Orelsan : coup de gueule

Publié le par dan29000

Orelsan, vous connaissez ? Non ? Je vous crois pas,mais bon...Peut-être n'avez-vous pas écouter la radio, la télé, lu la presse depuis quelques mois...Quant au web, j'en parle même pas, impossible d'y échapper, hier soir encore. Et cela dure depuis le début de l'année. Sur ce blog on résiste, à l'air du temps, au capitalisme...et au « politiquement correct »...et à la connerie ambiante.
Alors je dis STOP, faut nous lâcher avec Orelsan. D'abord le gouvernement, et puis les féministes, et puis les Collectivités territoriales, et puis les éditorialistes bien pensants à la Zemmour, et puis les chasseurs de jeunes, et puis les chasseurs de rappeurs, et puis ceux qui comprennent rien à la chanson, et puis les autres...

Bon je sens qu'il y en a qui ne suivent pas, alors petit rappel rapide, hein, on va pas s'étendre. Orelsan a 26 ans, il est de Caen, il fait du rap, vient de sortir un premier cd et a fait une chanson, je dis bien une CHANSON, vous voyez ce que c'est, UNE CHANSON intitulée « Sale pute ». Bon les paroles je vous l'accorde, c'est pas du Lalanne, à vrai dire c'est même violent, macho, agressif, c'est vrai. Faut-il rappeler qu'une chanson c'est comme un roman, ou un film, c'est UNE FICTION. Petit rappel, nécessaire hélas en ce moment, une fiction, c'est pas la réalité, c'est pas pour de vrai. Orelsan a, il est vrai un peu tard, compris, que la violence de son texte pouvait choquer certains et surtout certaines. Alors qu'a-t-il fait, et bien il a viré sa chanson (tant mieux) d'abord de ses spectacles, et ensuite elle fut absent de son cd. Puis il s'est exprimé sur son détestable texte, un peu étonné par tout ce cirque. Il a expliqué que ce n'était qu'une fiction, pas ses opinions. C'était clair.

Que devait-il faire de plus, se couper une main ?

Depuis la chasse à l'homme est ouverte, la chasse à l'Orelsan, nouvelle forme culturelle de chasse à courre. Les associations féministes sonnèrent la charge en formation compacte, puis lors du fameux Festival de Bourges, le Conseil général demanda son retrait de la programmation au nom d'une subvention accordée au dit festival. Les organisateurs, heureusement, firent savoir que ce n'était pas le Conseil général qui assumait la programmation, et qu'ils préféraient alors perdre la subvention, pas énorme d'ailleurs. Et le concert d'Orelsan eut lieu. Je vous laisse deviner la couleur de cette courageuse Collectivité territoriale. Certaines radios emboitèrent le pas, puis quelques leaders politiques, telle Buffet. Bref la curée était lancée. Cela dure depuis six mois,et aujourd'hui c'est le tour du festival des Francofolies qui, lui aussi, a des subventions des Collectivités, qui serait sur le point de censurer Orelsan. Un vrai cauchemar.
Bigre c'est le diable ce jeune homme. Remarquer pendant ce temps on va peut-être foutre la paix aux porteuses de burqa. Non je plaisante, les féministes peuvent mener deux campagnes en même temps, tout comme le gouvernement ou Zemmour. 

Il y a quelque chose de délétère dans ce pays. 

Faudrait pas caricaturer dans les hebdos, faudrait pas faire de l'humour sur DSK à la radio, faudrait pas chanter trop violent, faudrait pas exposer certaines œuvres d'art contemporaines, faudrait pas publier certains romans tendancieux, faudrait pas que les gamins sortent trop tard dans certaines villes de notre bel hexagone, faudrait pas télécharger des films quand on est chômeur ou rmistes, faudrait pas porter une cagoule en hiver, et une burqa en été, ou un string apparent au lycée, faudrait du rap repeint en rose bonbon au pays des Bisounours, faudrait pas que Dieudonné présente une liste aux élections, mais Le Pen pas de problème, etc...

Faudrait surtout foutre la paix à Orelsan et à tous ceux/celles qui veulent s'habiller comme ils/elles veulent. Faudrait stopper ce lynchage médiatique de suite. Si Gainsbourg avec son clip LEMON INCEST, si Brassens, avec sa chanson MISOGYNIE A PART, étaient encore vivants, nul doute que la société bien pensante de droite et de gauche leur tomberait dessus.
Voltaire reviens...ils sont devenus fous...

Publié dans musiques

Commenter cet article