Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Montreuil, 13 octobre 2017 © JK

Montreuil, 13 octobre 2017 © JK

Questions sans réponse

On cherche le sens jusque dans l'absurde. A quoi ça rime, la violence de l'Etat, de sa police, envers les plus pauvres, cet acharnement contre ceux qui n'ont rien? Quel sens ça a, toute cette merde?

 

On cherche le sens jusque dans l'absurde. A quoi ça rime, la violence de l'Etat, de sa police, envers les plus pauvres, cet acharnement contre ceux qui n'ont rien? Quel sens ça a, toute cette merde? Il y a bien quelqu'un, quelque part, qui prend une décision, donne un ordre, organise la descente des flics à l'aube sur le campement endormi (je dis campement faute de mots plus appropriés, nous n'avons pas encore inventé le vocabulaire pour désigner les misérables arrangements urbains des populations que la société prive aujourd'hui de tout espace pour abriter leur corps et ceux de leurs enfants). Il y a bien quelqu'un, quelque part, qui juge que la chose à faire, ce matin, c'est d'envoyer une brochette de cognes mal lunés taper dans les bagnoles où dorment les familles roms, effrayer les gamins pour un traumatisme de plus, leur piquer les carcasses déglinguées qu'ils ont achetées pour y gîter bien mal, avec tout leur barda dedans. On peine à se mettre à la place de ces agents de l'horreur ordinaire : mais qu'est-ce qui leur passe par la tête? mais qu'est-ce qu'ils veulent?

Qu'est-ce qui peut bien pousser un homme, une femme, à prendre de son temps et de son énergie pour planifier la confiscation du réchaud à gaz de Calitsa, de la paire de basket d'Alberto et des couvertures et des pauvres gens?

D'aucuns prétendent que, dans cette mise en fourrière des voitures-maison, il s'agissait uniquement de libérer des places devant le funérarium pour que puissent se garer facilement, pendant deux heures, une poignée d'huiles locales venant assister à la crémation d'un des leurs. J'ignore si cette rumeur a un fond de vérité mais ce qui ne m'étonne plus, c'est qu'elle soit crédible.

Humilier, dérivé de l'"humus" latin : le sol, la terre ; rabaisser, mettre au niveau du sol. En m'accroupissant pour parler à Meda, qui dort de nouveau sous une tente posée sur le trottoir (et l'on se réjouit de cette tente providentielle apportée par des humains alors qu'elle n'avait plus de voiture ni plus rien), je songeais hier à ce mot. Mais à quoi bon humilier les humbles? Pourquoi s'acharner à les mettre plus bas que terre?

De quoi l'humiliation des familles roms est-elle le nom?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

SOURCE/ MEDIAPART.FR

Tag(s) : #actualités

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :