Bretagne et algues vertes : Fillon préserve les producteurs de porcs pollueurs

Publié le par dan29000

Pendant que le duo Intermarché-Luc Chatel nous endort par de tristes manipulations médiatiques, Fillon vient se montrer devant d'autres caméras complaisantes dans les Côtes d'Armor, suite au scandale qui monte sur les fameuses algues vertes qui causèrent le mois dernier la mort d'un cheval, après celle de deux chiens en 2008. Le premier ministre découvre la lune ! En Bretagne la nuisance des algues vertes proliférantes n'est pas nouvelle, elle date d'un bon quart de siècle. Ecologistes, associations de sauvegarde et Ifremer de Brest pointent le problème depuis les années 80, c'est dire la rapidité d'intervention de l'Etat ! Le rapport rendu ces derniers jours démontre le danger mortel que peut constituer, dans certains cas, les amas d'algues vertes. Ceux qui ont bonne mémoire, se rappellent encore les déclarations de la Préfecture, notant qu'aucun danger n'était à craindre !
Et encore si le gouvernement décidait de s'attaquer au problème, mais non, la "bonne nouvelle" que nous annonce le premier ministre en déplacement-éclair, c'est l'aide financière aux communes touchées par la marée verte !
Pourquoi ? Pourquoi vouloir résoudre la cause alors qu'on peut se contenter de traiter la conséquence ?
Et bien il existe une raison à cela. La cause est bien connue, les nitrates, les nitrates et les nitrates, mais ils viennent d'où ces nitrates qui agissent comme un engrais sur les algues vertes ? Ils viennent des élevages de porcs qui prolifèrent dans toute la Bretagne. Mais les éleveurs de porcs sont constitués en lobby, et ils pèsent lourds, financièrement parlant, mais aussi électoralement parlant. Et ils ont même des élus en Bretagne, des élus UMP qui ont portes ouvertes à Paris. On comprend alors mieux que l'Etat préfère que la pollution continue sans toucher à la cause, et que l'argent public remédie aux dégats provoqués.
La même logique est à l'oeuvre partout, les profits sont privés, les nuisances, les pertes, les déficits sont, eux, publics...Un des charmes du capitalisme qu'il faudra bien détruire un jour prochain. En attendant on pourrait déjà bouffer moins de viande et de charcuterie (je sais c'est difficile en Bretagne). On va pouvoir aussi manifester à Hillion le dimanche 27 septembre 2009 et puis on pourrait aussi en faire en Bretagne un beau thème de campagne électorale l'hiver prochain, pour virer quelques élus producteurs de nitrates.

Publié dans actualités

Commenter cet article