Réponse au "Votez Macron !"

Publié le par dan29000

Leur dire non

Une réponse au « votez Macron ! » (Par Ludivine Bantigny)

Source : Médiapart

 

 

Ce texte de Ludivine Bantigny a été publié sur Mediapart le 30 avril dernier

Christine Angot nous traitera de « salauds » – comme elle l’a fait dans Libé. On aimerait pouvoir lui répondre que les salauds ne sont pas de ce côté. Auprès d’elle, c’est sans doute peine perdue. Mais au-delà, il est possible d’expliquer pourquoi, tout en luttant pied à pied contre le FN, sans relâche et sans concession, ce combat ne passe pas par le vote Macron.

FN : de la banalisation à l’imprégnation. Petites importations médiatiques et politiques

 
Nous n’avons pas attendu cet entre-deux-tours pour lutter contre le Front national et nous affronter à Marine Le Pen. Au passage, nous ne l’appellerons jamais « Marine », cette manière si médiatique et au fond si politique de la rendre familière. C’est une petite chose, un détail d’expression : un signe révélateur de la banalisation. Si le FN s’est imposé dans le paysage avec autant d’aplomb, c’est entre autre par cette manière qu’ont partagée bien des médias de lui faire place. On a d’ailleurs pu s’étonner qu’avant le premier tour, tant de journaux et chaînes de télé aient été à ce point préoccupés de taper sur Jean-Luc Mélenchon qu’ils en oubliaient le Front national. L’autre menait pendant ce temps-là son petit bonhomme de chemin (dommage que « malhomme » n’existe pas – il faudrait l’inventer). À présent, le changement, c’est maintenant : vite vite, on s’aperçoit que Macron n’aura pas 82 % des voix ; vite vite, il faut faire peur, faire pression, faire passer le vote blanc ou l’abstention pour une trahison.

Pire peut-être, quand Marine Le Pen ou ses acolytes n’étaient pas sur les plateaux ou dans les studios, c’étaient leurs thèmes préférés : tour à tour la sécurité, l’identité, le voile, le burkini, les musulmans, le supposé « problème » des immigrés. La responsabilité est énorme de celles et ceux qui s’emparent de ces idées, parfois par cynisme et pour gagner des voix, parfois par conviction – les deux se mêlant souvent dans une certaine confusion. Que l’on songe à un think tank du PS très mal nommé, « Gauche populaire », dont un fondateur, Laurent Bouvet, fait depuis des années de l’immigration une obsession, un thème majeur et, pour tout dire, « son beurre ». Bouvet écrit à qui veut l’entendre que l’immigration est un « fardeau » pour les « petits Blancs », lesquels estimeraient qu’il y a « trop d’immigrés en France » : et la « gauche » devrait s’adapter pour prendre en compte cette « opinion »[1]. En réalité, il y a déjà trop de temps que des responsables politiques vont puiser au répertoire du Front national et, par là même, l’alimenter. Elles ou ils brandiront les sondages : regardez, 70 % «  des Français  » pensent qu’il y a un problème de sécurité. Il ne faut pas être fin(e) sociologue pour observer la mécanique simplificatrice de cette prophétie auto-réalisatrice : semez, semez donc les sujets délétères, vous en récolterez les fruits amers. Et il n’est pas besoin d’être xénophobe pour répandre la xénophobie. C’est ce que Jacques Rancière a si justement dénoncé à travers « sept règles pour aider à la diffusion des idées racistes » et, parmi elles, celle-ci, essentielle : « Répétez en toutes circonstances : il y a un problème des immigrés qu’il faut régler si on veut enrayer le racisme. Les racistes ne vous demandent pas plus : reconnaître que leur problème est bien un problème et “le” problème ».

Une bien vieille « nouveauté » : Macron ou l’ultra-compétition

 
La responsabilité – énorme, écrasante – est du côté des politiques menées depuis plus de trente années de rigueur, d’austérité, de concurrence acharnée, d’un « marche ou crève » permanent et, plus encore, institutionnalisé. De celles qu’a conduites Macron. Quel triste canular d’ailleurs, cette « nouveauté » qui lui est sans cesse associée. Certain(e)s n’ont pas d’autre mot à la bouche, pas d’autre terme pour le qualifier sinon le grand passe-partout de la « modernité », ce sésame ouvre-toi du grand creux politique, ce circulez-il-n’y-a-rien-à-voir de leur basse besogne – de leur basse politique.

