Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

Les éditions Robert Laffont ont publié à l'automne dernier Prisons de France, violence, radicalisation, déshumanisation : surveillants et détenus parlent, une vaste et passionnante étude signée Farhad Khosrokhavar. Une enquête menée dans quatre grandes prisons françaises : Fleury, Fresnes, Lille-Sequedin, Saint-Maur. Une étude qui tombe particulièrement bien au moment où nos prisons sont toujours surpeuplées, où plusieurs révoltes se sont succédé cette année, où la gauche au pouvoir n'a pas su modifier notre système carcéral plusieurs fois condamné par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

 

Farhad Khosrokhavar, sociologue franco-iranien, est directeur de l'Observatoire de la radicalisation à la Maison des sciences de l'homme, directeur d'études à l'EHESS, spécialiste des processus de radicalisation et auteur d'Avoir vingt ans au pays des ayatollahs en 2009 et Radicalisation en 2014. Son étude se développe en trois mouvements. D'abord la relation complexe entre détenus et surveillants, ensuite une description des divers groupes en prison, et enfin une anthropologie de la prison. ,Il y a des barreaux, les uns sont d'un côté pour quelques mois ou années, les autres sortent chaque soir, mais vont passer leur vie dans cet enfer carcéral que la France, comme d'autres pays, a voulu créer, oubliant la base de la peine d'un condamné : la privation de liberté. Pas l'insalubrité, pas les hordes de rats et de cafards, pas les mauvais traitements, pas les viols, pas les suicides, pas le racisme, pas l'exploitation par le travail sous-payé, pas la promiscuité à trois dans des cellules d' une place, pas les trafics, ou la misère sexuelle endémique, on pourrait allonger la liste...

 

La belle idée de cette étude qui ne donne pas que dans les pures données sociologiques, est d'avoir donné la parole à ceux que l'on entend rarement. Longuement les détenus mais aussi les matons parlent. Avec de multiples exemples au quotidien, comme la fouille, une nécessité qui est aussi une humiliation. Comme les conflits de notre société qui se poursuivent à l'intérieur des murs. Ceux qui étaient déjà dans des zones de relégation que sont toujours nos banlieues, les jeunes, les musulmans, radicalisés ou pas, et puis aussi les malades mentaux. Si notre système pénitentiaire est une vraie catastrophe, notre système de santé est aussi sinistré, notamment la psychiatrie. Alors des malades mentaux qui devraient être en hôpitaux psychiatriques se retrouvent en prison. Et ainsi de suite. Une enquête dans la lignée des travaux de Michel Foucault qui démontra que le système pénitentiaire prolonge, voire renforce les tares de notre société libérale. Autre grande qualité de cette étude, très en phase avec l'actualité mortifère du moment, la radicalisation des détenus. Certes l'auteur, vu sa spécialisation, développe plus l'aspect de l'intégrisme musulman, mais l'on sait qu'il en est de même pour la radicalisation des petits délinquants qui vont partager le vécu carcéral de gangsters chevronnés. Les prisons de France, faillite endémique durable à tous les étages. Comme l'affirmait récemment un intellectuel français, les djihadistes il faudrait déjà cesser d'en produire. Notamment en prison. A lire de toute urgence, si l'on veut comprendre un peu ce qu'il se passe dans notre pays en crise. Tous ceux qui subissent l'enfer carcéral ressortiront un jour. Ne laissons pas le scandale des prisons sans réponses. Un livre important et surtout abordable par un large public.

 

Dan29000

 

Prisons de France

Violence, radicalisation, déshumanisation : surveillants et détenus parlent

Farhad Khosrokhavar

Éditions Robert Laffont

Collection Le monde comme il va, dirigée par Michel Wieviorka

 

Le site de l'éditeur

 

Tag(s) : #lectures

Partager cet article

Repost 0