Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

Nous ne chroniquons pas souvent des romans sud-américains, et c'est dommage. Voici un premier roman d'une jeune Mexicaine de vingt et un an que la critique vient d'accueillir avec enthousiasme : Gabacho, signé Aura Xilonen, aux éditions Liana Levi.

 

 

Gabacho, c'est l'histoire d'un enfant des rues nommé Liborio. Un gamin qui a fui l'enfer mexicain où les cartels s'affrontent chaque jour, le pays de la ville la plus dangereuse du monde, Ciudad Juarez, où l'on disparaît en masse depuis des années... L'enfer sur terre. Alors que le fameux rêve américain est à portée de main avec la frontière où un dingue voudrait construire un mur... Mais une fois de l'autre côté, ce n'est pas vraiment le paradis espéré. Alors Liborio se raconte. Il nous raconte ses espoirs, ses galères, son petit boulot dans une librairie hispanique d'une petite ville de ce sud des États-Unis où il est devenu un réfugié. Refugees welcome. Enfin pas toujours.

 

 

Dans sa librairie, Liborio essaie de tout lire, tout ce qui lui tombe sous la main. Parfois c'est lui qui tombe sous les coups qui pleuvent, la ville n'est pas tendre avec les gamins venus d'ailleurs. Il va donner des coups et en recevoir, souvent seul contre tous, en comptant sur la chance qui va lui faire rencontrer le milieu de la boxe. Mais l'important pour lui c'est surtout une fille qu'il a sauvée d'une embrouille. Fascination, mais leur histoire ne sera pas facile, car leurs vies respectives sont difficiles. Peu à peu Liborio va grandir face à ces petits yankees blancs, ni meilleurs ni pires que les latinos de l'autre côté du fleuve... Partout existent trahisons et enfoirés. Parfois sombre le récit de Liborio est néanmoins souvent hilarant. Mais l'autre intérêt de ce remarquable premier roman, c'est la langue de l'auteure, colorée, inventive, percutante, qui aura permis à Aure Xilonen de recevoir à dix-neuf ans le prestigieux prix Mauricio Achar, pour ce premier roman acheté par de nombreux éditeurs à la Foire de Francfort. Si elle étudie actuellement le cinéma, parions néanmoins qu'un autre roman viendra prochainement nous réjouir. Nous retenons son nom, un nom d'avenir alors qu'un peu partout le monde s'assombrit et que la chasse aux migrants règne, de tels romans sont porteurs de lumière...

 

Dan29000

 

Gabacho

Aura Xilonen

Traduit de l'espagnol (Mexique) par Julia Chardavoine

Éditions Liana Levi

2017 / 362 p

 

Le site de l'éditeur

Lire un extrait

 

PRESSE /

«Un livre à faire lire à tous les bâtisseurs de murs.» Le Canard enchaîné (lire la suite)
«Un véritable coup de poing littéraire.» L’Express (lire la suite)
«Aura Xilonen cogne aussi fort avec les mots que Liborio avec ses poings.» La Semaine (lire la suite)
«D’une grande maturité.» La Croix (lire le portrait)
«Une vie de desperado dans une langue inventive et enragée.» Livres Hebdo (lire la suite)
«Une surprise époustouflante et jubilatoire.» Actualitté
«Un premier roman tout en fureur et sensibilité.» Avantages
«Incroyablement vivant.» L’anticapitaliste

Tag(s) : #lectures

Partager cet article

Repost 0