Cette politique fera mal, très mal : aux ouvrières et ouvriers, aux employé(e)s, aux chômeur.euses, aux enseignant(e)s, aux fonctionnaires… Mais au-delà encore, à tous les salariés, même les cadres supérieurs plutôt bien lotis en termes de revenus, sur qui s’abattra, toujours implacable, toujours impitoyable, la pression inouïe de la compétition. Ce fléau qui passe pour l’évidence : travaillez plus et écrasez le voisin. Les gouvernants ont fait de la lutte contre le terrorisme une cause nationale : une manière de gouverner par la peur, l’état d’urgence, la répression des manifestations et la guerre – qui est une spirale infernale, la pire façon d’alimenter le terrorisme. Mais quand fera-t-on une priorité de la lutte contre les suicides au travail, les burn out, les accidents de travail (500 morts par an) ? Cette politique nous fera mal. Et elle conduira, inexorablement, à un FN renforcé. Tôt ou tard, il arrivera au pouvoir, peut-être aidé d’une partie de LR, assorti de Dupont-Aignan et consorts. En 2012, une majorité d’élus UMP se disaient prêts aux alliances avec le FN.

« Tôt ou tard », mais donc « pas maintenant », entend-on ici et là. Cette fuite en avant est effarante. Elle est au fond typique de qui n’est plus même choqué(e) par une Le Pen au second tour. Décidément, ces élections semblent nous empêcher de penser. Il est grand temps qu’on en finisse avec ce système monarchico-présidentiel où l’on est supposé(e) croire en l’homme providentiel, comme des enfants au Père Noël. Rien que cette manière de gouverner, depuis l’Élysée ou à coups de 49-3 depuis Matignon, est indigne d’une « démocratie ». Emmanuel Macron l’a déjà proclamé : il procèdera par ordonnances dès cet été. Manière de dire, sans discrétion, combien à ses yeux comme dans la Cinquième République, ce Sénat et cette Assemblée forment un parlement croupion. Mais les ravages anti-démocratiques ne sévissent pas qu’en politique. Quand on doit s’aligner sur le bon-vouloir patronal, faire allégeance pour un petit boulot mal payé, se résigner à la précarité, où est la décision, où est la démocratie ? En haut lieu et dans les salles de rédaction, s’imagine-t-on qu’on est libre de choisir sa vie à ces conditions ? On peut les mettre au défi, ceux qui brandissent leur fameux adjectif, leur mot totem prononcé sans tabou : « social-libéral ». Mesdames-messieurs les étiqueteurs, où se trouve s’il vous plaît le « social » dans tout ça ? On a beau le chercher, on ne trouve pas. À moins que ce mot-là soit le dernier rempart, le cache-sexe maigrelet avant dévoilement définitif ?

Il faut lire la superbe analyse qu’a récemment proposée Christakis Georgiou sur ce que représente Emmanuel Macron, ce présumé novice, celui qu’Aude Lancelin nomme le « chérubin » – l’enfant de la finance et des marchés qui l’ont longuement dorloté pour le modeler comme il fallait : un « putsch du CAC 40 », a-t-elle pu subtilement titrer[2]. Du texte de Chr. Georgiou, il importe de citer un passage un peu long : « La liste des soutiens de Macron se lit comme un extrait du Who’s who de la classe dirigeante française. Son principal soutien a été Henry Hermand, grand patron avec des intérêts dans la grande distribution, proche de Mendès-France puis de Rocard et du courant chrétien de gauche fondé par Emmanuel Mounier autour de la revue Esprit. Hermand a financé des think tanks proche de la droite du PS (La République des idées, Terranova). Un autre patron proche du PS, le co-propriétaire du Monde, Pierre Bergé, est aussi un soutien déclaré de Macron. Il y a aussi Alain Minc (lui aussi inspecteur des finances), passé chez Macron après avoir soutenu Juppé à la primaire de la droite, Jacques Attali (polytechnicien et membre du corps des Mines), le banquier Serge Weinberg (président de Sanofi par ailleurs), le banquier de gauche Jean Peyrelevade (conseiller économique du premier ministre Pierre Mauroy en 1981-1983 et qui s’est occupé du programme économique de Bayrou en 2007), le financier Henri Moulard, Pascal Lamy et d’autres. Dans l’organigramme de campagne de Macron, le responsable de la collecte des fonds est Christian Dargnat, ancien dirigeant exécutif de la branche gestion d’actifs de la BNP Paribas, et le chargé des relations avec les entreprises et des questions économiques est l’ancien banquier d’affaires (chez Morgan Stanley à Paris) et ex-directeur général d’Altice Media Group (le groupe de Patrick Drahi), Bernard Mourad. Selon un ‘‘habitué des dîners du pouvoir’’ cité dans une enquête du Monde sur Macron, ‘‘il est celui dont le Siècle a toujours rêvé : homme de gauche faisant une politique de droite’’  ». On comprend à cette aune pourquoi certains médias s’acharnent à nous présenter le fringant jeune Macron comme ça, justement, et rien que ça : un « jeune » fringant, au sourire éclatant ; le petit nouveau ; le petit dernier. L’essentiel est sans doute dans la manière dont il nous est livré en spectacle et, au fond, vendu : dans cette mise en scène de la fraîcheur et de l’originalité, quand son programme est usé comme la corde avec laquelle on n’ira pas se faire pendre.

