Algues vertes / 3000 personnes à Hillion dimanche

Publié le par dan29000

Hier après-midi, sur la plage de Grandville, à Hillion, petite commune des Côtes d'armor, le soleil et 3000 manifestants s'étaient donnés rendez-vous contre les fameuses algues vertes. Stands, buvette et prises de paroles, musiques, tracts, discussions, dans un champ à proximité de la plage, puis descente sur la plage nettoyée de ses amas d'algues vertes.
Plusieurs dizaines d'associations étaient à l'origine de ce rassemblement, soutenu par quelques partis politiques présents sur le terrain : Les Verts, UDB, NPA, FA, AL, PG. Visibles aussi Greenpeace et Eaux et rivières de Bretagne... Il y avait quelques grands absents. On a les noms et on s'en rappelera. Ambiance militante bon enfant à tendance festive... Tout le monde était là pour la même chose, dire haut et fort son mécontentement.
Le problème des algues vertes ne date pas d'aujourd'hui comme le rappelle l'indispensable André Ollivro le fondateur du collectif "Urgence marées vertes". Nullement impressionné par les diverses menaces reçues durant les dernières semaines, il prit la parole sous les applaudissements, son livre étant en vente dans un stand.
Espérons que ce rassemblement réussi n'est qu'un début dans l'extension de la lutte. Lentement la prise de conscience se fait jour. La venue de Fillon a aidé certains à prendre conscience qu'il faudrait se battre contre l'attentisme des pouvoirs publics. Cela faisait de longues années que le préfet, en particulier,  minimisait le danger pourtant réel des algues vertes. Fillon est venu, il a vu...et l'argent est venu, 215 000 euros pour huit communes et deux départements...pour ramasser. Certes il faut ramasser. Mais cet argent est à l'image de ce gouvernement qui aime bien brasser de l'air. Sur les algues vertes, il finance, cette année, le ramassage, mais surtout sans rien remettre en cause. Il est vrai que c'est leur spécialité, faire de la communication et traiter les conséquences. C'est beau comme du Besson à Calais. Mais la jungle détruite en une matinée, le problème ne disparait pas par magie. Les algues vertes ramassées, d'autres arriveront, et ainsi de suite. Il faudra à un moment, qu'on espère prochain, remettre en cause l'agriculture intensive et le productivisme des grandes exploitations locales.
Reportage en photos de SP.
                                                                                                                                                                     

Publié dans environnement

Commenter cet article