Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En dix épisodes, un panorama éclectique de 120 ans de cinéma européen. Cet épisode retrace l'histoire du cinéma français, à travers des dates clés et des événements marquants, des premières projections publiques des frères Lumière en 1895 à la création, en 1943, de l’Idhec, l'ancêtre de la Fémis, l'école de cinéma où se sont formés Louis Malle, Alain Resnais ou François Ozon.

 

D’une richesse inégalée, le cinéma hexagonal a exercé son influence au-delà de ses frontières. Composé de dix rubriques, comme chaque volet de la série, cet épisode retrace l'histoire du cinéma français, à travers des dates clés et des événements marquants, des premières projections publiques des frères Lumière en 1895 à la création, en 1943, de l’Idhec, l'ancêtre de la Fémis, l'école de cinéma où se sont formés Louis Malle, Alain Resnais ou François Ozon. Ce numéro s’arrête également sur l'univers singulier des Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy. Il dresse le portrait de Catherine Deneuve, et s'autorise un brin d’érotisme, en rendant hommage à 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix.

Générique
  • Réalisation :Laurent Heynemann, Matthias Luthardt
  • Pays :Allemagne
  • Année :2016
  • Origine :ARTE

MERCREDI 15 MARS 2017 A 22 H 25 ET 22 H 50

En dix épisodes, un panorama éclectique de 120 ans de cinéma européen. Le cinéma belge, ce sont deux cultures – l’une francophone, l’autre néerlandophone – aussi riches que différentes. Cet épisode les explore à travers quelques-unes de leurs grandes figures, de Jaco Van Dormael à André Delvaux.

Le cinéma belge, ce sont deux cultures – l’une francophone, l’autre néerlandophone – aussi riches que différentes. Cet épisode les explore à travers quelques-unes de leurs grandes figures, de Jaco Van Dormael à André Delvaux, considéré comme le père du cinéma belge moderne. Il s’attarde aussi sur de grands succès flamands récents, notamment The loft d’Erik Van Looy (2016) et Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012), primé à la Berlinale. Côté francophone, ce volet se penche sur l’œuvre des frères Dardenne et sur celle de Chantal Akerman, avant de revenir sur un classique de la bande dessinée belge, plusieurs fois adapté à l’écran : Tintin.

Générique
  • Réalisation :Laurent Heynemann, Matthias Luthardt

 

SOURCE/  ARTE.TV

 

Tag(s) : #écrans

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :