Travail le dimanche : un non massif au gouvernement

Publié le par dan29000

Depuis déjà de longs mois le gouvernement tente de faire passer l'idée suivante : Travailler plus pour gagner plus, donc il faudra travailler le dimanche. On comprend que certains veuillent gagner plus avec le constant recul du pouvoir d'achat depuis plus de dix ans. La seule solution pour cela serait l'augmentation des salaires, 300 euros tout de suite, par exemple, et le SMIC à 1500 euros, cela est possible dans un des cinq pays les plus riches du monde. Mais voilà le MEDEF n'est pas d'accord, et comme au gouvernement, c'est sa politique qui passe, pas question. En prime pour Sarkozy, la collaboration bien gentille des "partenaires sociaux", lire des syndicats impuissants, et tout va bien dans le meilleur des mondes. Donc il restait une solution pour gagner plus, les heures sups, cela c'est déjà fait. Mais il  y a aussi la solution du travail le dimanche.
Dans un pays où le chômage augmente autant que la précarité des travailleurs pauvres, la loi discutée la semaine prochaine sur le travail dominical ne serait qu'un instrument de fléxibilité abusive. Au seul profit de la grande distribution et des grosses entreprises, elle sera au détriment des marchés traditionnels et des petits commerces de proximité. Cela sera surtout un coup porté à la vie familiale, à la vie sportive, à la vie culturelle et associative. De plus comme l'a déjà démontré une enquête du CREDOC, les français ne dépenseront pas plus, car tout simplement ils ne le peuvent pas. Il y aura donc un phénomène de substitution, sans le moindre effet positif sur notre économie. 
Nous sommes donc face à un enjeu de civilisation. Le travail du dimanche va fragiliser la vie sociale de millions de salariés et en même temps renforcer la marchandisation de toute la société qui sera de plus en plus consumériste.
A quand les commerces ouverts en soirée, et parfois la nuit, comme aux USA ?
Presque tous les syndicats, CGPME compris, sont contre, tous les partis de gauche, certains du centre, de nombreuses associations, et bien entendu la hiérarchie catholique.
TRAVAILLER MIEUX POUR GAGNER MIEUX, c'est la devise de STIGLITZ, Prix Nobel d'économie.
Pétiton à signer, déjà 77 000 signatures, c'est là :

Publié dans actualités

Commenter cet article