Les familles de victimes de la police parlent

Publié le par dan29000

Réponse des familles de victimes à un flic qui répond à La Tribune des artistes.

 

Alors non, les policiers, les détracteurs de la police nationale ce n'est pas cela. Mais qu'y connaissez-vous d'ailleurs, vous qui n'entendez pas les personnes et et les familles qui souffrent de vos injustices, vous qui pour certains ne connaissez que la police et ne connaissez pas les conséquences de vos actes qu'à travers vos commissariats et vos uniformes.

Les victimes de violences policières, ce sont les mêmes, qui en plus de leurs difficultés et problèmes personnels doivent faire face, au quotidien, au racisme institutionnel, à la povrophobie, à la violence et à des agressions physiques, morales, médiatiques de plus en plus violentes.

Alors, comment pouvez-vous dire que vos détracteurs seraient déconnectés de la vérité alors que vous êtes l'une des seules polices qui ne se remet jamais en cause. De telles inepties montrent à quel point vous êtes loin, très loin des réalités quotidiennes de la grande majorité de nos concitoyens victimes de violences policières.

Savez-vous que des dizaines de personnes sont tuées et qu'il est exceptionnel que la vérité et la justice soient faites ?

Savez-vous que des militants qui combattent les injustices sont insultés chaque jour et font l’objet de menaces ?

Savez-vous que des centaines de militants sont emprisonnés injustement ?

Savez-vous que les victimes sont détruites ?

Savez-vous que les victimes ne peuvent pas concilier une once de vie sociale avec leur traumatisme ?

Savez-vous tout simplement que quand vous dénigrez quelqu'un qui combat les injustices, vous frappez des milliers de femmes et d'hommes qui derrière leurs statuts socials ont un cœur ?

Non, bien sûr, tout ça vous ne le savez pas et ne voulez pas le savoir, préférant stigmatiser vos détracteurs, cela est tellement plus facile pour vous.

Savez-vous au moins que la police est l'un des métiers le moins contrôlé par la société civile, le plus condamné par la cour européenne des droits de l'hommes, l'ONU, les ONG et les médias nationaux et internationaux les plus sérieux ?

N’êtes-vous pas aussi un peu coupable de ce qui se passe aujourd’hui quand vous laissiez, sans la moindre réaction, certains d’entre vous « cracher », « vomir » sur les victimes et ceux qui les défendent ?

Ou étiez-vous quand, toujours au nom de cette chère liberté d’expression, certains mutilés, tués, trafiquaient des preuves et mentaient devant les médias alors que les corps des victimes de violences policières et les larmes étaient encore chauds ?

A ce moment-là, cela ne vous choquez pas, vous trouviez même peut-être cela normal… ce n’était que des injustices commises sur des personnes malhonnêtes, disiez-vous…

Alors, NON, de tels propos ne sont pas normaux et ne sont pas admissibles. Pas plus admissibles que les inepties et raccourcis émis par qui que ce soit.

Alors oui, je l’admets, tout n’est pas parfait dans ceux qui critiquent la police.

Alors oui je vous l'affirme, il est urgent de combattre les privilèges et non les droits des policiers.

Oui il faut repenser la police dans son organisation.

Non il ne faudra plus jamais que la police soit pointée du doigt par la cour des comptes alors que toutes les autres institutions se serrent la ceinture.

Oui il faut que les policiers soient mieux encadrés, mieux formés.

Oui il faut lutter sans relâche sur les psychopathes qui gangrènent les rangs de la police.

Oui il faut que les policiers puissent cesser de se victimiser et qu'ils commencent à écouter les critiques.

Mais de tout cela, vous vous en moquez, par étroitesse d'esprit, par lâcheté ou tout simplement par connerie.

Venez vivre une journée avec une victime de violences policières par exemple qui, tous les jours souffrent et vous verrez ce que sont des larmes et de la souffrance qui durent aussi longtemps que la vie dure parce qu'il n'y a eu aucune reconnaissance du statut de victime à la différence de vos victimes que l'on déplore et sachant qu'on a toujours condamné les attaques physiques sur les policiers.

Venez vivre cela et là, vous pourrez poser un œil un peu plus objectif sur ce que vivent les victimes de violences policières et ceux qui les défendent.

D’ailleurs, où étiez-vous quand certains criminels assermentés étaient devant les tribunaux ?

Que disiez-vous, pseudo grands penseurs, quand nos frères étaient déshumanisés par vos collègues ?

Où étiez-vous quand certains d’entre nous, du seul fait d’avoir fait une connerie étaient assassinés ou gravement blessés ?

Vous n'étiez pas muets à ces moments-là vous souteniez nos bourreaux devant les médias et les tribunaux comme le faites aujourd'hui encore …

Pourquoi n’avez-vous pas appelé au respect des droits de l'homme et à une plus grande sévérité vis à vis des brebis galleuses dans la police?

Alors je vous le dis, en mon nom, en celui de ceux que vous insultez et celui de toutes les victimes et militants qui recherchent la justice et la vérité sans privilèges que je représente, votre tribune est une insulte à toutes ces femmes et ces hommes qui, 365 jours par an, 7 jours sur 7, souffrent d'être victimes de votre chantage perpétuel à la sécurité et à votre dévouement que l'on ignore pas. Et nous ne pouvons que condamner ce chantage.

Non seulement il est une insulte pour les policiers mais, en plus, il ne peut que faire le lit de ceux que vous condamnez et stigmatisez.

Alors, Mesdames, Messieurs, notez-le bien. La police sera toujours à l'image des pires éléments qui la composent parce que ces pires éléments sont protégés, tout manquement à la déontologie est impunis aux yeux des nombreuses victimes.

Les dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui combattent vos injustices sont la conscience de ce pays, les centaines de blessés mensuels et nos nombreux morts méritent certainement autre chose que votre diatribe intolérable qui ne vous honore pas.

URGENCE NOTRE POLICE ASSASSINE

Publié dans actualités

Commenter cet article