Le FN, les riches et le capital

 
Menacée d’être licenciée, une ouvrière de chez Whirlpool – 800 millions de dollars de bénéfices, 21 milliards de chiffre d’affaires, une usine sur laquelle les deux qualifiés du second tour se sont jetés comme des mouches – a confié aux journalistes venus l’interroger : « Macron, c’est la loi du tout pour le patron » ; « on est de la classe ouvrière, on ne vote pas Macron, nous ». Rien n’est plus clair. Mais l’un de nos travaux communs est de montrer, avec précision, que le FN n’est pas pour autant le parti des ouvriers. Que son programme défend les patrons, comme le fait, autrement, Macron. Et que la xénophobie qu’il charrie vise à nous diviser quand nous pouvons être uni.e.s. Le FN n’est pas devenu respectable avec Marine Le Pen, Louis Aliot ou Florian Philippot à sa tête. J’ai entendu Brice Couturier me rétorquer que ce parti n’est pas xénophobe. Des détails, sans doute, pour ceux qui en sont protégés : les candidats du FN s’étaient particulièrement lâchés lors des dernières élections. « Si on organisait des battues contre les Arabes, on sauverait peut-être la France », a écrit Elie Quisefit, candidate FN du canton de Narbonne 3. Narbonne 2, canton voisin : le candidat FN Fabien Rouquette publie ces quelques lignes : « Socialistes, communistes, musulmans ! Faites un geste pour la Terre, suicidez-vous »[3]. La xénophobie la plus abjecte, quoi qu’en dise Brice Couturier, pour qui on a trop « diabolisé » le FN. Non, mille fois non : pas assez.

Le Front national a été ultralibéral ; il veut maintenant se faire passer pour le « parti des travailleurs », le parti du social. Et pourtant, c’est un parti du capital. L’un de ses économistes attitrés le reconnaît : Bernard Monot, qui se vante d’élaborer le volet économique du programme frontiste, déclare sans ambages que dans son parti, « à l’intérieur nous sommes libéraux  », « nous sommes pour le profit ». Il le formule encore autrement : le FN défend le capital, mais « national ». En bon libéral lui aussi, Robert Ménard, triste sire et maire FN de Béziers, se prononce pour la liberté d’entreprise contre ce qu’il prétend baptiser l’« inertie étatique » – on a pourtant montré depuis longtemps que l’État, au stade néolibéral du capitalisme, est loin de lui être un frein mais fait tout au contraire pour le favoriser. « Heureux comme un entrepreneur en France » est l’une des devises que Marine Le Pen apprécie et brandit. Le FN ne défend pas les salariés. On ne trouvera rien dans son programme pour l’interdiction des licenciements – une entrave à la liberté des marchés chérie par le FN comme par tous les partis qui entendent, comme le dit Monot, défendre le capital. Les députés FN au Parlement européen se sont opposés à une mesure contre les délocalisations. Les députés FN de l’Assemblée nationale ont déposé des amendements à la loi Travail (« Travaille ! »), qui accentuaient encore son libéralisme et sa flexibilité imposée aux salariés. Les mêmes ont aussi voté la directive européenne qui protège le secret des affaires : la petite cuisine du CAC 40 et des marchés financiers est avec eux bien gardée. À chaque lutte, à chaque grève comme au printemps dernier, le FN s’en plaint et voudrait que l’État fasse davantage encore régner son ordre. La police le lui accorde volontiers quand elle gaze et matraque les opposant(e)s et manifestant(e)s. D’ailleurs, Thibaut de la Tocnaye, « expert économique », membre du bureau politique et du comité central au Front national, le reconnaît volontiers : il rêve d’un nouveau corporatisme, pour faire taire tout mouvement social, pour cadenasser toute lutte de classe : des syndicats qui regrouperaient des patrons, des cadres et des ouvriers. Le programme du FN regorge aussi de bons plans pour les plus riches en termes de fiscalité ; mais pas l’once d’une augmentation du SMIC[4].

