David Lynch / Un génie s'expose en vitrines aux Galeries Lafayette

Publié le par dan29000



MACHINES ABSTRACTION WOMEN

Le cinéaste David Lynch s'expose à Paris, dans onze vitrines depuis la semaine dernière. Le résultat est surprenant et saisissant d'originalité, ce qui ne peut nous étonner vu la personnalité du réalisateur de "SAILOR ET LULA".

Le thème retenu est "Les femmes d'influence", il est décliné dans onze installations lynchiennes dans les vitrines du magasin des Galeries, boulevard Haussman à Paris dans le 9e. L'ensemble est complété par une exposition de lithographies et de photos du maître à la galerie des Galeries dans les étages. De plus, cerise sur le gateau, MK2 multimedia a installé une salle de projection éphémère qui diffusera en boucle certains de ses courts-métrages peu connus.
L'on savait que l'auteur d'"ELEPHANT MAN" était prolifique et universel, mais depuis quelques années il délaisse un peu le cinéma, moyen d'expression qui ne lui suffit sans doute plus. Si nous sommes nombreux à attendre ses films c'est parce que l'homme n'est pas qu'un cinéaste génial, mais c'est, et depuis longtemps, un artiste vraiment universel, majeur, qui s'exprime dans l'ensemble des possibilités offertes à lui. Cinéma, vidéo, photographie, musique, peinture, modelage, dessin, installation, écriture et internet...                                                                 
"Ce qui m'a excité dans le projet "Galeries Lafayette" c'est de créer un véritable "street museum" dont le but est de tout simplement donner à rêver".
Durant ces derniers mois, le réalisateur du film culte "Eraserhead" a préparé  l'enregistrement de son second cd, participé au disque "Dark night of the soul" avec Danger mouse et Sparklehorse dont il a écrit les textes, été producteur du prochain film de JODOROWSKI, "King shots" et du prochain film de Werner Herzog "My son my son" présenté à la Mostra la semaine dernière. Ajoutons à cela la continuation de son projet photographique sur des portraits d'américains ordinaires dont je vous ai déjà parlé ici.
Emploi du temps chargé donc, sans compter un court-métrage dans un film collectif l'an dernier. Hélas pas de long de prévu pour l'année prochaine, dommage.


EXPOSITION / 08 septembre au 03 octobre, bd Haussman, Paris 9e
Enfin, laissons  lui la parole :

"J'ai toujours été fasciné par le spectacle des femmes devant les vitrines des grands magasins. En concevant les devantures des Galeries Lafayette, j'ai voulu montrer toutes les identités qui coexistent chez la femme du XXIème siècle. Avec le reflet du verre qui renvoie l'image floutée des passants, ce jeu d'univers parallèles se rapproche de mes films, où une même actrice interprète plusieurs personnages. J'ai dessiné des décors très abstraits. Des paysages cubistes peuplés de sculptures, de rouages, de meubles, de vidéos, de sons. Je vois ces vitrines comme un labyrinthe, un street museum où se déplacer à travers des indices. Une vitrine, c'est une porte transparente sur l'inconnu."
"J'aime filmer, prendre en photo les visages au plus près, pour y chercher l'invisible, au risque de trouver le troublant. J'invite à deviner, derrière la beauté plastique, la folie, la vulnérabilité. Il en naît un malaise. C'est ma façon de rendre hommage à la femme, de lui montrer que j'ai envie de la découvrir entièrement. Elle sera toujours ma principale source d'inspiration. Si je me permets d'aller si loin, c'est parce que je considère les femmes contemporaines comme plus fortes que les hommes: leur niveau de conscience est nettement supérieur au nôtre. Elles savent que la beauté est une imposture et elles en jouent."
"Enfant, je me rêvais peintre et, à 17 ans, je suis entré aux Beaux-Arts de Pennsylvanie. Un après-midi de 1967, pendant que je peignais, une légère brise a fait bouger ma toile. L'image s'est animée et c'est comme ça que tout a commencé: à partir de ce tableau, j'ai réalisé mon premier court-métrage, Six Men Getting Sick. Je n'ai jamais arrêté de peindre, de faire de la sculpture, de la photo... En février 2007, j'ai visité un ancien atelier de lithographie à Montparnasse (Idem), un lieu où ont travaillé Matisse, Picasso et Miro, et j'y passe depuis énormément de temps. Pour donner forme à mes idées, j'expérimente toutes les disciplines: à 56 ans, je me suis mis à la guitare et j'ai monté un groupe de rock, Blue Bob. Je me suis aussi lancé dans le chant! Mon prochain long-métrage? Si je filmais les passants devant les Galeries Lafayette, qui sait, une idée pourrait surgir..."





Publié dans arts

Commenter cet article