Un prophète / Audiard / Dafri / Rahim : Dreamteam du cinéma français

Publié le par dan29000


















Si vous avez suivi un peu l'actu durant l'été, un des sujets importants fut la vague de suicides dans les prisons françaises. Comme d'hab le gouvernement brasse de l'air, cherche les caméras, et va offrir aux détenus des pyjamas en papier, si si, c'est vrai ! On croit halluciner. MAM devrait aller voir "Un prophète" afin de comprendre pourquoi les suicides se multiplient depuis plusieurs années. Prison égale violence, promiscuité, surpopulation, crasse, racisme, corruption, trafic, drogue, viol...Il y a un aspect très documentaire dans le film d'Audiard, même si partout en ce momemt il nous rappelle que c'est une fiction. 
Et c'est vrai, c'est du cinéma, du cinéma intégral, une sorte de quintessence de cinéma. En 2h30, le film qui a obtenu le Grand prix du jury à Cannes cette année nous narre la métamorphose de Malik. Malik, 19 ans, illettré, fragile, seul, qui vient de se prendre six ans. Dès les premiers jours, il devient victime d'un des clans que génère l'absence de liberté. Celui des corses alors qu'il est arabe. Audiard construit alors son film sur le point de vue de Malik. D'abord la sujétion/soumission, puis la métamorphose débouchant sur une terrible ascension.
Le film est sur le pouvoir, celui des plus forts sur les plus faibles dans un lieu favorisant cela. La prison engendre des monstres (pour ceux qui résistent et échappent au suicide bien entendu).
Audiard tourne peu et c'est tant mieux, mieux vaut moins mais mieux. Il s'est entouré de conseillers et une partie de la distribution est constituée d'anciens taulards. Le réalisateur de "Sur mes lèvres" est aussi efficace que sobre, c'est sans doute ce qui donne l'impact étonnant du film. Mise en scène tendue pour un rythme narratif sans la moindre concession.
J'ai vu le film hier et n'arrive pas à vraiment trouver un défaut (peut-être à la seconde vision plus tard). Casting étonnant, scénario surprenant de Dafry, BO en osmose, dialogues crédibles. Disons peut-être que la fin laisse un peu dubitatif...
On savait qu'Audiard était un formidable cinéaste, mais ici il nous offre un film cru et immense qui va demeurer dans l'histoire du cinéma.
La critique est unanime, espérons que le public va suivre.

Publié dans écrans

Commenter cet article