Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sa présence tranquille,
de jour en jour,
coule dans tes veines,
coule dans le rythme lent du temps,
dans les jours calmes et immortels.
Il ne dit rien, cela dit tout.
Il a la joie calme de ceux qui aiment la vie,
en la vivant intimement,
de chaque cellule.
Toute sa connaissance est là,
dans cette vie intime,
renouvelée à chaque seconde,
dans le déroulement calme et tranquille de la vie.

 

Je t'aime arbre compagnon.
Je t'aime, solide, bienveillant,
Je t'aime, ancré dans le sol,
avec la puissance indéracinable de celui qui ne ploiera pas,
qui ne connait pas le doute.
Il faut la force de l'éclair, la fulgurance du ciel,
soudaine, pour te fendre et te briser
et que tu tombes,
avec la même puissance que tu tenais debout.
Eclairé,
fendu sauvagement,
tu as rencontré le ciel et sa griffe de lumière.
Tu y as laissé ta rectitude et es devenu bois.
Même là,
allongé sur le sol,
tu restes fort, épais, massif.
Et je t'aime encore
pour cette beauté que tu fais naitre en moi,
mon coeur que tu allumes et qui te reconnait.
Tu es mon compagnon,
que j'aime aimer,
frère de sève,
qui murmure le rythme de mes pas,
le martèlement tribal du sol sauvage,
la plante de mes pieds
qui épousent le sol vivant.
Tu me murmures la force de mes hanches,
leur ouverture vers la terre,
l'accueil du sol en moi.
Debout, je suis assise,
je me repose en lui,
adossée au temps infini.
Tu me murmures ma colonne,
qui est comme toi,
dressée sans effort
au coeur du ciel immense,
reposée, relâchée,
ondulante par vagues,
lentes vagues qui me lèchent,
comme une langue lente,
qui prend sont temps
et déploie la sensualité de mes vertèbres.
C'est le chant du charmeur de serpent
qui éveille lentement ma colonne.
Elle s'élève dans le bleu d'un ciel musical,
elle prend son temps, comme toi,
le temps infini d'exister,
sans hier, sans demain,
le temps d'être là,
dans le temps, suspendue.
Le temps s’étire,
comme moi au réveil,
prend ses aises,
tandis qu’il se déplie,
déploie ses ailes.
Il s’étire à grandeur de ciel
dans toutes directions.
Je souris, je me repose en lui,
comme dans une couverture immense.

 

ANNE-BEATRICE DUPARC

21 février 2017

=================

Merci à l'auteure pour avoir autorisé cette publication, allez voir son site, cela vaut le coup.

Dan29000

 

Tag(s) : #environnement, #lectures, #arts

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :