France Telecom / La contagion des suicides / Nouveau cas à Metz

Publié le par dan29000

Une salariée de France Télécom, dans une agence de Metz du service client, a tenté de se suicider lundi en absorbant des barbituriques. Elle a été retrouvée inanimée par des collègues. Ses jours ne sont pas en danger. La salarié avait appris que sa mission était terminée et qu’elle allait se retrouver en mobilité géographique.
Elle était revenue travailler à Metz le 1er septembre 2008 après un séjour dans le Nord-Pas-de-Calais. Mais elle n'avait pas de poste de travail attitré et on ne lui a donné que deux ou trois missions de quelques jours à faire, précise Frédéric Retourney de la CGT :
"Le 7 septembre elle a en outre reçu un avis de mutation d'office pour un poste inférieur au sien à Nancy, un avis rétroactif au 1er septembre, ce qui est du jamais vu".
La direction de France Télécom confirme la tentative de suicide. Les psychologues connaissent bien ce phénomène de contagion. Il semble que l'on soit dans cette hypothèse là. Ce qui ne réduit pas la totale responsabilité de la direction de l'entreprise dont le directeur est reçu par Darcos aujourd'hui.
C'est tout le management de l'entreprise qui est en cause depuis déjà longtemps. Mais la hiérarchie a d'abord été dans le déni. Les cellules d'écoute, sans doute nécessaire, ne règleront pas le problème, plus profond.
Il s'agit de stopper d'abord le plan de mobilité qui frappe les salariés.
Ils ne sont pas des pions. Et un moratoire de deux mois  est ridicule devant tant de souffrances accumulées.
Les syndicats doivent prendre leurs responsabilités. Seule FO menace de faire jouer le droit de retrait. Enfin une bonne idée, sans attendre d'éventuels résultats de la rencontre avec le ministre.
Urgence est maintenant absolue.


Publié dans actualités

Commenter cet article