Coalition internationale contre l'implantation d'AGREXCO à Sète

Publié le par dan29000

Depuis quelques mois la mobilisation se forme contre la future implantation en 2011, dans le port de Sète, de la société israélienne AGREXCO. Créée en 1957 ce très gros groupe d'exportation de produits agricoles est géré à 50% par par le ministère israélien de l'agriculture. Plus de 12 000 exploitants livrent leurs produits à Agrexco. Carmel, par exemple, commercialise plus de 300 000 tonnes de produits frais. Bureaux à Copenhague, Zurich, Londres, Milan, Paris et New-York. A Marseille, que la société va quitter, c'est 80% des exportations vers l'Europe de marchandises provenant des colonies de  Cisjordanie, vendues ILLEGALEMENT en tant que produits israéliens (bénéficiant des termes de l'échange préférentiel que l'Europe accorde aux importations).
Les produits labellisés sont :
CARMEL/BIOTOP/ECOFRESH/JAFFA/STAR RUBY
Les paysans palestiniens n'ont aucun moyen de peser sur les prix fixés par Israel. Agrexco a la main sur tout le circuit commercial, des camions réfrigérés aux avions-cargos. Le projet, lancé par l'ami de Sarkozy, le très sioniste Georges Frèche, président du Languedoc-Roussillon, a été voté par le Conseil Régional à majorité PS-PC.
Une coalition internationale de 85 organisations, partis, syndicats, ONG s'est mise en place et  une première manifestation a eu lieu le 25 juin regroupant un millier de personnes devant le Conseil Régional.
Enfin une mission civile composée de membres de la Cimade, du CCIPPP, du Collectif musulman de France et du NPA s'est rendue en Palestine fin juillet afin d'enquêter sur Agrexco.
La future installation d'Agrexco sur le port de Sète, bien au-delà des éventuels 200 emplois créés, serait une belle victoire de la colonisation israélienne qui la renforcerait, économiquement et politiquement. Nous devons donc nous mobiliser afin d'élargir la coalition, d'informer la population locale et de faire annuler ce projet.
Voir le site de la coalition :
et un reportage d'AL JAZEERA :
 

Publié dans actualités

Commenter cet article