi travail. De multiples occasions pour les sans-voix ou sans-dents de prendre la parole dans la rue, une parole confisquée par les politiciens de tous bords et par des notables élus par une minorité d'électeurs, comme le clown-milliardaire Trump. Face aux élites hors sol qui changent de partis mais pas de politique, face aux mascarades électorales et aux dictatures des multinationales, vrais dirigeants des nations, existe un militantisme alternatif, le langage de ceux qui n'ont jamais la parole.

 

 

Après avoir expliqué ce cadre, Stephen D'Arcy passe en revue les applications les unes après les autres, la désobéissance civile, l'action directe perturbatrice, le sabotage, le Black Bloc ou encore l'émeute et parfois la lutte armée. Les options ne manquent pas, celles de masse à visage découvert, et celles plus radicales plus clandestines. Chacune pouvant répondre à une situation donnée. Avec souvent pour dénominateur commun, la nécessité de ne plus obéir aux lois, faites par les élites au profit des élites et de leur perpétuation. Si bien entendu nous ne sommes pas en accord avec toutes les analyses de l'auteur, il n'en reste pas moins que nous sommes en présence d'un essai argumenté et tonifiant que l'on ne peut que conseiller, permettant de sortir du vieux et truqué débat, entre violent et non-violent, alors que la résistance se situe entre légitime et non-légitime. Le militantisme comme vertu civique, antidote aux professionnels de la politique politicienne.

 

Dan29000

 

Le langage des sans-voix

Les bienfaits du militantisme pour la démocratie

Stéphane D'Arcy

Traduit de l'anglais (Canada) par Jonathan Martineau

Les éditions écosociété

2016 / 246 p / 18 euros

Distribution France et Belgique : DG DIFFUSION

Disponible en format numérique

 

Le site de l'éditeur

Feuilleter en ligne

 

Publié dans lectures

Commenter cet article