Etampes / Un proviseur intégriste se ridiculise dans une croisade

Publié le par dan29000

La ville d'Etampes (Essonne) n'a pas de chance. Elle a reçu en juin dernier un nouveau proviseur intégriste pour le lycée Geoffroy-Saint-Hilaire. Voulant sans doute marquer son territoire, le pauvre homme a lancé une croisade afin de définir les tenues adéquates dans son lycée. Sans doute rien d'autre à faire de ses journées...Alors dès la rentrée, les surveillants surveillaient de près et faisaient des réflexions aux élèves.
La cible était les shorts, les bermudas, les jupes trop courtes et même les jeans troués. 
Léa n'a pas apprécié et a lancé sur "Face de bouc" une journée du short (rappelant une certaine journée de la jupe). SMS et mails furent de la partie. La mobilisation se formait. De nombreux élèves vinrent en classe habillés en shorts. Heureusement le temps était clément. Contrairement au proviseur.
Des conseillers d'éducation confisquent alors des cartes. Le quotidien Le parisien fait un article, puis Le Monde hier. Les parents de Léa sont convoqués et elle écope d'un renvoi de trois jours ! Si si !
Parfois la bêtise est sans limite.
Lundi et mardi, les parents de la FCPE distribuaient des tracts en shorts devant le lycée. Heureusement le temps était clément, une fois encore.
Tout cela ferait sourire, s'il n'y avait eu ces trois jours de mise à pied d'une élève. Alors se pose une grave question, le proviseur qui ne communique pas avec la presse, ni avec les élèves, est-il :
1/ Un vrai intégriste, tendance catho, voire FN ? Brrrr......
2/ Un pauvre homme autoritaire coupé des réalités sociales de la vie...
3/ Un pauvre proviseur ridicule du 19e siècle, perdu dans le 21e !!!!!
4/ Ou alors les trois à la fois ?
Vous pouvez envoyer vos réponses en utilisant les commentaires.

Les lycéens prévoient d'autres happenings dans les prochains jours. Espérons que les parents d'élèves les soutiendront toujours.

Mais au-delà du sourire, ce proviseur est aussi un symptôme, celui d'une société qui régresse dans ses moeurs, dans sa tolérance aux différences. Quant on fait la chasse aux enfants pour les expulser, quant on emprisonne des arbres, en Bretagne, pour chasser les SDF qui s'y abritent, quand on interdit les shorts en été au lycée, il y a quelque chose qui ne va pas.
Alors résister est un devoir. Résistons.

Publié dans actualités

Commenter cet article