Après la catastrophe de Brétigny, SUD-Rail demande une réunion sur la sécurité ferroviaire

Publié le par dan29000

Après Brétigny, SUD-Rail et la FUT-SP réclament une réunion sur la sécurité ferroviaire et sur l’état des infrastructures et du matériel ferroviaire

 

lundi 29 juillet 2013

 

 

Le service public ferroviaire s’est détérioré au fil des années (trains en retard, supprimés, etc.). Le dramatique accident de Brétigny rappelle les graves difficultés liées à l’état du réseau et des infrastructures ferroviaires et à la désorganisation du système ferroviaire.

Celles-ci ne sont pas une nouveauté. Organisations syndicales et associations d’usagers alertent sur cette situation depuis bien longtemps ; il est regrettable qu’elles n’aient pas été entendues.

Cheminots et usagers ont le droit de connaître toute la vérité sur les effets sur la sécurité ferroviaire de la politique menée depuis des années par la SNCF, RFF et les pouvoirs publics.

La recherche effrénée de productivité, le manque d’investissements pour la maintenance du réseau ferroviaire doivent être remis en cause.

La situation n’a cessé de se dégrader depuis la création de RFF et l’éclatement interne de la SNCF en « activités » de plus en plus autonomes. Les dizaines de milliers d’emplois supprimés ne permettent plus d’assurer un service normal, rendent le moindre incident quasiment irrattrapable ... jusqu’au drame !

L’organisation mise en place a aboutit à une désorganisation du système ferroviaire. La future loi ferroviaire doit rompre avec cette logique. Il faut une entreprise unifiée, dotée des moyens nécessaires pour faire fonctionner le service public ferroviaire en répondant aux besoins de la collectivité, tant pour le transport de voyageurs que pour le fret.

La Fédération des syndicats SUD-Rail et la Fédération des Usagers des Transports et des Services Publics demandent au gouvernement de réunir, très rapidement, une « table ronde » Etat-SNCF-RFF-syndicats-associations d’usagers, sur l’état du réseau, du matériel, des installations ferroviaires.

Au-delà des annonces médiatiques, il faut d’importantes mesures pour rattraper les années de sous-investissements, d’allègement de la maintenance, de non-renouvellement des infrastructures, etc. Les moyens humains en personnel dans les gares, dans les trains, pour la maintenance, les services, etc., font aussi partie des sujets à évoquer, des évolutions importantes doivent être mises en œuvre.

Usagers et cheminots ont un intérêt commun : améliorer le service public ferroviaire !

St Denis, le 26 juillet 2013

 

SOURCE / RENNES INFO

Publié dans actualités

Commenter cet article