Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Programme Culture du FN = danger pour la diversité culturelle

Publié le par dan29000

Le programme Culture du Front National: un danger pour la diversité culturelle

La culture selon la candidate du Front National n’apparaît ni comme un vecteur émancipateur de l’individu ni comme une priorité de l’éducation mais comme un outil de puissance, de défense de l’«identité nationale» et d’influence de la «civilisation française».

Le programme de Marine Le Pen, défini dans ses “144 engagements présidentiels”,  prône sans surprise une politique du repli principalement orientée vers la ”remise en ordre de la France » , tant de ses institutions, qui seraient menacées par l’élite politique actuelle et de l’ingérence des organisations internationales, que de son économie nationale. La culture y occupe une place très limitée. Les mesures culturelles sont abordées sous la thématique “Une France Fière” où l’on retrouve la récurrente défense de “l’identité nationale”, les propositions pour l’éducation et enfin la question du rayonnement du pays. Ainsi la culture selon la candidate du Front National n’apparaît ni comme un vecteur émancipateur de l’individu ni comme une priorité de l’éducation mais comme un outil de puissance, de défense de l’”identité nationale” et d’influence de la “civilisation française”.

Des propositions culturelles lisses en apparence

Si on s’en tient stricto sensu aux propositions culturelles, Marine Le Pen ne s’affiche pas comme une candidate souhaitant mettre en coupe réglée le secteur culturel. On retrouve en effet plusieurs de ses propositions chez d’autres candidats. La première mesure consiste à renforcer les écoles et lycées français, proposition qui se rattache à l’enjeu de la diffusion de la langue française. La candidate du Front National souhaite également développer le mécénat populaire, qui permet à toute personne de contribuer financièrement à un projet culturel et de bénéficier en échange d’une réduction d’impôt. L’objectif serait de replacer le citoyen au coeur de la définition de la politique culturelle et d’éloigner l’État de toute interférence avec le domaine culturel. Dans cette même logique, une des propositions consiste à faire entrer les citoyens au sein du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Développée principalement dans le volet “La France libre”, l’instauration d’une démocratie plus directe est un axe prioritaire du programme de Marine Le Pen : il faut “rendre la parole au peuple et établir une démocratie de proximité”. Dès lors, selon cette logique de gouvernance, appliquée au domaine culturel, le peuple doit décider de sa programmation, du contenu de ses institutions, pour ainsi s’éloigner, selon le Front National, d’une culture des élites.

La logique qui sous tend cet axe est clairement populiste dans le sens où les citoyens sont en fait uniquement considérés comme des consommateurs. Dès lors, une programmation artistique serait réduite au principe d’offre et de réponse à la demande majoritaire des consommateurs, qui provoquerait une uniformisation culturelle certaine.

Si la prise en compte des citoyens et leur implication dans la coconstruction des politiques culturelles est essentielle à la mise en place d’une véritable démocratie culturelle, le glissement sémantique constaté montre que le Front National ne s’inscrit pas dans cette volonté de “faire humanité ensemble” et constitue un véritable danger pour l’expression de la diversité culturelle.

Par ailleurs, Marine Le Pen souhaite augmenter le budget de la préservation du patrimoine et créer une loi de programmation du patrimoine. La défense du patrimoine est un positionnement classique de la droite, particulièrement développée dans le programme culturel de François Fillon ou de Nicolas Dupont-Aignan. De même, la candidate du Front National insiste sur l’urgence de stopper la politique de vente des “joyaux nationaux” à l’étranger et au privé, ce qui est aussi développé dans le discours du mouvement de la France Insoumise. Les 144 propositions pour la France abordent le régime d’assurance-chômage de l’intermittence, sujet présent chez presque tous les candidats, et qui doit être, selon le FN, mieux contrôlé. Néanmoins la création d’une carte professionnelle pour “préserver” ce régime tout en opérant un meilleur contrôle des structures qui en abusent pose plusieurs problèmes de fond. En effet, qui décide de la qualité d’intermittent et sur quels critères ? Étant donné les positions de dirigeants du Front National sur les formes artistiques contemporaines (voir Marion-Maréchal Le Pen), que se passerait-il si les créations d’un artiste ne cadrent pas avec la vision du Front National ? Le risque de censure arbitraire serait réel, ce qui constituerait un véritable danger pour la liberté de création.

Enfin sur la politique du numérique, Marine Le Pen veut supprimer la loi Hadopi, et rejoint sur ce point Jean-Luc Mélenchon.

La dernière mesure est une proposition que l’on pourrait qualifier de “fourre-tout” : en deux lignes, on retrouve un plan national de création de filières des métiers d’art, la volonté de généraliser l’éducation musicale pour tous et l’instauration d’un réseau de pépinières d’artistes, sans obtenir plus de détails sur leur mise en oeuvre.

“Défendre l’unité de la France et son identité nationale” : la négation de la diversité culturelle par le Front National  

