La blanche caraïbe, de Maurice Attia, aux éditions Jigal

Publié le par dan29000

 

 

 

 

 

 

Avec La blanche Caraïbe, aux éditions Jigal, Maurice Attia signe son grand retour dans le petit monde du polar pour notre plus grand plaisir. En près de trois cents pages, il entame ainsi une nouvelle trilogie, en reprenant son personnage, Paco, aujourd'hui libéré du carcan policier.

 

 

Maurice Attia est un auteur comme nous les aimons, un auteur qui ne fait pas que des romans ou des nouvelles, étant aussi cinéaste, scénariste, psychiatre et psychanalyste. Il a bien connu trois villes importantes, Alger, Marseille et Paris. Ce qui a inspiré sa première trilogie avec Alger la noire, Pointe rouge et Paris blues. Le premier volume ayant été adapté en bande dessinée par Jacques Ferrandez ! Il s'attache à décrire les gens de peu, pour reprendre la belle expression de Pierre Sansot, et aussi les nombreuses dérives politiques. Une belle plume ancrée dans le réel qui a reçu à juste titre de nombreux prix et un beau succès de la part du public.

 

Donc le retour de Paco, ex-flic devenu en 1976, chroniqueur judiciaire et critique littéraire au journal Le Provençal, Irène est devenue sa femme et la vie passe... Pourtant elle va subitement se trouver perturbée par un simple appel téléphonique de son ancien collègue et ami, Koupi, Arménien de Marseillaise, exilé aux Antilles. Son pote semble mal en point, alcoolique et plongé dans une mauvaise histoire de magouilles immobilières, sur fond de corruption, cocktail détonnant dans un shaker néocolonial. Et comme souvent un malheur n'arrive jamais seul, une éruption volcanique menace l'île ! En évitant tous les clichés, Maurice Attia nous enchante avec le début de cette nouvelle trilogie. A lire cet été, avec un mojito bien frais.

 

Dan29000

 

La blanche caraïbe

Maurice Attia

Éditions Jigal

2017 / 272 p / 18,50 euros

 

Le site de l'éditeur

 

Publié dans lectures

Commenter cet article