Beaux Arts magazine : dossier art et censure

Publié le par dan29000

Ce blog étant dédié à toutes les formes de résistances, y compris les résistances culturelles, je ne pouvais passer sous silence la sortie dans toutes les Maisons de la presse, d'un numéro spécial été du mensuel Beaux Arts magazine contenant un épais dossier intitulé : Art et censure.
La censure sur les artistes existent depuis bien des siècles, elle fut durant longtemps le privilège de l'Eglise, grande spécialiste de la mise  à l'index. Dès 1125, Bernard de Clairvaux,le réformateur de l'ordre cistercien exige que ses frères cessent de sculpter des figures issues de leur imagination. Tout cela devint sanglant durant la Renaissance, et au XVIe siècle, ce fut vraiment une guerre contre l'art qui fut déclenchée. Déjà, comme aujourd'hui, c'est la sexualité qui est d'abord visée. En premier le lieu le sensualisme, l'on voile alors les nus de la chapelle Sixtine ! Et partout les feuilles de vigne apparaissent. L'on pouvait raisonnablement penser qu'après la révolution de 1789, la censure allait reculer devant la raison. Que nenni. Dès 1793 un décret propose la destruction des gisants de Saint-Denis. Au XIXe siècle la censure est surtout politique et  commence à frapper la presse, par ses illustrateurs tel Daumier.
La liste des grands artistes frappés par la censure religieuse ou étatique est très longue hélas, citons juste Manet, Courbet, Sade, Zola, Munch, Schiele, Malevitch, Picasso, Dali...Plus proche de nous, Scorsese, Pasolini, Godard, Araki, Oshima, Rivette et Clark ou Kubrick, Despentes, Laborde, Deforges, Genet. Après 1945, la censure capitaliste n'était que le pâle reflet de la censure "communiste" qui avait une "vision" bien précise de ce que devait être l'art officiel, le réalisme socialiste (dixit). Cela, sur un terrain différent, pouvait aussi rappeler les attaques nazies sur l'"art dégénéré". Tout ce qui n'est pas dans une norme officielle doit être combattue.
Ce dossier passionnant d'une soixante de pages s'achève sur un édifiant tour du monde de la censure actuelle, la Chine est toujours en tête, mais l'Europe et les USA ne sont pas loins derrière. Les organisations religieuses sont souvent à l'origine des procès contre des affiches de films, des caricatures, des expositions ou des installations.
En septembre prochain, l'ancien directeur des Musées de Bordeaux et deux commissaires passent en correctionnelle pour diffusion d'images pornographiques "susceptibles d'avoir été perçues par des mineurs", lors de l'expo "Présumés innocents" en 2000 au CAPC de Bordeaux. Même si un non-lieu est probable, cela ne peut qu'inciter les responsables culturels à bien pire que la censure, l'autocensure.
A lire sur la plage.

Publié dans arts

Commenter cet article

Keruzien 28/07/2009 22:25

voir sur le site d'Arrêts sur image le sujet Dieu, l'été, les poils et nous "Les poils pubiens : les raser, les conserver, les montrer, les peindre, les feuilledevigner, les flouter, les effacer ? De Michel-Ange aux mangas, notre débat d'été inattendu (mais brûlant), suscité par Judith Bernard, repris par Alain Korkos, avec la participation active des @sinautes, mâles, femelles, et autres."(C'est peut-être sur la partie réservée aux abonnés,)

dan29000 28/07/2009 22:28


Merci je vais aller voir cela