Bruce Springsteen, Born to run, de Nigel Cole

Publié le par dan29000

 

 

 

Le "Boss" du rock'n'roll raconte sa vie de musicien et son attachement à l'Amérique des "working class heroes". Truffé d'images d'archives rares, un portrait poétique et enlevé.

 

Bien avant de devenir l'un des musiciens les plus célèbres de l'histoire du rock, Bruce Springsteen a grandi dans une banlieue typique de la classe ouvrière des années 1950, en plein boom économique post-Seconde Guerre mondiale. Comment ce gamin timide à qui sa mère avait acheté une guitare à 18 dollars s'est-il forgé un destin musical sans précédent, aux côtés de son groupe de musiciens, amis de toujours, le E Street Band ?

"Plaisir cathartique"

"Il y a une raison pour laquelle on ne dit pas 'travailler', mais 'jouer' de la musique. C'est revigorant, plein de joie, de sueur, de crampes, de cordes vocales froissées, ça libère l'esprit, ça épuise, ça inspire. C'est un plaisir cathartique et un privilège, chaque soir." À travers plusieurs extraits de son autobiographie, Born to Run, (Albin Michel) lus à la caméra, Bruce Springsteen, l'une des dernières grandes stars du rock'n'roll et fervent soutien des démocrates, se dévoile. De son enfance dans le New Jersey à la paternité en passant par ses inspirations et la dépression nerveuse, le Boss forme une cartographie de ce qu'il exprime depuis plus de quarante ans à travers sa musique, qu'il qualifie lui-même de "longue et bruyante prière". Une belle immersion dans la poésie terrienne d'un des artistes américains les plus aimés de sa génération.

Générique
  • Réalisation :Nigel Cole
  • Pays :Royaume-Uni
  • Année :2016
  • Origine :ARTE
  •  
  • VENDREDI 02 JUIN 2017 A 22 H 30
  •  
  •  

 

 

SOURCE/ ARTE.TV

Publié dans écrans, musiques

Commenter cet article