A la CGT, on ne discute pas avec le NPA

Publié le par dan29000

La CGT n'aime pas le NPA, enfin disons la direction de la CGT ne veut pas débattre avec le NPA. Le syndicat était invité à participer à l'université d'été du Nouveau Parti Anticapitaliste qui se tiendra du 23 au 26 août à Port-Leucate (Aude). C'est Alain Guinot, secrétaire confédéral qui signe la lettre envoyée au NPA en juillet. Son syndicat ne peut participer à un débat intitulé « Quelles stratégies pour les luttes ? ». Pour justifier son refus, alors que par le passé des représentants de la CGT avaient participé aux universités d'été de la LCR, le syndicat constate :

« Nous avons pu distinguer au moins deux attitudes chez les partis s'affirmant aux côtés des salariés. La première reconnaît la mission et les responsabilités particulières des organisations syndicales, la seconde, et le NPA comme Lutte ouvrière en font partie, prétend donner des leçons aux responsables syndicaux, voire même de se substituer aux syndicats dans leurs responsabilités d'assumer la défense des salariés et la conduite des luttes ».
Sandra Demarcq, membre du conseil politique national du NPA se dit « désolée » :
« Nous avons invité la CGT, la CFDT, FO, FSU et Solidaires. La CGT a refusé, la CFDT et FO n'ont pas répondu et la FSU et SOLIDAIRES ont accepté ».

Rappelons que Le Duigou a déjà participé à l'université d'été de la LCR et surtout que Bernard Thibault participe à des débats avec le PS, sera présent à la fête de l'Huma à la rentrée. Sans parler des nombreuses « couvertures » et interviews dans l'hebdo communiste. Enfin Maryse Dumas a participé début juillet à un forum du Front de gauche, intitulé « Trois heures pour une alternative de gauche ». Il y a donc les bons partis de gauche avec lesquels la CGT débat et les autres, NPA, LO avec lesquels cela n'est pas possible.
Une telle pratique est navrante, mais s'explique sans doute par la montée de la contestation à l'intérieur de la centrale, à l'approche de son prochain congrès en fin d'année. Elle s'explique aussi par une certaine attention favorable des salariés aux propos de Besancenot lors de ses prises de paroles dans les entreprises en lutte.
 L'intersyndicale, en 2009, n'a pas été à la hauteur des mobilisations et n'a pas offert de perspectives concrètes. Cela a rendu service au Medef et au gouvernement et cela commence à se savoir parmi les salariés les plus combatifs. L'axe réformiste CFDT-CGT passe de plus en plus mal.
De plus les syndicats CGT de la métallurgie et de la chimie, très critiques, dénoncent de plus en plus un tournant réformiste. Singer avec retard la dérive collaborationniste de la CFDT ne pourra résoudre le manque de cohérence de la CGT qui devient de plus en plus voyant.
Le NPA proposera à la rentrée une rencontre à la CGT afin de discuter des perspectives et de l'unité à construire entre syndicats et partis politiques.
Confronter les points de vue et débattre ne devrait pas faire peur à la CGT, même en période de préparation de congrès.

Publié dans actualités

Commenter cet article