La vida loca, film de Christian Poveda, en salles aujourd'hui

Publié le par dan29000

Ce premier documentaire de Christian Poveda à sortir en salle est une  plongée vertigineuse dans le quotidien d’une communauté unie par la violence et le désespoir. Cette communauté, c’est celle d’un des deux grands maras, ces gangs tentaculaires qui ont fleuri depuis 10 ans au Salvador et  au Honduras. Des gangs héritiers d’une guerre civile qui ensanglanta le pays dans les années 80, mais surtout de la politique d’expulsions massives du gouvernement américain car les membres des maras étaient pour beaucoup de jeunes clandestins en Californie ou en Floride, souvent membre de gangs latino-americains.
Christian Poveda nous fait partager le quotidien de ces jeunes gens, garçons et filles, tatoués des pieds à la tête avec pour principal motif pictural le 18, symbole de la Mara 18. Des jeunes gens qui à 20 ans sont déjà des tueurs chevronnés et à 35 ans des patriarches s’ils ont survécu jusque là. Mais Christian Poveda évite tout sensationnalisme sans tomber non plus une seconde dans l’angélisme qui voudrait trouver des excuses à chacun de leurs meurtres absurdes souvent motivés par le simple passage sur leur territoire d’un membre de la mara adverse. Il montre juste des jeunes gens souvent à peine sortis de l’adolescence qui continuent à souffrir et pleurer leurs morts, leurs espoirs, leurs amours. Des personnages envahis par la solitude, et pour lequel la mara, est le seul refuge la seule famille, un corps uni par la haine, dans une société qui n' offre que mépris et exclusion. Des bourreaux qui seraient aussi des victimes, notamment des rapports nord-sud.
Bien entendu tout le monde va écrire sur l'absence tragique du réalisateur pour la sortie de son film. Pour ceux qui ne suivait pas l'actu début septembre, Christian Poveda a été assassiné de plusieurs balles dans la tête au Salvador, pays où il avait vécu longtemps et tourné beaucoup. A 54 ans il est tombé sous les balles des maras...ou bien des flics locaux qu'ils n'épargnaient pas dans ses reportages dénonçant leurs fortes tendances à tirer les premiers en pleine rue.
Ce grand reporter est mort le 02 septembre dernier, le meilleur hommage que l'on puisse lui rendre est d'aller voir son film cette semaine.
Pour plus d'infos sur son assassinat :

Peu de copies et sans doute peu de temps en salles, ne tardez donc pas s'il passe dans votre ville.
En attendant, voici la bande-annonce, et quelques photos :

                                                                                                                                                                             













Publié dans écrans

Commenter cet article