C’est en s’intéressant aux propositions précédant celles pour la culture que la vision extrême de la culture du parti se révèle. L’identité nationale est l’une des expressions phares du Front National depuis son ascension dans les années 1980. C’est donc sans surprise qu’elle apparaît en tête de proue dans les discours de Marine Le Pen.  Cette notion d’identité nationale renvoie historiquement à deux définitions : celle rattachée au poids de l’héritage et au culte de l’enracinement, celle, plus ouverte, synonyme d’une volonté de vivre ensemble et de sacrifices au sein de cette communauté pour permettre de mieux faire société. La mesure n°91 “Défendre (…) les valeurs et traditions de la civilisation française” rattache directement le Front National à une conception de l’identité nationale excluante de tout élément extérieur aux “racines du peuple français”. Le parti d’extrême droite va encore plus loin en plaçant cette forme de culture française en civilisation suprême. On peut notamment rendre compte de cette affirmation en lisant le Manifeste du Collectif Création Culture et Libertés du Rassemblement Bleu Marine – autrement appelé Collectif CLIC- lancé en juin 2015. “Nous voulons que notre nation rayonne à nouveau, sa vocation universelle est le fruit de sa spécificité (…)” Si on décortique cette phrase, cela revient à dire d’une part que la nation française et sa culture “s’étendent à tout homme et toute chose” et que d’autre part, cet universalité lui est spécifique c’est-à-dire propre à elle seule et non aux autres nations, autrement dit la civilisation française est supérieure aux autres. La campagne #AuxSons s’oppose à toute forme de hiérarchisation des civilisations et des cultures. Persuadée que la diversité culturelle est une richesse pour le patrimoine de l’humanité, l’application des droits culturels et le respect de l’Autre. Le discours du FN est donc positionné logiquement et sans surprise à l’opposé des valeurs défendues dans la campagne #AuxSons.

Sans jamais la citer, le manifeste du CLIC, boîte à idées pour les propositions culturelles de Marine Le Pen, s’oppose à tout forme de reconnaissance de la diversité culturelle, qui est associée uniquement au modèle multiculturaliste. “A la stérile opposition des contraires des sociétés multiculturelles nous préférons la polyphonie culturelle des diverses sensibilités françaises” écrit-il. Le FN réduit donc la diversité culturelle au modèle multiculturel et sa critique dans une premier temps, il énonce de plus que seules les diversités françaises traditionnelles sont ici “préférables”. La diversité est acceptable donc, mais uniquement dans le carcan d’une identité nationale fantasmée . Toujours dans le rejet de la diversité, la proposition n°95 de Marine Le Pen prévoit d’inscrire dans la Constitution que “La République ne reconnaît aucune communauté”. Elle veut promouvoir l’assimilation face au principe d’intégration. Dans son discours pour l’investiture du collectif CLIC, Marine Le Pen pointe deux menaces pour la culture : la mondialisme et le multiculturalisme. “Il a fallu accepter un morcellement culturel en communauté, sans reconnaître un creuset national commun et supérieur (…).” On retrouve l’idée d’une identité commune française supérieure et sacrifiée. Elle récupère de plus le discours de la défense de l’exception culturelle. Face à la logique mondialiste, il faut préserver le bien culturel, ici elle entend surtout préserver le Patrimoine.

Marine Le Pen s’inscrit donc dans un rejet total des expressions de la diversité en France, pire elle renie le principe même des droits culturels,  inclus au sein des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le FN s’oppose donc à l’établissement d’une société interculturelle où les identités multiples des citoyens sont respectées à partir du moment où ceux-ci affirment la volonté de  faire humanité ensemble, principe excluant de facto tout communautarisme de repli.

La non-circulation des personnes

Marine Le Pen souhaite sortir la France de l’espace Schengen et rétablir les frontières. Outre la restriction de la libre circulation à la fois pour les français et les étrangers, cette mesure diminuerait de manière conséquente la possibilité pour les artistes de venir se produire en France. Le visa Schengen serait ainsi révoqué et entraverait le travail et la circulation de nombreux artistes qui se produisent en Europe. De plus, la proposition de taxation des salariés étrangers impacterait d’autant plus les artistes étrangers, leur environnement professionnel (producteurs, diffuseurs), l’ensemble du secteur culturel. La filière des musiques du monde connaîtrait un véritable effondrement économique.

La candidate Front National veut de plus créer des quotas pour l’accueil des étrangers limité à un “solde annuel” et supprimer le rapprochement familial et l’obtention de la nationalité française par le mariage. Dans cette même logique anti-immigration, la suppression du droit du sol serait instaurée, ainsi seule la filiation, autrement dit le droit du sang, primerait. La naturalisation serait soumise à des conditions dites “exigeantes” :  nous pouvons compter sur le Front National pour imaginer des critères extrêmement restrictifs. Zone Franche s’oppose à de telles mesures, l’Appel #AuxSons pour la diversité culturelle et musicale prônant la liberté de circulation pour les artistes notamment, la mobilité permettant l’expression des richesses de la diversité culturelle. Une fermeture des frontières et une politique anti-migratoire feront de la France, un pays fermé aux cultures du monde et aux échanges, vecteurs de créativité et de développement économique.

En prônant une “liberté de création” et en clamant que “Ce n’est pas à l’État de définir le “Bon art” et le “mauvais art””, Marine Le Pen offre une contradiction flagrante propre au discours du Front National. L’État ne doit pas intervenir dans la définition de la culture mais il peut contraindre les personnes à se fondre dans une identité nationale fantasmée et biaisée. Il ne peut définir le “mauvais art” mais il peut définir la culture française comme supérieure aux autres. Ce n’est donc pas en explorant uniquement les mesures pour la culture de Marine Le Pen qu’on se rendra compte de la menace que ce programme représente pour le monde culturel mais en percevant la globalité de son discours qui rend compte de son idéologie malgré une tentative de dédiabolisation du discours du Front National depuis quelques années..

La campagne #AuxSons affirme la réalité de la diversité culturelle en France qui peine à être reconnue et  tend à être effacée, s’oppose à la négation par le Front National et sa candidate des droits culturels des personnes et la diversité culturelle en France.

 

Sources :

144 engagements présidentiels – Marine 2017

Manifeste du Collectif Création Culture Libertés

Discours d’introduction du CLIC de Marine Le Pen

Discours de Marine Le Pen : « La France, Civilisation mondiale au XXIème siècle » 9 novembre 2016

Article Culture, Front National et droits culturels de Jean-Michel Lucas.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article