En somme, le Front national ne s’en cache pas : ce qu’il est, c’est le « parti de la France » contre celui « des étrangers ». Un grand enjeu, qui va bien au-delà de cette élection, c’est donc le combat, précis et décidé, pour que pas une voix n’aille à Le Pen et au FN, du côté de celles et ceux qui y voient un espoir parce que, pendant des décennies, on les a écrasé(e)s.

Notre tâche est immense : elle a déjà commencé

 
Ces jours-ci, l’économiste Thomas Piketty appelle à voter Macron et estime que, s’il a un énorme score, il ne pourra pas appliquer son programme toxique[5]. C’est oublier un peu vite le vote plébiscitaire pour Chirac, qui nous a aussitôt conduits à une violente politique de droite, inaugurée quelques mois après sa triomphale élection par la contre-réforme des retraites concoctée par Fillon. Offrir un vote-plébiscite à Macron, c’est tendre les verges, les bâtons, tout ce que vous voulez : dans tous les cas, se faire battre avec notre bénédiction. Onction du suffrage, dira-t-on.

Bien sûr et malgré tout, vous voterez peut-être Macron. Chacune et chacun « choisira » avec son anxiété, son dégoût ou sa détermination. L’essentiel alors, c’est que nous nous retrouvions très vite, partout, dans les luttes, sur les places, dans toutes nos formes d’expression, pour s’opposer au bulldozer : il ne nous écrasera pas si nous lui résistons. Mais ça ne suffira pas. Revenons en deux mots à Christine Angot. À propos du vote Macron, elle croit bon de lancer cette vindicte, en des termes choisis qui ne font pas dans la dentelle au cas où on n’aurait pas compris : « Si nous ne faisons pas ce minimum, nous sommes des salauds »[6]. Encore une fois, allons bon : si « salauds » il y a, il faudrait un peu mieux les chercher. Surtout, ce « minimum »-là, ce petit bulletin, n’est rien. Nous en avons entendu des vertes et des pas mûres contre l’abstention, de la part de certains qui ne font rien au quotidien et croient que la chose politique et son histoire se résument à leur isoloir.

Ce qui compte, infiniment plus, c’est ce que nous pourrons imaginer et réaliser pour que cesse cette situation – dont certains s’accommodent à longueur de temps et réagissent seulement une fois tous les cinq ans. Notre tâche est immense mais beaucoup, beaucoup l’ont déjà commencée : celles et ceux qui luttent dans des syndicats et des associations, occupent des places, des zones à défendre, organisent des marches pour la justice et la dignité, combattent la guerre, la violence policière, la xénophobie et l’islamophobie, défendent une réelle émancipation de nos sexualités, bâtissent concrètement des alternatives au capitalisme et à un cortège d’oppressions, inventent du commun. C’est à ce travail qu’il faut continuer à nous atteler : le faire par-delà toutes les pressions et les donneurs de leçons, y consacrer avec bonheur notre énergie, est l’une des belles façons de leur dire « non ».

[1] Laurent Bouvet, Le Sens du peuple. La gauche, la démocratie, le populisme, Paris, Le Débat/Gallimard, 2012, p. 270 et 293.

[2] « La candidature Macron et la recomposition politique à l’œuvre », Contretemps, mars 2017 https://www.contretemps.eu/candidature-macron-recomposition-politique/ ; Aude Lancelin, « Emmanuel Macron, un putsch du CAC 40 », 20 avril 2017, https://audelancelin.com/2017/04/20/emmanuel-macron-un-putsch-du-cac-40/

[3] « Départementales : de nouveaux dérapages racistes de candidats FN », Le Parisien, 25 février 2015.

[4] Cf. Renaud Lambert, « Duplicité économique du Front national », Le Monde diplomatique, mai 2017.

[5] Thomas Piketty, « Plus le score de Macron sera fort, plus il sera clair que ce n’est pas son programme que nous accréditerons », Libération, 29-30 avril 2017.

[6] Christine Angot, « Si nous ne faisons pas ce minimum, nous sommes des salauds », Libération, 29-30 avril 2017.

 

 

SOURCE/ REVOLUTION PERMANENTE

Publié dans actualités

Commenter cet article