MOLEX / Philippe Bachet, curé résistant et admirable

Publié le par dan29000

Villemur-sur-Tarn, 6000 habitants, au nord de Toulouse, une usine MOLEX, avec 300 salariés en lutte depuis des mois contre la délocalisation prochaine. 
Sur la commune, une église, donc qui dit église, dit curé.
Là-bas,le curé se nomme Philippe Bachet, et c'est une vedette.
Dès le début du conflit, le père Bachet assure les grèvistes de son soutien, dénonce publiquement le comportement "amoral des dirigeants de l'entreprise."
Lors de la journée "Ville morte" il fait sonner le glas et fait circuler un document intitulé "Pourquoi l'Eglise catholique  de Villemur soutient les Molex."
Fin mars, il organise au profit des salariés, un concert ORGUE ET DANSE, dans une église archicomble (pour une fois). Tout le monde est là, même les délégués syndicaux ! Le premier mai 2009, il participe à sa première manif à Toulouse !
Il est membre de l'ordre des capucins, la communauté religieuse de l'abbé Pierre et ne cache pas son admiration pour saint François d'Assise qui : "Issue d'une famille très riche, avait choisi de mépriser l'argent...pour mieux suivre le Christ."

Laissons-le parler, c'est vraiment intéressant, et les lecteurs purs et durs peuvent toujours aller à l'article suivant. Ce blog est dédié à toutes les formes de RESISTANCES, et CE CURE EST FORMIDABLE !

" Le cas de Molex est significatif de la crise que nous vivons. L'entreprise fondée il y a une soixantaine d'années par la famille Labinal a été rachetée il y a quatre ans par un groupe américain qui emploie 20 000 ouvriers dans le monde.
En fait, ils ont acheté les techniques mises au point localement pour les exporter aux États-Unis. À mon avis leur but ultime était de s'approprier les savoirs faire et de fermer l'usine.
Le déficit chronique de dialogue dans les entreprises américaines. la rétention d'information a été permanente. Il a fallu que la justice tranche pour que les salariés puissent enfin lancer un vrai audit financier.
 Molex est un exemple typique de la déshumanisation du travail. L'ouvrier n'y est plus considéré comme un homme mais comme un produit. Ce n'est pas acceptable. Pour la doctrine de l'Église à laquelle je ne cesse de me référer, l'ouvrier n'est pas une marchandise ; au contraire, l'homme est au cœur de tout processus économique. Cette doctrine n'est pas nouvelle, elle a été élaborée en 1870, en pleine révolution industrielle.
Le capital n'est pas intrinsèquement mauvais. Il faut de l'argent pour faire tourner la machine économique. Mais il n'y a pas de développement harmonieux de l'économie sans respect de la dignité et du savoir faire de l'homme.
Aujourd'hui, l'argent est devenu le moteur unique du développement. Mais la course aux profits financiers finit par tuer l'économie réelle. Inventer des produits virtuels uniquement pour faire encore plus de profits, ce n'est pas acceptable.
L'Église est fermement opposée au collectivisme parce qu'elle empêche l'homme de progresser en tant qu'individu responsable. Je suis clairement sur cette position.
J'ai eu l'aval de l'évêque au moment de Noël. Il m'a envoyé un mail pour dire qu'il me soutenait car je n'ai jamais pris parti en faveur d'un syndicat, mais par rapport à la doctrine sociale de l'Église."

Publié dans actualités

Commenter cet article

Francis Prod'homme 27/10/2009 14:23


Bonjour. Le père Philippe Bachet est-il celui que j'ai rencontré à Toulouse en 1980 au cours de l'académie d'orgue dirigée par Xavier Darasse dont il était élève et qui a publié un livre technique
sur l'orgue tout à fait remarquable ? Si tel est le cas, je serais heureux de pouvoir communiquer avec lui. Merci. F.P.


dan29000 27/10/2009 15:43



aucune idée !


essayer sur le site des Molex ou en appelant directement à la commune en question