Résister en lisant cet été, la Princesse de Clèves...

Publié le par dan29000

Petit rappel des faits :
Ce grand roman vient d'acquérir une nouvelle jeunesse grâce à Sarkozy, le candidat à l'élection présidentielle. Dans un discours, maintenant célèbre, il affirmait qu'il fallait être sadique pour interroger les candidats au concours d'attaché d'administration sur ce roman.
Devant une telle inculture, le tollé, et pas seulement celui des enseignants, n'a pas cessé.
Des extraits du roman sont souvent lus, au mégaphone, dans les manifestations.
Des enseignants ont envoyé à l'Elysée des exemplaires du livre durant le mouvement d'opposition à la réforme universitaire de Valérie Pécresse.
En mars 2009, au Salon du livre de Paris, ce fut l'apparition, avec un franc succès, d'un badge « Je lis la Princesse de Clèves ».

Ce roman fut publié anonymement par Madame de La Fayette en 1678.
C'est un roman important car c'est le premier roman moderne de la littérature française. Il traite du sentiment amoureux et de ses effets sur les comportements. Vu que son action se déroule en 1558 à la cour du roi Henri II, c'est donc un des premiers romans historiques. Ce magnifique roman d'analyse est aussi celui de la place des femmes dans la vie culturelle du 16e siècle, c'est le grand roman de la préciosité, du jansénisme et du libertinage. Son influence ne cessera de durer au fil des siècles et Balzac lui-même la reconnaitra.

Un tel manque de culture et une telle incompréhension de la culture générale dans les concours administratifs est atterrant pour celui qui tente de diriger la France. Alors quoi de mieux que de relire ce chef d'œuvre de notre littérature. Dans toutes les bonnes bibliothèques municipales ou chez votre libraire favori, à partir de deux euros en poche. Pour ne pas bronzer idiot cet été.

Publié dans lectures

Commenter cet article