Tous unis contre l'EPR / Communiqué commun

Publié le par dan29000

              Communiqué commun contre l’EPR


Le seul patrimoine que l’EPR laissera à nos enfants : des centrales à démanteler et des tonnes et des tonnes de déchets

Paris/Cherbourg le 19 septembre 2009.

A l’occasion des journées du patrimoine, EDF ouvre les portes de la centrale de Flamanville et du chantier de l’EPR actuellement en construction dans la Manche. Cette inclusion de l’industrie nucléaire dans le cadre de ces journées est inadmissible. Le seul patrimoine que l’EPR laissera à nos enfants sera des centrales à démanteler et des tonnes et des tonnes de déchets radioactifs pendant des dizaines de milliers d’années.


C’est pourquoi, les collectifs STOP-EPR et STOP-THT, les ONG, syndicats et partis politiques (Agir pour l’environnement, ATTAC, Cap21, Greenpeace, Les Amis de la Terre, Les Verts, NPA, Parti de Gauche, les Alternatifs, Solidaires, Réseau Sortir du nucléaire et UTOPIA) interpellent le Ministre de la culture et rappellent, ensemble, leur position contre le développement des réacteurs EPR en France.

« Changements climatiques, raréfaction des ressources, crise pétrolière, libéralisation des marchés de l’électricité et du gaz, la question des services énergétiques est au cœur de nos sociétés. Elle constitue également un des enjeux majeurs du 21ème siècle. Et si le sujet est aujourd’hui au cœur de l’actualité et de l’agenda politique, il reste certains tabous qui échappent au débat public et démocratique. C’est notamment le cas du nucléaire et plus particulièrement du programme EPR. Prise en dépit du bon sens et au mépris de la démocratie, cette décision de construire de nouveaux réacteurs n’est pas la réponse aux enjeux graves auxquels nous devons faire face.

L’annonce de la construction d’un 2e EPR à Penly, faite par Nicolas Sarkozy le 30 janvier dernier, est un véritable déni de démocratie. Aucun débat public, pas de consultation, censure dans le cadre du grenelle de l’environnement, le parlement et le ministre de l’Energie court-circuités. Le président de la République persiste à décider seul, alors que l’énergie doit être une affaire de citoyens.

L’EPR ne répond pas aux besoins énergétiques de la France.

Notre pays est déjà en surproduction électrique et n’a pas besoin de nouvelles centrales. Les nouveaux réacteurs EPR vont en fait augmenter les exportations d’électricité, déjà très importantes. Le risque et les déchets resteront quant à eux en France. En outre, l’EPR n’est qu’une vitrine commerciale pour vendre des réacteurs à l’étranger.

Faire le choix d’un programme EPR, c’est tourner le dos aux exigences actuelles de sobriété et d’efficacité énergétique et se mettre en totale contradiction avec les engagements, pourtant bien insuffisants, du Grenelle de l’environnement. Celui-ci prévoyait une baisse des consommations énergétiques et le développement des énergies renouvelables, tout en laissant de côté la question épineuse du nucléaire. On voit aujourd’hui quelle voie le gouvernement a choisi… Augmenter la production d’électricité nous enferme dans la logique qui a prévalu jusqu’à présent : pas de maîtrise de l’énergie, les renouvelables reléguées au second plan.

L’EPR n’est pas une solution pour lutter contre les changements climatiques.

Au niveau mondial, le nucléaire ne représente que 2 à 3% de la consommation finale d’énergie. Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), même en triplant le nombre de réacteurs d’ici 2050, c’est-à-dire en construisant 30 réacteurs par an, on ne réduirait que de 6% les émissions de gaz à effet de serre.

L’EPR ne répond pas à la crise économique.

Il s’agit d’un projet coûteux (4 à 5 milliards d’euros) qui dépasse largement les prévisions initiales et qui ne tient pas compte du coût de la gestion des déchets et du démantèlement. Les énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie sont bien plus créatrices d’emplois et porteuses d’avenir. Des études confiées à des cabinets indépendants ont montré qu’à investissement équivalent, un programme éolien produirait deux fois plus d’électricité et créerait près de 5 fois plus d’emplois stables.

Enfin, l’EPR ne répond pas aux problèmes du nucléaire : risque, déchets, prolifération. Pire, il les aggrave ! En effet, les déchets qui seront produits par l’EPR seront beaucoup plus dangereux que ceux produits actuellement.

Pour toutes ces raisons, nous, associations, collectifs, partis politiques et syndicats nous prononçons, collectivement, contre le programme EPR et demandons son arrêt immédiat, ainsi que l’organisation d’un réel débat démocratique sur l’avenir de la filière nucléaire française. »

Publié dans actualités

Commenter cet article